Accueil » Non classé » Les tomates

Les tomates

  
Image Image
                 

PREMIÈRE OPÉRATION :

Travaillez le carré nécessaire pour recevoir tes tomates avec votre grelinette.

Plantez des tuteurs tous les 50 cm déjà avant vos plantations pour vous simplifier le travail. Ces derniers doivent avoir une hauteur minimum d’1m70. Vos tomates prendront place au pieds de ces tuteurs.

Image

QUAND LES PLANTER ?

Tout dépend de votre région. Dans les régions méridionales (sud de la France), vous pouvez les mettre en place (pleine terre) à partir du 15 avril, début avril si le temps est vraiment doux.

Pour les régions plus froide comme la mienne (Savoie), attendez début mai lorsque les gelées ne sont plus à craindre.

COMMENT LES PLANTER ?

Dans un trou au pied d’un tuteur, déposez une bonne poignée de très bon terreau ou de compost. En ce qui me concerne, je rajoute les tiges des orties qui restent de mon purin d’orties, mais vous pouvez tout aussi bien cueillir des orties et les hacher grossièrement avant de les mettre dans le trou. Et pour terminer, déposez votre pieds de tomate sur le terreau ou le compost. Reboucher le trou tout autour du pied de tomate en tassant tout autour pour éviter les prises d’air. Faites une petite cuvette au pied de la tomate pour l’arrosage.

Dès que vous avez terminé toute votre plantation, arrosez-les bien.

Côté arrosage, je vous conseille d’arroser une fois sur deux avec du purin d’orties.

 

Image

PINCER CHAQUE PIED

Quelques semaines plus tard vos pieds de tomates commencent à bien être en place et ils vont vite doubler voire tripler de taille.

C’est à ce moment là qu’il faut les pincer.

Pour cela, supprimez  ce que l’on appelle « les gourmands ». Il s’agit des deux feuilles qui se trouvent à l’aisselle de deux branches formant un V.

Dès les premiers gourmands, commencez ce travail avec minutie. Il faudra recommencer tous les deux ou trois jours pour éviter qu’il y ait un départ d’une autre branche, ce qui serait préjudiciable pour la plante qui aurait à tirer davantage dans ses réserves pour alimenter une autre ramification qui en plus serait inutile et d’autre part, ce serait pas trop esthétique coté visuel.

En même temps,  attachez les pieds après  les tuteurs. Pour ça, utilisez du raphias ou une corde du style de celle utilisée pour ficeler les rôtis. Ça évitera de blesser les tiges.

PENSEZ AUSSI A ARRÊTER CHAQUE PIED

Dès que les pieds de tomates atteignent le haut des tuteurs, il faudra arrêter leur croissance. Pour ça, prenez un ciseau bien aiguisé et désinfecté et coupez la cime du pied.

VOICI DEUX MÉTHODES POUR TUTEURER LES TOMATES :

Image Image

Je préfère et de loin, la méthode de la première photo. Moins de prise au vent.

 

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et à Séverine (Sev28) pour

les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles

Blog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


16 commentaires

  1. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Valérie

    Je viens de voir la vidéo de Philippe Proot, http://www.lepotagerdesante.com/ , en particulier son lien sur la plantation des tomates ; il ne les attache pas (c’est vrai qu’avec la quantité qu’il a…) ; je me demande si je ne vais pas tenter l’expérience pour quelques pieds ; mais avant de tenter l’expérience des tomates couchées, il faudrait que je me pose la question de savoir ce que ça va m’apporter en plus… Couvre-sol, certes (mais j’aurai déjà le paillage), gain de place peut-être ; car elles me permettront peut-être d’espacer un peu plus celles qui sont debout… ; voire même d’en ajouter, c’est à dire, faire comme d’hab, et au milieu de mes 2 rangs de tomates debout, mettre 1 ou 2 plans de tomates couchées…

    Voilà ma plate-bande en juillet

    … Et en septembre.

    Vous pensez quoi de toutes ces réflexions qui agitent ma petite tête ?
    … où alors,comme dit Pestoune, je ne change rien et je mets des salades au milieu (ce que j’avais d’ailleurs prévu de faire avant de voir la vidéo…)

    J'aime

  2. lapinbleu2 dit :

    Commentaire pestoune

    Cette année, j’ai laissé rampé 3 pieds de tomates que je n’ai pas taillé non plus. La récolte a été un peu plus tardive que les autres mais c’est logique comme je ne les taillais pas, la nourriture allait d’abord à la poussée. Ensuite ça été une folie. J’avais des tomates partout jusqu’à tard dans la saison. Comme je n’ai pas de serre, l’année chaude et sèche y a aidé. Mais pour le mûrissement il faut veiller à les dégager un peu des feuilles. C’est mieux. Mais je ne ferais pas ça à tous mes pieds 😀 En plus elles se marcottent donc à la fin avec un pied tu as plein de pieds

    Néanmoins je crois que dans ta configuration, cela ne t’apportera rien de plus. Tu perds de la place car entre les tomates, tu pourrais repiquer autre chose. Alors qu’avec les tomates rampantes, le sol sera complètement occupé. Ceci dit, tu aurais besoin de moins de paillage.

    J'aime

  3. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Valérie

    Merci Pestounette pour ton avis ; effectivement, je crois que j’y repiquerai des salades d’été ; pour elles, je jongle toujours avec les ombrelles l’été… là, les tomates leur feront de l’ombre !!

    J'aime

  4. lapinbleu2 dit :

    Les salades au pieds des tomates c’est le top. Cet été, mes grenobloises étaient magnifiques.

    J'aime

  5. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Valérie

    Bonsoir à tous.
    Je viens de voir, par sa newsletter, que Nicolas, du potagerdurable.com , a regroupé ses articles et vidéos les plus intéressants, concernant les tomates, sur une même page de son site ; c’est très pratique. J’utilise pour mes semis (de tomates) sa technique de la bouteille maintenant depuis plusieurs années ; c’est très facile et il n’y a pas de manipulation ; enfantin et toujours réussi… Il ne précise pas (mais on le devine), que sur les 3 graines semées dans une même bouteille, il faudra éliminer les 2 pousses les moins jolies pour ne conserver que celle qu’on désire garder…
    Une précision par rapport à la date des semis ; les dates qu’il propose doivent être prévues pour une plantation sous serre (!), car c’est bien tôt, à mon avis, pour une plantation en pleine terre en extérieur… Dans le Gers (donc Sud-Ouest), je sème en bouteilles la 1ère quinzaine d’avril pour une mise en place fin mai ; il faut compter 6 semaines entre le semis et la plantation ; ça marche bien comme ça…
    Je mets le lien de la page de son site :

    http://potagerdurable.com/culture-tomate-jardin Bon visionnage.

    J'aime

  6. lapinbleu2 dit :

    Commentaire LaBuche

    Valérie a écrit :
    Source du message Je viens de voir la vidéo de Philippe Proot, http://www.lepotagerdesante.com/ , en particulier son lien sur la plantation des tomates ; il ne les attache pas (c’est vrai qu’avec la quantité qu’il a…) ; je me demande si je ne vais pas tenter l’expérience pour quelques pieds ; mais avant de tenter l’expérience des tomates couchées, il faudrait que je me pose la question de savoir ce que ça va m’apporter en plus… Couvre-sol, certes (mais j’aurai déjà le paillage), gain de place peut-être ; car elles me permettront peut-être d’espacer un peu plus celles qui sont debout… ; voire même d’en ajouter, c’est à dire, faire comme d’hab, et au milieu de mes 2 rangs de tomates debout, mettre 1 ou 2 plans de tomates couchées…

    Vous pensez quoi de toutes ces réflexions qui agitent ma petite tête ?
    … où alors,comme dit Pestoune, je ne change rien et je mets des salades au milieu (ce que j’avais d’ailleurs prévu de faire avant de voir la vidéo…)

    Tu parles de Philippe Proot mais il s’agit plutôt de Pascal Poot si je ne m’abuse… Je pense que tu fais une fixation sur les Philippes et notamment Philippe88 et peut-être bientôt de Phil25 qui vient de rejoindre le forum…
    Bref, en ce qui concerne la vidéo de Pascal Poot, c’est assez bluffant de voir comment il plante les tomates : pas de compost, orties etc… En plus il arrive à mettre plusieurs pieds dans le même trou. Curieux de voir sa récolte qui plus est dans un sol très sec et plein de pierres. Moi qui m’amuse à les virer après une bonne pluie….

    Peut-être bien que je vais aussi tester cette méthode sur quelques pieds et on verra bien…

    J'aime

  7. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Valérie

    Bonjour, LaBûche ;
    Euh, comment dire…
    – Pour Philippe Poot 😳 😳 😳
    – Pour le jardinier-bricoleur des Vosges : c’est toujours quand il provoque !… Moi j’y suis pour rien… t’as qu’à demander à Pestoune…Et puis un petit coup de poêle de temps en temps, ça scelle l’amitié… Et pour Phil25, je ne me permettrais pas…

    J'aime

  8. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pierre C.

    Bonjour,
    et bien pour moi, c’est comme tous les ans, je sème mes tomates à partir du 15 janvier. Je les met sur les appuis de fenêtre à l’intérieur. J’en ai repiqué 42 en pots individuels la semaine dernière. Elles seront normalement prêtes à repiquer pour la mi-avril.
    Pour le moment, je suis obligé de bien les surveiller qd même à l’intérieur. Eviter qu’elles ne filent dû à la chaleur de la maison, à l’occasion je les sors la journée dans une petite véranda non chauffée (t° extérieure mais sans vent), ça calme un peu leur envie de filer…
    à + Pierre C.

    J'aime

  9. lapinbleu2 dit :

    Commentaire pestoune

    Pierre, les exposer au vent (sauf tempête), fortifie les pieds des jeunes plants. Lors du repiquage on a des pieds plus forts et résistants car ils sont déjà habitués aux aléas climatiques. La fraicheur ne leur fait pas de mal non plus dans la même optique.

    J'aime

  10. lapinbleu2 dit :

    J’aurais une question. On peut mettre des courgettes entre les tomates. Mais es ce que l’on peut mettre aussi des pâtissons qui sont de la même famille et qui ont des plants sensiblement pareils ?

    J'aime

  11. lapinbleu2 dit :

    Commentaire pestoune

    oui, JC

    J'aime

  12. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Philippe88

    Bonjour,
    quelques tomates Cornues des Andes, sous abri, ont « le cul noir ». J’ai lu que ce n’était pas une maladie, ni un champignon, mais une carence en calcium.
    Avez-vous eu ce problème ? J’ai lu aussi qu’il faut arroser le pied avec du lait et/ou de la cendre mélangée dans de l’eau.

    J'aime

  13. lapinbleu2 dit :

    Commentaire pestoune

    Oui Phil, c’est d’ailleurs écrit sur mon article concernant la tomate. Voilà ce que j’y précise : Cette carence vient d’un stress hydrique, ou d’un système racinaire mal développé dans un sol compact, voire d’un travail du sol trop agressif, ou encore d’une terre trop acide.
    Vous pouvez apporter des cendres comme amendement pour le calcium.

    J'aime

  14. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Philippe88

    Merci, Pestoune
    Ma terre est acide, d’autant qu’il y a une haie de sapins derrière l’abri. (Je vais d’ailleurs cet automne abattre cette haie de sapins). Peut-être aussi un stress hydrique, mais ma terre est bien paillée au pied des tomates.

    J'aime

  15. lapinbleu2 dit :

    Commentaire pestoune

    On a vraiment eu une année bizarre avec un excès d’humidité et même sous serre par capillarité ton sol s’en est probablement trouvé affecté, puis un excès de chaleur et la terre qui crevasse partout. Le choc hydrique a quand même du être ressenti pour tes pieds.
    Mais le sapin acidifie le sol, c’est une certitude. Avant la tempête de 1999 nous avions un bois d’épicéas derrière la maison (175 arbres abattus par le vent cette fameuse année). Après ça, il y a eu de la molinie qui a poussé avec quelques autres plantes indicatrices du milieu acide du sol. Puis avec les années ça s’est résolu et ma pelouse naturelle (du pré tondu quoi) est pleine d’herbe, de trèfles etc… et cette année des géraniums robert partout, c’était joli.

    J'aime

  16. franciscolulu dit :

    @Philippe88
    si tu as du « cul noir » c’est dû principalement à l’irrégularité de l’arrosage et si tu ne peux pas assurer un arrosage régulier il y a une solution facile pour éviter cette maladie: une fois par semaine tu donne 1/2 litre de lait aux plantes qui sont sujètes, ça leur fera un peu de calcium.
    j’ai essayé cette année de ne pas arroser mes tomates, seulement 1 litre d’eau avec purin de consoude par mois, toute la surface de la parcelle tomate étant paillée… résultat? aucun problème! (pas de cul noir, autrement dit vaut mieux ne pas arroser que trop arroser de temps en temps) quant à la production qui aurait dû en découler, je ne peux pas me fier à ce millésime qui était particulièrement anti-jardiniers…
    dans la série des expérimentations, cette année je n’ai pas taillé du tout: certaine sortes s’en sont donné à coeur joie, bonjour le touffu, mais mes tomates sont délicieuses et je suppose que si la production est moindre du fait de ce fouillis, ça ne peut qu’améliorer les goûts; à ce sujet j’ai eu des résultats de greffeurs qui étaient contents de la production mais déçus par la qualité!
    résumé: du lait contre le cul noir, peu ou pas d’arrosage, taille inutile (tout en veillant à l’aération contre le mildiou… j’y reviendrai)

    J'aime

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :