Accueil » Non classé » Les salades

Les salades

Image

GÉNÉRALITÉS

Il existe de nombreuses variétés de salades. De la famille des astéracées, elles se déclinent en différentes espèces : laitue pommée, romaine ou batavia (Lactuca sativa), chicorée frisée ou scarole (Cichorium endivia) et quelques autres, comme la laitue à couper, la chicorée rouge, la chicorée endive (ou witloof)…

Ces salades peuvent se cultiver pendant toute l’année, même en hiver.

Parmi les variétés de printemps vous pourrez trouver des laitues, Gotte hâtive, Feuilles de chêne rouge, romaine Verte Maraîchère, batavia Dorée de Printemps.

Parmi les variétés d’été et d’automne vous pourrez trouver des laitues Merveille des 4 saisons, Optima, des rouges de Grenoble (celles que je préfère) Frisée de Meaux, scarole Marly.

Et parmi les variétés d’hiver, vous pourrez trouver des laitues Merveille d’hiver, Passion verte d’hiver, Iceberg, Gotte Jaune d’Or, scarole Géante Maraîchère.

SOL ET EXPOSITION

Toutes les salades demandent de préférence une terre franche, légère et enrichie en très bon compost. L’emplacement idéal sera ensoleillé. Pour les semis, il est préférable de les effectuer sous abris.

SEMIS ET PLANTATION

Les salades se cultivent par semis ou repiquage de jeunes pieds.

Si vous décidez de les acheter, ils sont vendus avec une petite motte de terre. Par contre si vous voulez faire vos semis vous-mêmes, c’est possible. Le coût est moindre mais cela réclame plus de soins.

Image

– Pour une récolte de printemps, les salades doivent se semer en place à partir de mars,

– puis tous les 15 jours pour étaler la récolte. Il est possible de récolter plus tôt en semant

dès février sous châssis puis repiquage lorsque les pieds ont 4 à 5 feuilles.

– Pour une récolte d’été et d’automne, semez en place de mai à juin.

– Pour une récolte d’hiver, semez d’août à octobre en côtière abritée ou sous serre-tunnel.

 

Image

La technique du semis est assez simple. Semez à la volée ou en lignes espacées de 20 centimètres minimum.

Puis éclaircissez les plants dès l’apparition des premières feuilles en espaçant les plants de 30 cm environ (40 cm s’il s’agit de scaroles).

Sous châssis, semez à la volée et éclaircissez vos plants à 15 centimètres en tous sens. Et lorsque les plants atteindront une dizaine de centimètres, repiquez-les dans votre jardin.

Image

ENTRETIEN

Les salades exigent peu d’eau pour se développer, sauf en en période très chaude.

Par contre, elles réclament de bons binages pour éviter la concurrence des mauvaises herbes et pour aérer la terre.

La majorité des variétés sont résistantes au mildiou.

Plus tard, la pourriture grise (ou botrytis) peut affecter le collet et le feuillage. N’enterrez pas trop profondément vos plants au repiquage.

N’arrosez jamais le feuillage, mais arrosez au pied des plants afin d’éviter de contaminer les feuilles. Pulvérisez au besoin du purin de prêle.

Prenez garde également aux pucerons de la salade et à l’hépiale (une chenille), mais surtout aux limaces, qui sont très voraces au printemps.

RÉCOLTE

Les salades se récoltent environ deux mois après le semis, lorsque le cœur de celles-ci a atteint la taille souhaitée.

 

Image

Coupez-la au niveau du collet plutôt que d’arracher la salade avec la racine. Ainsi, la plante peut repousser et émettre de nouvelles pousses qui apparaîtront rapidement pour une autre récolte.

La laitue à couper se récolte au fur et à mesure qu’elle pousse car elle ne fait pas de pomme.

 

LES ENDIVES OU CHICON OU CHICOREE WITLOOF

GÉNÉRALITÉS

L’endive aurait été inventée en 1830 dans la vallée Josaphat à Schaerbeek. Celui qui l’aurait découverte, serait un paysan qui souhaitait cacher sa récolte dans une cave sombre durant les troubles qui sont survenus en Belgique afin de conquérir son indépendance.

Toutefois, la technique du forçage provient de Franciscus Bresiers, le jardinier en chef du Jardin botanique de Bruxelles.

C’est en 1873 que l’endive fait son apparition en France. En effet, rapportée de l’Exposition internationale d’horticulture de Gand par Henri de Vilmorin, elle fut présentée à la Société nationale d’horticulture de France en 1875. C’est aux Halles de Paris que le premier cageot fut vendu en 1879 sous le nom d’« endive de Bruxelles ».

 

Image

L’endive fait partie de la famille des Astéracées. La plante possède des feuilles de 40 à 60 cm de long, légèrement lobées. Elles sont serrées entre elles et de couleur vert foncé. Elle est obtenue après un forçage dans l’obscurité en pleine terre ou bien en cave.

Riche en vitamine B9, elle se cuisine crue en salade ou cuite à la vapeur, braisée, gratinée, au jus ou enveloppée dans du jambon.

SEMIS ET FORÇAGE

Où semer l’endive ?

L’endive aime une situation en plein soleil, ce qui lui permet de pousser plus rapidement quand il fait une bonne température.

Elle préfère un sol compact, riche et humifère.

Elle trouve sa place au potager et apprécie la compagnie de la carotte, du navet, du poireau et du radis. Elle déteste le voisinage de l’artichaut, de la laitue, du topinambour, de l’estragon et du salsifis.

Quand et comment la semer ?

L’endive est obtenue après forçage. Afin obtenir des feuilles blanches, un développement est nécessaire dans l’obscurité totale.

La culture va donc se réaliser en deux étapes.

1- Les racines se développent d’abord en pleine terre.

2- Le forçage des racines, est le moyen nécessaire pour obtenir la formation de feuilles blanches. Cette étape se réalise dans l’obscurité la plus totale, en pleine terre ou en cave ou dans un garage, etc…

Effectuez votre semis en pleine terre d’avril à juin.

Semez en lignes, avec un espacement de 30 cm entre chacune. Tassez et arrosez.

Ensuite, éclaircissez-les lorsque les plants ont 3-4 feuilles et repiquez-les comme toutes les salades. Vous aurez ainsi des pieds supplémentaires à faire forcer à l’automne.

 

Image

LE FORCAGE

mi octobre-nov vous arrachez les racines pivots à la fourche-bêche pour les habiller et les mettre à forcer.

Mais avant, laissez-les sécher sur le sol pendant deux jours (à l’ombre).

Ne conservez que les racines d’un diamètre au collet de 4 cm minimum.

Au bout de deux semaines, coupez les feuilles à 2 cm du collet.

Et coupez la racine en biseau à 20 cm du collet environ.

Au jardin

Creusez une tranchée d’un mètre de largeur sur 40 cm de profondeur.

Ameublissez bien la terre au fond de la tranchée à l’aide d’une grelinette ou d’une binette.

Ensuite, disposez les endives à la verticale, les unes contre les autres. Le haut des racines doit être au même niveau.

Recouvrez-les de terre sur 20 cm d’épaisseur et arrosez.

Et pour terminer, placez une couche de paille de 25 cm d’épaisseur environ et recouvrez-les de planches, d’une bâche plastique noire si possible ou d’une tôle pour les protéger de la pluie.

 

 

A la cave (température entre 10 et 15 ° C)

Procurez-vous des caisses en plastique et rendez-les étanches avec des bandes de carton comme expliqué dans la vidéo ci-dessus.

Versez un peu de terreau dans le fond. Ensuite, déposez les racines à la verticale les une à coté des autres. Recouvrez-les de terreau.

Et pour finir, arrosez-les copieusement. Veillez à ce que votre plantation ne se dessèche pas. Si c’est le cas, arrosez un peu.

RÉCOLTE

Quand et comment récolter l’endive ?

Récoltez les pommes des endives ou des chicons quand elles seront bien formées. La durée du forçage dépend de la température. Plus la température sera élevée, plus tôt vous récolterez.

Laissez les racines en terre. Pour cela, cassez les endives au niveau du collet en tirant d’un coup sec vers le bas, ce qui va vous permettre d’avoir une seconde récolte d’endivettes tout aussi délicieuses.

La conservation de l’endive

L’endive ne peut pas se stocker, au risque de la rendre amère et verte, elle doit donc être consommée très rapidement.

MALADIES ET RAVAGEURS

Les principaux ennemis de l’endive sont la mouche de l’endive et ses larves ainsi que les vers gris qui rongent les racines et le cœur. Utilisez de l’anti-puceron comme du purin d’orties par exemple, avant l’arrachage de vos endives..

Image

 

LA MÂCHE

« Au présent : Je carotte, tu asperges, il mâche, nous oignons, vous chicorée, ils ou elles les tue. A l’imparfait : je panais. Au passé composé : ils ont rit. A l’impératif : ail. »

Pierre Grassou

 

Image

GENERALITES

La mâche, appelée aussi doucette, grisette, boursette, salade du chanoine ou oreille de lièvre est cultivée en France depuis le XVIème siècle, d’abord le long de la Loire.

Elle a été source d’inspiration pour bien des artistes, à commencer par les Egyptiens qui la représentaient sur les tombeaux dès le Vème siècle mais aussi sur la toile disparue de Léonard de Vinci « La Léda et le Cygne » et même Ronsard évoquait la boursette dans ses vers tirés de « la salade » .

D’un vague pied, d’une vue écartée,

Deçà delà jetée et rejetée

Or’ sur la rive, ores sur un fossé,

Or’ sur un champ en paresse laissé

Du laboureur, qui de lui-même apporte

Sans cultiver herbes de toute sorte,

Je m’en irai solitaire à l’écart.

Tu t’en iras, Jamyn, d’une autre part

Chercher soigneux la boursette touffue,

La pâquerette à la feuille menue,

La pimprenelle heureuse pour le sang

Et pour la rate, et pour le mal de flanc.

A l’origine, étant considérée comme une mauvaise herbe, la mâche poussait dans les champs de céréales et les prés. Mais très vite les paysans se sont aperçus que ces petites rosettes sont délicieuses. Crue en salade ou cuite comme les épinards, elle saura vous séduire.

CULTURE

La mâche pousse à toute exposition mais elle préfère être à l’ombre d’autres plantations et même au pied des arbres fruitiers. Elle aime les sols fermes, frais et se contente de la fumure des plantations précédentes. Elle se sème toute l’année mais on la réserve bien souvent en récolte de fin d’année et d’hiver en raison de sa rusticité. Échelonnez vos semis de juillet à octobre. Pour les régions les plus froides, la variété « Verte coquille de Louviers » est particulièrement résistante au froid.

SEMIS

Les semis de mâche peuvent présenter quelques difficultés pour les semis d’été en raison de la chaleur. Pour faciliter la germination, placez les graines pendant quelques jours dans un linge mouillé et tenu dans un endroit chaud.

Nul besoin de travailler la terre, il suffit de griffer le sol avant d’effectuer le semis. Dans des sillons de 2 cm de profondeur maxi, semez clair et recouvrez à peine les graines par un peu de terre. Plombez et gardez le semis humide. Vous pouvez le couvrir d’une légère couche de paille pour éviter que l’humidité ne s’évapore.

Image

ENTRETIEN

Je préfère semer en ligne parce que la mâche s’accorde très bien avec le mouron des oiseaux (herbe qui s’étale). Le désherbage est donc facilité par rapport à une culture à la volée.

Éclaircissez si besoin. Vous pouvez repiquer à 8 cm dans tous les sens les pieds de mâche semés en août dès qu’ils ont 4 ou 5 feuilles. Vous obtiendrez des plants de grands développements.

Les touffes d’automne très développées sont à consommer de suite car elles ne résistent pas à l’hiver.

Pour récolter la mâche en hiver surtout par temps de neige et de grands froids, recouvrez-la de feuilles mortes.

Récoltez les rosettes dès qu’elles sont bien formées et avant la floraison.

 

Image

JARDINER AVEC LA LUNE

Semez en lune montante.

ASSOCIATIONS DE PLANTES

La mâche est une plante si peu gourmande qu’elle s’associe avec tout. Vous pouvez la mettre pour combler des rangs, les inter-sillons, sous les rames de haricots, sous les fruitiers.

MALADIES ET RAVAGEURS

La mâche est sensible à la rouille et à l’oïdium. En prévention, veillez à éclaircir souvent au fur et à mesure de leur croissance les pieds de mâche afin que l’air circule bien. Ensuite arrosez très modérément.

Mais vous pouvez aussi, comme contre toute maladie cryptogamique, vaporiser une décoction de prêle ou bien essayer cette recette. Pulvérisez par temps sec, un mélange composé de 50 cl de lait demi-écrémé et de 5 l d’eau de pluie.

Une lutte sans pitié est à mener contre les limaces et les escargots.

 

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et à Séverine (Sev28) pour

les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour ellesBlog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


15 commentaires

  1. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Paty66

    j’ai travaillé une quinzaine d’années voir plus en agriculture salade et artichaut sur Perpignan cela
    fais 8 ans que j’ai changé de métier trop dur en vieillissant et surtout le rythme et le rendement.

    Aimé par 1 personne

  2. lapinbleu2 dit :

    Je comprends. L’agriculture n’a jamais été un boulot de tout repos. bon courage à toi.

    J'aime

  3. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pathy66

    J’aimerais avoir des conseils pour le semis de salade cela me fait toujours un fil

    J'aime

  4. lapinbleu2 dit :

    comment ça, un fil ? pour faire des semis de salade, j’utilise des planches de tout petits godets que je remplis de terreau ou de compost bien décomposé. j’y sème dessus 3 ou 4 graines sans qu’elles se touchent et je les recouvre de 2 mm maximum de terreau ou de compost. à la levée à 3 à 4 feuilles, je conserve qu’un plant et les autre s’ils sont corrects, je les repique dans d’autres godets. voilà ma méthode. certains pratiquent peut être autrement. l’avantage de ma méthode, tu as pratiquement 100 % de réussite puisque tu planteras directement avec la motte et non à racine nue ou presque.

    J'aime

  5. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pestoune

    Si ça file en godet, c’est parce que ta salade manque de lumière. Dès qu’elle est levée, sors la en plein air. D’une part elle profite de la lumière du jour qu’aucune lumière artificielle ne remplacera mais en plus, elle se développera dans les conditions extérieurs (vent, chaud, fraicheur) et souffrira moins au repiquage.

    JC nous aussi on appelle ça monter en fil dans la région.

    J'aime

  6. lapinbleu2 dit :

    vous avez de ces expressions.. nous on dit que les salades s’étiolent..

    J'aime

  7. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pestoune

    Bah vous zautre vous causez le français pointu et nous zautre pov’ paysans causons le patois.. Mdr..

    J'aime

  8. lapinbleu2 dit :

    Eh, je suis à la montagne au milieu des vaches, des ânes et des chèvres !! .. Lol..
    le français pointu comme tu dis c’est à Paris.

    J'aime

  9. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Paty66

    Merci a vous pour vos conseils.
    Normalement lundi ou mardi nous avons le forage car le puits
    n’as pas beaucoup d’eau donc je vais essayé samedi prochain

    J'aime

  10. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Ptitroutier

    Bonjour . Ca c’est fait la mache. J’ai lu, donc au lieu de la vinaigrette, du lait et de l’eau de pluie ( pour rire ).
    Me reste plus qu’à planter le foie gras qui va avec pour noel…
    Je rajouterai juste que j’en sème aussi à la volée dans le jardin, avec du sable pour éviter une concentration de graine importante.

    J'aime

  11. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pestoune

    Cool ptitroutier. Si le foie gras prend, tu m’enverras ta façon de faire. On ouvrira un sujet à ce propos.. Lol..

    J'aime

  12. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Valérie

    onjour à tous.
    l’été pointe à peine son nez que je commence à penser aux salades pour l’hiver ! s’il y a un légume dont notre famille ne peut pas se passer, ce sont bien les salades… en toute saison ; l’an passé, j’ai mis des plants en terre en août ; ils n’étaient pas prêts pour l’hiver et on ne les a mangé qu’à partir de mars ; j’aimerais bien ne pas reproduire cette erreur cette année… d’où ma réflexion profonde : en comptant un mois entre le semis en caissettes et la mise en place définitive, 2 mois pour qu’elles viennent à maturité, et ce avant fin septembre (car après la végétation s’arrête), il faut donc que je m’en occupe maintenant, non ?

    J'aime

  13. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pestoune

    En général, je les sème en juillet les salades d’hiver. Mais c’est vrai que c’est dur à gérer. Remarque, Val que c’est bien aussi d’avoir encore de la salade en début de saison

    J'aime

  14. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Valérie

    pestoune a écrit :
    Source du message Remarque, Val que c’est bien aussi d’avoir encore de la salade en début de saison

    C’est vrai Pestoune, mais c’est l’hiver que ça manque…

    J'aime

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :