Accueil » Non classé » Le céleri rave

Le céleri rave

 

Image
« Si femme connaissait la vertu du céleri sur l’homme, elle en planterait de Paris jusqu’à Rome » proverbe du sud de la France

GÉNÉRALITÉS

Le céleri vient de l’ache des marais. A l’état sauvage, il poussait dans les lieux humides : marais, bord de rivière…

Dans la famille des céleris, nous consommons le céleri-boule ou céleri-rave, le céleri-branche, le céleri à couper et la variété sauvage : l’ache des marais continue à être utilisée comme herbe aromatique et médicinale. Tout est bon à manger de la racine aux feuilles (y compris celles des céleris-rave), et même les graines qui, très parfumées, peuvent servir d’épices.

 

Image

SEMIS ET PLANTATION

Le céleri-rave aime une exposition ensoleillée à mi-ombre dans un sol frais, ameubli et riche.

Semez sous châssis au début du printemps (mars-avril).

La germination est lente et capricieuse. Pour germer, les graines ont besoin d’une humidité permanente.

Faites deux repiquages successifs, à 3 semaines d’intervalles environ. Repiquez les plants de céleri-rave en pépinières une première fois lorsqu’ils ont 2 feuilles, puis une seconde fois lorsqu’ils ont 4 feuilles. Veillez à couper le bout des radicelles et de la racine principale.

Mettez en place vers la fin avril. Raccourcissez les racines des jeunes plants de moitié pour favoriser la formation de la « rave » et plantez-les à 35 cm de distance les uns des autres.

Arrosez copieusement en évitant de toucher les feuilles et la paille.

 

CONSEILS SUR LA CULTURE

Ne plantez pas le céleri-rave dans une rigole, mais à ras de terre.

Ne le buttez pas car il se développerait des racines au détriment de la rave.

Pour obtenir des plants trapus faites deux, trois et même quatre repiquages successifs avant la mise en place et pincez l’extrémité de la racine principale au premier repiquage.

Un mois et demi après le repiquage, formez avec un bout de bois, autour du collet, une petite cuvette pour favoriser le grossissement. A partir de fin août et deux fois par mois, détachez les feuilles jaunes qui se trouvent autour du collet et celles qui, extérieures, s’étalent au lieu de s’élever.

Lorsque l’on approche du moment de la récolte, coupez au canif les racines superficielles qui se forment sur le dessus de la rave et les côtés hors sol. En un mot, mettez progressivement à nu sans exagérer, la partie supérieure de la rave.

RECOLTE

Après la récolte, ne coupez pas au couteau, comme vous le faites pour les carottes, le collet des céleris-raves destinés à être conservés l’hiver. Enlevez à la main les feuilles du pourtour et contentez-vous de froisser, par une pression avec les doigts, celles plus petites du centre.

Récolté avant les premières gelées, une fois habillé (débarrassé de ses feuilles et de ses racines), le céleri-rave se conserve de quatre à six mois en cave.

 

Image

MALADIES ET RAVAGEURS

La septoriose du céleri

C’est une maladie due à un champignon qui se développe surtout par temps humide et chaud, donc rencontrée souvent en été et en automne. Sur les feuilles, apparaissent des taches décolorées puis brunissantes ensuite. Les raves se recroquevillent, se dessèchent et meurent. Le développement de la plante est compromis.

Par temps humide, traitez le sol avec une décoction de prèle avec éventuellement adjonction d’un produit à base de soufre (20 gr/litre). Répétez l’application pendant plusieurs jours.

Pulvérisation d’une préparation stimulatrice des défenses naturelles LAIT DE VACHE, INFUSION DE PISSENLIT

Rouille du céleri rave

Comme la septoriose, c’est une maladie cryptogamique apparaissant lorsque le temps est chaud et humide. Sur la face supérieure des feuilles, vous allez voir apparaître de minuscules taches blanches, oranges voir brunes selon les espèces. Si vous retournez ses feuilles vous verrez que ces tâches correspondent à de minuscules pustules de même couleur. A terme, le feuillage jaunit et sèche.

Enlevez et brûlez les feuilles atteintes et pulvérisez de la bouillie bordelaise.

Deux mouches assez similaires s’attaquent aux céleris. La mouche du céleri et la mouche de la carotte. Évitez les fumures fraîches riches en azote. Épandez plutôt un engrais à base d’algues marines.

Couvrez vos plants d’un filet anti-insectes (mailles de 1 mm maxi) pendant la période des vols et installez des pièges jaunes à glu.

Vous pouvez aussi pulvériser avec une décoction de sureau ou une macération de lavande. Mise aussi sur l’action répulsive avec l’association ou la couverture de feuilles de d’absinthe, de fougères, de lavande, de romarin, de sauge et de tanaisie.

Pensez aussi à lutter contre les escargots et les limaces.

ASSOCIATIONS DE PLANTES

Semez ou plantez les céleris qu’ils soient boules, branches ou à couper loin de la carotte, du maïs, du persil et de la pomme de terre.

Mais le céleri-rave se marie très bien avec les concombres, les choux, les haricots nains, les pois, les radis, les tomates et la laitue.

 

Image

 

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et à Séverine (Sev28) pour

les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour ellesBlog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Un commentaire

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :