Accueil » Non classé » Les salsifis et les scorsonères

Les salsifis et les scorsonères

 
Image
SCORSONERE

Le salsifis est un légume à la longue racine pivotante, qui malheureusement est oublié des commerces depuis longtemps, mais pas de nos potagers. Il se récolte tout au long de l’hiver au fur et à mesure de vos besoins. Il offre des notes douces et sucrées.

Le salsifis, Tragopogon porrifolius, est une plante bisannuelle rustique, poussant naturellement entre les pierres, dans les régions méditerranéennes. Les longues feuilles forment une touffe. C’est la racine qui donne tout l’intérêt de cette plante. Elle est très longue, pivotante, blanc jaunâtre, charnue, pouvant mesurer jusqu’à 20cm de long. Elle est fortement odorante.

 

Image
SALSIFIS

Le salsifis a des propriétés non négligeables. Il contient des glucides et des sels minéraux (magnésium, phosphore, soufre). En cuisine, on adore sa racine, cuite dans l’eau salée, parfait accompagnement pour les viandes blanches et les légumes tels que les fèves et haricots verts, accommodée en gratin, sauce blanche. Les bourgeons et les feuilles font aussi le régal des papilles, en crudités et salades. Le salsifis est réputé long à nettoyer et à éplucher. Pourtant sa saveur unique entre la noisette et la noix vaut bien ces efforts.

Image

SALSIFIS OU SCORSONERE

Et puis, pour dissiper une mauvaise interprétation

Ces deux légumes, qui appartiennent à la famille des Astéracées, sont à la fois très proches et différents et font parfois l’objet de confusions.

Le salsifis, Tragopogon porrifolius que vous avez déjà vu dans ce sujet ci-dessus, est un légume racine jaune bisannuel à la chair fondante et à la douce saveur sucrée qui rappelle celle du cœur d’artichaut.

Par contre le scorsonère (ou salsifis noir), Scorzonera hispanica, cache quant à lui, sa chair blanche sous une peau noire. De saveur similaire, il a supplanté le salsifis, moins productif, plus fibreux, plus délicat à cultiver et à cuisiner.

 

Image

Malgré tout, il serait dommage de se priver de ses qualités gustatives et de ses propriétés digestives et nutritives pendant l’hiver, période durant laquelle diversifier les menus devient un vrai casse-tête.

VARIÉTÉS

Il en existe trois.

– Tout d’abord, le salsifis blanc amélioré, précoce avec de longues racines fusiformes, tendres et savoureuses.

– Et ensuite le salsifis mammouth avec de longues racines épaisses, de très bonne qualité.

– Et pour finir, le blanc géant de Russie.

SEMIS

Les salsifis apprécient les situations chaudes et ensoleillées. Ils réclament un sol léger, frais, profond, bien ameubli, riche mais sans fumure récente comme les carottes. Un amendement à l’automne précédent les semis est largement suffisant.

Semez au début du printemps, de mars à mai pour une récolte d’octobre à mars.

Semez en lignes, distantes de 25-30 cm. Recouvrez les graines d’un peu de terre et tassez bien avec le dos de votre râteau. Gardez la terre humide. Lorsque le plant a deux feuilles, éclaircissez à 5 à 10 cm. Binez et sarclez car les salsifis détestent la concurrence avec les mauvaises herbes.

Je vous conseille de les pailler pour garder l’humidité et limiter la pousse de mauvaises herbes.

 

Image

RÉCOLTE

Les salsifis se récoltent de novembre à mars, en fonction des besoins. Pour les récolter aidez vous de votre fourche bêche, en sachant que la racine peut être assez longue. Alors, attention de ne pas en laisser une partie des salsifis en terre. Une fois récoltés, ils peuvent se conserver quelques jours dans un endroit frais, ou bien dans une caisse en bois de préférence avec du sable (voir sujet sur la carotte. C’est exactement le même procédé). Le sujet de la carotte c’est ichttps://spotjardin.wordpress.com/2016/04/10/les-carottes/

ASTUCE POUR PELER PLUS FACILEMENT LES SALSIFIS ET LES SCORSONÈRES

Lavez-les correctement puis plongez-les 10 minutes dans l’eau bouillante, c’est plus facile pour les éplucher. Quand vous les avez épluchés, terminez la cuisson dans une autre eau bouillante avant de les cuisiner.

Merci Lilou pour cette astuce.

Image

MALADIES

Le salsifis a l’avantage d’être peu sensible aux maladies et de ne pas être la cible privilégiée des ravageurs.

Mais toutefois, l’oïdium et la rouille blanche font parfois leur apparition. Des traitements naturels comme le purin d’ortie ou de prêle peuvent être alors utilisés, ainsi que le soufre à pulvériser donc sous forme de poudre à mouiller.

ASSOCIATIONS DE PLANTES

Les salsifis aiment le voisinage de la carotte, de la laitue, du poireau et de l’oignon. A contrario il semblerait qu’ils n’apprécient guère l’artichaut, l’endive ou le topinambour.

 

Image

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et à Séverine (Sev28) pour

les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles

Blog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :