Accueil » Non classé » Cardon

Cardon

GENERALITES
L’ancêtre du cardon (un des plus anciens légumes), le cardon sauvage serait endémique au bassin méditerranéen. Connu chez les Grecs sous le nom de « lactos », ce sont les Romains qui l’ont sélectionné pour en faire le légume que nous connaissons. Le botaniste grec Dioscoride (au 1er siècle après J.-C.) relatait déjà sa culture à grande échelle près de Carthage. Le légume était fort renommé au Moyen-Âge au point que Charlemagne le fit figurer dans le Capulaire de Villis (acte législatif par lequel Charlemagne y édicte à l’intention des villici, les gouverneurs de ses domaines entre autre une liste d’une centaine de plantes, arbres, arbustes ou simples herbes dont la culture est ordonnée dans les jardins royaux.)

C’est une plante qu’il faut manipuler avec précaution en raison de ses piquants redoutables qui ont découragé bien des jardiniers et maraîchers. Et pourtant ce légume est d’une finesse incomparable.

CULTURE
Le cardon a besoin d’une exposition ensoleillée, d’un sol riche en humus, frais, meuble et profond. N’hésitez pas à lui apporter de la fumure décomposée et/ou du compost.

Il se sème en place par poquet de 3 à 4 graines tous les mètres les rangs espacés de 1,50 m. Recouvrez de terre fine. A la levée, ne conserver que le plant le plus vigoureux. Mais vous pouvez très bien repiquer les plants d’éclaircissage. A ce stade, attention aux limaces qui sont gourmandes des jeunes pousses de cardon. Arrosez très régulièrement surtout lorsque le temps est sec et paillez les pieds. En effet si le cardon souffre de la sécheresse, les côtes deviennent très amères. 

BLANCHIMENT OU ETIOLAGE DES CARDONS
Pour avoir de belles côtes tendres, blanches et savoureuses, il est indispensable de blanchir les pieds. On appelle cette opération l’étiolage. Dès septembre vous allez commencer par blanchir vos cardons. L’opération dure 3 semaines, ensuite il vous faudra consommer rapidement les cardons blanchis sous peine de les voir pourrir. C’est pour cela qu’il faudra faire cette opération au fur et à mesure de vos besoins.
D’abord il vous faudra supprimer toutes les parties jaunes puis lier ensemble vos côtes avec du raphia, mais uniquement sur feuilles sèches. 
Première étape : le groupage des côtes. A deux l’opération sera plus facile. Préparez d’abord vos liens de raphia ou autre. Ensuite prenez une cordelette d’environ 2 mètres de long et vous y attacherez un bâton à chaque bout. Passer la cordelette autour du collet du cardon. Chacun prend un bâton et vous entourez en remontant le long du plant en vous croisant. Ainsi les côtes seront regroupées. Un des deux jardiniers tient les deux bâtons pendant que le second lie les côtes avec les brins de raphia : un lien au milieu et l’autre en haut de la plante. Ne serrez pas trop les liens. Vous pouvez enlever la cordelette.
Deuxième étape : l’encapuchonnage. Entourez les pieds d’un manchon de paille, d’un sac ou d’une toile, d’un carton, d’un paillasson… Maintenez ce capuchon avec 3 nouveaux liens. 
Troisième étape : le buttage. Dès que l’encapuchonnage est terminé, il faudra butter les pieds. 
Trois semaines après vos cardons sont blanchis et prêt à être dégusté.
RECOLTE
Les cardons sont bons à récolter environ 5 mois après le semis. Si l’hiver est précoce, le gel va noircir les côtes. Pour prolonger la consommation, arrachez les pieds avec leurs mottes et replantez-les dans un bac à sable, dans une cave sombre et aérée. Ainsi, les cardons finissent de blanchir.

Si vous les laissez en place et protégez le collet, vos cardons vont repousser au printemps suivants et fleurir. Ces capitules, une fois à maturité mais avant que les écailles ne se forment, se cueillent, se cuisinent comme l’artichaut.

ASSOCIATION DE PLANTES
La végétation du cardon est très lente à pousser, vous pouvez donc, pour occuper le terrain, contre-planter des radis, de la laitue, des épinards, de la mâche…

Semez les cardons près des fèves, ils semblent avoir une synergie.

MALADIES ET RAVAGEURS

Limaces, pucerons, vers gris et le mildiou sont ses ennemis.

CARDONS ET SANTE

Ses feuilles ont été utilisées en médecine traditionnelle pour les maladies chroniques du foie et les maladies de la vésicule biliaire, jaunisse, l’hépatite, le diabète. La recherche moderne a montré que la cynarine qui est le composé amer de la plante, peut améliorer la fonction hépatique de la vésicule biliaire et stimule la sécrétion des sucs digestifs, ainsi qu’une aide à abaisser les niveaux de cholestérol dans le sang.

 

cardons en fleurs

 

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et à Séverine (Sev28) pour

les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles.

Blog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

Enregistrer

Enregistrer


Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :