Accueil » Non classé » Maceron

Maceron

Source de l’image : carrefourdelafleur.com
GENERALITES
Appelé aussi Ache, Persil de cheval ou Persil de Macédoine, le maceron est à l’origine une plante sauvage qui pousse en Europe méridionale. Ce sont les moines, au début de l’ère chrétienne, qui se sont mis à le cultiver. Une culture qui va durer jusqu’à ce que le céleri le supplante au XVIIème siècle. Si c’était principalement sa racine qui était consommé, ses feuilles étaient utilisées en pharmacopée traditionnelle pour ses propriétés antiscorbutiques. 
CULTURE
Le maceron aime les expositions ensoleillées, un sol meuble, riche et frais. Il se sème dès mars-avril en rang distant de 30 cm. Dès que les plants ont quelques feuilles, éclaircissez-les pour n’en laisser qu’un tous les 15 cm environ.  Paillez en cas de fortes chaleurs. 
RECOLTE
Tout se consomme dans cette bisannuelle, de la racine aux boutons floraux et même aux graines. 4 mois après le semis les feuilles peuvent être cueillies, pour les racines, il faudra attendre 7 mois mais pour les fleurs, ce ne sera que l’année suivante. Pour passer l’hiver en terre, dès l’approche des grands froids, couvrez les pieds d’un bon manteau de paille et/ou de feuilles mortes.
263212001466056993

 

CUISINER LE MACERON
Les jeunes feuilles se dégustent aussi bien crues que cuites en salade ou en épinard. Plus âgées, on les incorpore dans les soupes, les pots-au-feu dont elles relèvent agréablement le goût. Les pays méridionaux l’utilisent comme du persil.
Les jeunes tiges creusent peuvent se confire comme l’angélique mais peuvent aussi se déguster cuites comme des asperges.
Avec les fleurs vous pouvez faire des beignets comme pour les courgettes ou les fleurs d’acacias.
Les fleurs en boutons et les graines jeunes vous les mettrez à confire dans du vinaigre comme les câpres.
Les graines mûres servent d’épices une fois moulues.
Et enfin les racines se mangent comme les carottes aussi bien crues que cuites.
MACERON ET SANTE
Hormis les vitamines et les sels minéraux, le maceron fait parti des plantes médicinales utilisées en phytothérapie.
Voici quelques propriétés prêtées aux racines et aux graines du maceron : stomachique, antispasmodique, diurétique, dépurative, antiscorbutique, cholagogue, antiasthmatique. On s’en sert toujours beaucoup en usage externe pour soulager les coups de soleil, petites brûlures, plaies atones, engelures…

 

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et à Séverine (Sev28) pour

les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles.

Blog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

Enregistrer

Enregistrer


Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :