Accueil » Partenaires » L’assiette sauvage

L’assiette sauvage

th

Bonjour à tous. Un partenaire supplémentaire est venu rejoindre mon site et je m’en félicite. Nous avons la même optique (L’échange et le partage) qui permettront de faire

        avancer nos idées. Si chacun apporte sa pierre nous pourrons encore mieux faire connaitre d’autres façons de cultiver. Je vais aussi présenter mon site dans le sien. Merci Patrick de m’avoir contacté.

Le cueilleur-Culteur

Capture1.PNG  Après 25 ans d’exercice de « l’art médical », en tant que vétérinaire puis ostéopathe sur les animaux et les gens, le symptôme d’expression du corps (celui qui pousse à consulter) ne me semble plus que la partie émergée, partie infime d’un iceberg dont l’énorme base immergée parle de nos émotions, de notre passé, du clan dans lequel nous évoluons, de notre société et de notre nourriture.

Le médicament que l’on donne pour amender le symptôme même s’il est parfois vital et bienvenu me semble régulièrement une piètre réponse aux maux qui nous rongent, ce bonbon nous anesthésie sans nous offrir de vraie réponse et l’absence de quête du pourquoi nous laisse dans une infantilisation où l’on attend du « grand docteur » qu’il nous sauve. Et c’est ainsi que la « pharmacie » a pris le pouvoir en médecine.
Et il y a quelques temps, il m’est apparu qu’en quelques générations le même système s’est imposé avec notre nourriture où la plupart d’entre nous attendent du marchand qu’il nous livre nos ingrédients quotidiens et pourtant tombent des nues quand ils se rendent compte que depuis la production jusqu’au transport, au stockage, à la vente, des scandales se multiplient qui font prendre conscience d’une chose : le système est tel que l’important n’est pas de nous offrir un aliment « sain », respectueux de nos frères et de notre vaisseau spatial « Terre » mais de faire du business. Et tel le petit oiseau au nid nous attendons la becquée sans aucun contrôle de ce qui nous arrive dans le bec.

Ce trait épaissi s’il est réel pour la majorité des humains surtout citadins est de plus en plus contesté par des initiatives plus ou moins personnelles ou collectives qui nous parlent de cueillette, de Permaculture, d’échange, de collectivisation, de relocalisation, etc …. Et de nombreux précurseurs Capture2.PNG  ont fait un travail déjà énorme pour nous amener sur un plateau la possibilité de penser autrement, de se nourrir autrement.

Dans notre ferme http://www.wakama-nagi.org nous essayons de relier l’homme à l’homme, l’homme à l’animal, l’homme à la nature, nous essayons de faire toucher du doigt à chacun qu’il fait partie d’une gigantesque conscience et que nos « sens » nous permettent de mieux prendre en compte ces liens vitaux. Et évidemment maladroitement nous essayons de mettre en œuvre ce que nous ressentons, toujours tendant pragmatiquement vers… sans jamais y arriver comme nous tous ici-bas.

Le volet végétal s’est vraiment invité pleinement récemment dans notre projet d’oasis parce qu’un livre sur les herbes folles s’est placé sous mes doigts et m’a fait comprendre que la moindre tâche verte autour de nos maisons était une mine plus riche de potentiel que la mine d’or plus haut dans la vallée.

Capture3.PNG  Alors explorant le sujet avec boulimie depuis deux ans, l’idée de poser sur le papier et de relier les expériences de tout un chacun sur un sujet donné comme je le fait depuis 13 ans avec l’ostéo4pattes (http://www.revue.osteo4pattes.fr) m’est apparue évidente.

Sont donc nés un site : l’Assiette Sauvage et la revue qui l’accompagne, le Cueilleur-Culteur qui sont une tentative de réappropriation collective de notre nourriture, de notre corps et de notre façon de penser en reconquérant un savoir qui s’est en partie perdu : la nourriture pousse aussi toute seule autour de l’escalier de la maison si les conditions sont bonnes !!!!

Aussi avec Aristote qui nous demande « que notre nourriture soit notre seul médicament » et quand on sait que « l’on EST ce que l’on mange ». Quand un écrivain comme Damasio nous dit mi rigolard, mi très sérieux :
 » On pense avec le corps, les amis ! Bien mieux, bien plus profondément qu’avec la conscience, même éclairée et aux aguets. Lorsque le corps est pris en main, la cervelle pense sous contrôle. «  (Alain Damasio, La zone du dehors).

Alors la suite logique est que nous devons absolument comprendre chacun comment nous sommes passés de cueilleurs de plantes sauvages dans nos tribus à mangeurs de malbouffe dans nos villes.

Alors voici le début d’une aventure collective, non point la seule, ni la première, mais qui je l’espère prendra sa juste place dans le réseau des guetteurs d’autonomie.

Le projet ici est de collecter les savoirs et les expériences sur les plantes qui se mangent et pas seulement les légumes oubliés et sur la façon de repenser un jardin pour parcourir à nouveau les premiers pas de l’agriculture :
Rapprocher de mon lieu de vie les plantes que j’aime dans mon assiette. Ce nouveau jardin, je l’appellerai « jardin éclaté » premiers pas qui mène du sauvage à une orientation du couvert végétal proche vers plus de richesse et de complexité autour de soi en utilisant tous les écosystèmes possibles près d’une maison.

Avec ma seule énergie cette aventure ne sera peut-être pas grand-chose, avec la vôtre, sûrement quelque chose de bien plus grand que nous tous. Si nous sommes nombreux à lire gratuitement sur le net, nombreux à acheter les formats PDF et papier, nombreux à faire un don pour notre «Jardin Eclaté», celui de la ferme afin que nous testions grandeur nature ce que nous entendons par enrichissement naturel et vous écrivions des propos pertinents.
Et parce que l’heure est maintenant à la coopération et qu’en particulier des films comme «Solutions locales pour un désordre global», «En quête de sens», «Demain», nous ont montré le chemin, et que la compétition n’a rien à faire dans ce projet, vous qui connaissez le sujet des plantes sauvages et avez une certaine idée de la Permaculture, prenez contact avec nous, pour que nous mettions vos sites en lien, pour que nous mettions vos évènements dans l’agenda, pour que nous publions vos textes, connaissances ou réflexions …

capture4  Nous pouvons d’ores et déjà faire un simple échange de lien, un simple partage sur un réseau social. Mais on peut aller plus loin et le deal est simple :

  • Juste curieux offrez nous des textes, si vous fournissez un texte (pas besoin d’être écrivain : une question, un doute, une expérience suffit…), vous recevrez un an de revue.
  • Acteur des jardins et du sauvage avec un site et des activités autour de ce sujet, couchez trois textes sur le papier et votre publicité dans cette revue vous est offerte toute l’année.
  • Acteur du sujet si vous ne pensez pas pouvoir y écrire par timidité alors nous vous demanderons une obole de 50 € HT pour l’année afin que tous vos évènements et publicités viennent prendre place dans cette revue et notre site. En retour nous diffuserons alors tous ensemble sur nos sites et nos réseaux la version Internet de la revue dans laquelle vos évènements ont pris place.

Alors ce premier jet, ce brouillon prendra peut-être son envol coopératif vers une revue avec de nombreuses pages, de nombreuses réflexions, de nombreuses connaissances à diffuser, à partager … Car dans le fond, l’important n’est peut-être pas dans le contenu d’un projet, mais dans les liens crées à l’occasion de celui-ci …

Aussi, n’hésitez pas à prendre contact, à participer, à partager, le Cueilleur-Culteur a besoin de toutes les énergies pour devenir une aide à la réappropriation collective de ce trésor naturel que sont les herbes sauvages !

Thomas Oak (alias Patrick Chêne)
redaction@osteo4pattes.eu
http://www.assiette-sauvage.org
http://www.wakama-nagi.org


5 commentaires

  1. lapinbleu2 dit :

    Salut Patrick !!
    Bienvenue parmi nous !! Tout d’abord merci de m’avoir contacté.
    Je partage entièrement le contenu de ta publication. Depuis des décennies on nous a enfermé dans un système de telle sorte que les lobbyings et toutes sortes de business sont très forts.
    Nous sommes trop dépendants de tous ces système et je pense qu’il est temps de rendre à notre mère nature ses lettres de noblesse que l’on lui a volées pour faire de l’argent et toujours plus d’argent.
    Je sais, le chemin est encore long mais je suis convaincu que nous pouvons améliorer les choses tous ensemble. Le partage et l’échange sont primordiaux pour avancer dans ce sens. Chacun, suivant ses possibilités peut apporter sa pierre à l’édifice. Il ne faut pas oublier que nous sommes les plus nombreux sur terre. Il est inconcevable que ce soit une minorité qui s’accapare des droits sur la nature, sa terre, ses semences et par voie de conséquence notre nourriture.
    Créons les conditions tous ensemble pour aller vers notre indépendances sans brûler d’étapes mais en faisant un petit peu chacun dans son environnement sans oublier de partager ce petit peu avec son voisin.

    Aimé par 1 personne

  2. sevylivres dit :

    Bienvenue à ce nouveau partenaire. je passe en coup de vent en ce moment, pas trop le temps. Joyeux Noël

    Aimé par 1 personne

  3. lapinbleu2 dit :

    Merci Sev. Joyeux noël à toi aussi. T’as reçu ma carte par mail ?

    Aimé par 1 personne

  4. lapinbleu2 dit :

    J’ai vu. Je viens de te répondre.

    J'aime

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :