Accueil » potager » la culture du carbone

la culture du carbone

th12

Pour faire suite à mon précédent message et pour approfondir cette notion de recyclage du carbone.

Un constat tout d’abord sur l’apport d’N sous forme d’engrais dans nos parcelles aujourd’hui et leurs conséquences:

Que ce soit par le biais du compost, fumier, lisier, ou autre fertilisant ce sont les bactéries qui vont être nourries car ce sont elles qui vont le minéraliser pour le rendre assimilable par les plantes.
A force de les nourrir elles et elles seules, elles vont devenir énormes.
Une fois qu’elles auront tout consommé, une fois l’azote absorbé, elles vont aller taper dans le frigo du sol (la Matière Organique) en minéralisant un maximum la MO disponible.En conséquence quand il devrait rester aux alentours de 5% de MO pour être stable, ce stock n’est plus alimenté et va donc diminuer et créer ces phénomènes d’érosions, de compactage, …On détruit donc notre sol à le fertiliser sous ces formes, pire on le pollue
C+N de la Matière organique + O2 + énergie -> CO2 + NO3
On connait la problématique des nitrates dans nos nappes
Pourquoi ne faudrait il plus laisser nos sols nus ?
1 – Parce que d’après le cycle naturel de l’évolution d’un sol, on va laisser la place aux « adventices » qui ont un rôle de régénération du sol mais qui ne t’intéresse pas 🙂
2 – Parce que l’on se prive de bactéries que l’on appelle « Fixateurs libres » qui vont être très intéressantes dans la captation du N de l’air (Les UV tuent ces fixateurs libres : Azotobacter, Pseudomonas, bacillus, …). Par ailleurs la littérature nous dit que plus on nourrit artificiellement ces bactéries plus elles deviennent faignantes.
3 – Parce que nourrir le sol de carbone produit de l’azote.
th10Concrètement
Pourquoi en mettant de la paille sur un sol on produit de l’azote ?
La paille sur sol va :
– minéraliser pour partie dans un premier temps (minéralisation primaire = sucre rapide)
– Être stockée sous forme d’humus dans un second temps (humification = sucre lent)
==> Pour être minéralisée dans un second temps (minéralisation secondaire)
Le C/N de la paille est élevé et on s’intéresse ici aux C/N des résidus sur le sol.
le C/N de la paille de blé peut aller jusqu’à 150.
Le bois a un C/N supérieur à 150 et < à 400 tout dépend de la nature du bois.
On dit qu’avec environ 200 Unités d’azote/Ha les rendements sont bons
=> us et coutume agricole on va dire
On sait également qu’1T de paille dispose de 3 Unités d’azote et 400 Unités de carbone
donc pour disposer de 200 Unités d’N/ha il nous faudrait 70T de paille/ha
-> Ce qui apparaît très important d’où l’idée de la mise en place de couverts végétaux
thComment a-t-on calculé ça  ?
1T de paille = environ 1T de matière sèche soit environ 0.4 pour obtenir le taux de carbone soit 400 Unités
Si C = 400
N = 400/150 un peu moins de 3.

La paille restée sur le sol permet aux fixateurs libres (cités avant)  de capter une partie du N disponible par la minéralisation de la paille.

Ces mêmes fixateurs libres nous mettent à dispo une bouillie de paille dont le C/N est aux alentours de 24 donc nous restituent 16 Unités d’azote ( produit en croix 400/24)  pour 1T de paille.

La question légitime : pourquoi ne pas avoir mis cette MO dans le sol plutôt que sur le sol ?
On peut considérer que Mo + O2 = Mo + N2 car l’air est à 80% composé d’N.
Si maintenant on fait Mo – O2 donc Mo – N2 cela génère une fermentation anaérobie -> CO2 -> Conservation acide -> Favorise la mise en place de pathogène.

Que nous montrent les expérimentations ?

L’apport de Matière sèche en tant que litière  (Carbone + Azote) permet ainsi :

– d’apporter des unités d’azote supplémentaires grâce aux fixateurs libres.
– d’apporter du stock de MO (C et N qu’on évalue autour de 20%) par la décomposition de la paille.
Les 80% restants étant disponibles pour la minéralisation primaire et donc le recyclage sur le long terme.
1169181_3_0823_la-capacite-de-sequestration-du-co2-des-f.png– Dans le cas où le sol continue à être travaillé, la minéralisation de la MO va être accélérée donc va apporter des Unités d’Azote tout en dégradant le stock disponible .
==> Équilibre humique mais le sol se dégrade tout de même.
– Dans  un sol non travaillé au contraire on va générer un gain de stock de MO soit une perte d’apport d’azote (puisqu’il va être stocké donc non minéralisable donc non disponible).
==> Transition créant des faims d’azote importantes.
==> Mais cette perte va être compensée par l’apport d’N exercé par les fixateurs libres.

==> Nécessité d’implanter des végétaux qui apportent de l’azote : Les légumineuses.

Conclusion :
Il serait donc pertinent de ramener une inter-culture permettant :

– de ramener un maximum de paille (paille + racines).
– d’apporter de l’azote de manière naturelle.
– de capter une partie du CO2 qui s’échappe du sol naturellement et donc capté directement pas les stomates des plantes en couverture, assurant ainsi un effet booster immédiat.
==> la féverole est considérée comme très intéressante pour plusieurs raisons.

==> La question suivante porte sur le broyage de ces couverts. Les essais montrent qu’un broyage génère des libérations d’éléments défavorables (urée) –> Rouler les couverts mais ne surtout pas les broyer.

thNB : Tout végétal au niveau de ses racines a un pH de l’ordre de 4 à 5.
Le fait de travailler le sol en permanence a tendance à homogénéiser le pH dans les sols alors que nous devrions avoir des gradients à différents endroits de ce sol.
L’avantage d’avoir un pH proche de 4 permet de capter des éléments tels que Ca, P, K

Un pH basique empêche au végétal de récupérer ces éléments.

De la même manière un fertilisant avec des nitrates ne permet pas de baisser le pH, bien au contraire va l’augmenter -> Pas de Ca, P, K notamment .

Légende des différents symboles.
Ha  hectare
Carbone
Azote
MO  Matière Organique
NO3  Nitrate
C/N  c’est le rapport,Carbone Azote dont on parle
souvent dans l’élaboration de compost mais pas que.
Ca  Calcium
P Phosphore
Potassium

5 commentaires

  1. Annawenn dit :

    OK, je te crois sur texte 🙂 D’ailleurs je paille mon potager, parce que la chimie j’ai arrêté en au lycée lol

    Aimé par 1 personne

  2. lapinbleu2 dit :

    Merci Françoise pour le reblog.

    J'aime

  3. pestoune dit :

    Adepte du paillage depuis longtemps, je suis convaincue pleinement par ton article. Par contre, je découvre les effets pervers d’un fumage ou compostage du jardin. Mais je m’étais aperçue qu’un jardin fumé laissait pousser certaines plantes en proportion quasi anarchique notamment le mouron bleu. Le trop étant l’ennemi du bien, je finissais par conclure que fumer son jardin n’était pas si bon que ça. Tu m’en donnes l’explication. Merci Chris

    J'aime

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :