Accueil » Fruitier » Le poirier

Le poirier

imagesPRÉSENTATION

Le poirier est un arbre fruitier très répandu et très facile de culture. Il peut être planté jusqu’à 1000 mètres d’altitude et résiste jusqu’à une température de -20°. Son entretien est assez facile et son besoin en eau est modéré.

Il se plait dans un sol lourd (argileux même un peu caillouteux) et dans un sol plus léger (sableux) du moment qu’il soit bien drainé et pas trop calcaire. Il ne supporte pas les sols très secs ou ceux à eau stagnante. A vous de trouver un juste équilibre. images (1)Il en existe plusieurs centaines de variétés. Certaines comme la Williams ou la Guyot sont auto-fertiles. Il est donc conseillé de pratiquer une pollinisation croisée pour une meilleure fructification. Vous pourrez installer à son pied des plantes mellifères qui attireront toutes sortes de butineurs en vue d’une bonne pollinisation.

télécharger (1)PLANTATION * ENTRETIEN * RÉCOLTE

La plantation se fera de novembre à mars hors période de gel et de grosse humidité si vous avez de grosses pluies. Choisissez un endroit ensoleillé et à l’abri des vents forts. Suivant l’espace dont vous disposez vous pourrez lui donner la taille que vous souhaitez en fonction de la taille que vous pratiquerez. Vous savez que vous irez jamais cueillir vos poires à 8 ou 10 mètres de hauteur. Alors, pensez à le rabattre dès la première année. Je vous conseille une hauteur maximum de 3m50  afin qu’un simple escabeau vous suffise pour les cueillir. Vous pourrez cultiver votre poirier en pot ou en bac sur votre terrasse mais pour cela choisissez une variété naine. téléchargerEn pleine terre faites un trou à l’aide d’une bêche plate afin que les parois soient bien droites en aplomb. Faites-le de 80 cms de coté et autant en profondeur. Après, en fonction du volume du système racinaire vous pourrez réduire cette dimension. Quand votre trou est terminé, à l’aide d’une petite griffe grattez en profondeur au fond de ce dernier afin de bien ameublir le support pour bien favoriser l’enracinement. Coupez les racines qui ont souffert lors de l’arrachage ce qui évitera avec des coupes nettes à l’aide d’un sécateur bien aiguisé que des champignons se forment sur les bouts des racines blessées. Et par conséquent la reprise ne pourra être que meilleure. images (2)N’oubliez pas que le point de greffe doit être situé juste au-dessus de la surface du sol. Ensuite plantez un bon tuteur au milieu de votre trou. Maintenant vous allez disposer votre poirier dans le trou bien droit. Attachez-le avec un lien en plastique afin qu’il soit bien stabilisé. Rebouchez le trou avec la terre extraite. Avant de terminer le rebouchage dès les premières pelletées secouez un peu votre poirier afin que la terre descende bien entre les racines. Terminez le rebouchage. Tasser un peu avec vos pieds. Arrosez copieusement et paillez. Au printemps vous n’aurez qu’à l’arroser à nouveau hors période de gel. Après plus besoin de l’arroser sauf en cas de très grosse canicule. Ensuite, laissez-le vivre sa vie. Pour en savoir plus cliquez sur ce lien

N’hésitez pas à partager sur les service sociaux à  l’aide des boutons ci-dessous.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo.


18 commentaires

  1. … et qui donne un très beau bois. Merci Jean-Claude et un tout bon dimanche à toi.

    Aimé par 1 personne

  2. Aphadolie dit :

    Excellent article. J’y ai retrouvé ce que j’avais entendu sur le nombre de variété. Merci pour ton partage.

    Aimé par 1 personne

  3. brindille33 dit :

    Merci pour tes gentilles visites et pour tes beaux articles.
    Les poires et poiriers et oui, cela m’en rappelle des souvenirs. Je suis en retard avec ma terrasse. Je n’étais pas là. Pas facile de continuer l’emménagement de mon appartement et faire de l’administratif à Bordeaux. Là je me suis lancée dans un achat d’une tente à gonfler, oui oui et je vais ainsi avec ma petite voiture pouvoir explorer la nature, les vieilles pierres, abbayes, châteaux et tout ce qui est ludique. Je ferai une tentative dès que les saints de glace seront passés.
    Quant aux poires, j’aime la Williams, mûre. La Guyot, et puis en Belgique, je mangeais des Conférences, mais elles étaient souvent trop dures pour moi et la Doyenné du Comice. C’est étrange, j’avais totalement inversé les mots et l’appelle la Comice.
    Bon dimanche et lundi férié. 🙂
    Amicalement. Geneviève

    Aimé par 1 personne

    • Salut Geneviève !!
      Je vois que tu as du boulot sur la planche. Et oui on ne peut pas être de partout.
      Bonne continuation pour la suite. Bon dimanche et bon lundi férié à toi aussi.

      Aimé par 1 personne

      • brindille33 dit :

        Merci Jean-Claude, j’essaie de me maintenir à flot. Ce n’est pas évident tous les jours. Heureusement ici à la campagne et le soleil qui brille comme en ce moment sur la verdure que je vois depuis mon pc met bien du beaume sur le coeur. 🙂 C’est magique, et tellement merveilleux. Je ne me lasserai jamais et ai retrouvé cet environnement auquel j’aspirais tant. Pourtant je viens de la ville de Bruxelles, y suis née. J’ai toujours aimé la campagne, la nature. Je ressens vis à vis de ce qui m’y entoure des liens. 🙂

        Aimé par 1 personne

    • Tout à fait de ton avis Geneviève. Je me suis retiré pour ma retraite à la montagne. Il faudrait me payer très
      cher pour revenir en ville.. Mdr.. Bon on va voir ce soir si le vote blanc sera le premier parti de France.

      Aimé par 1 personne

      • brindille33 dit :

        Pour le vote, la France n’a pas encore compris que cette manière de voter n’était pas la meilleure.
        Ils s’adressent aux jeunes qui ont de l’argent, les jeunes cadres, bref le monde de personnes qui sont nanties. Même si ce serait un nouveau paysage dans les partis. La suite dira ce qu’il va en advenir. Pour moi, rien ne change en regardant tout cela de l’extérieur. Et je ne suis pas pour les petits bateaux qui vont sur l’eau. Je persiste et continue à dire ceci depuis pas mal d’années que nous vivons autant en Belgique qu’en France dans une dictature déguisée sous la forme d’une démocratie. La dictature de l’argent, du pouvoir etc…. Pour revenir aux cultures, qui s’occupent des abeilles qui meurent à cause de Monsanto ? Même nous, sommes contaminés et je me souviens d’un voyage en Bourgogne où le site de vacances se trouvait à côté de vignes. Nous avons commencé à avoir des gourmes. Cela a mis six semaines à partir. Il y a eu suspicions d’aoutats, mais non, après coup, je pense qu’il s’est agi de pesticides sans que nous le sachions. D’ailleurs, cet endroit de vacances a fermé ses portes, c’est dire. Bonne soirée Jean-Claude. 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Tu as tout dit et je partage entièrement ton point de vue. Ce sont les législatives qui vont décider. Le seul qui
        aurait pu nous sortir de là c’est JLM Il a manqué 640000 voix. Dommage. Il a fait presque 20 % des voix.

        J'aime

  4. entresoi dit :

    J’ai de très vieux poiriers au fond du jardin, j’essaye de les faire repartir, mais ce n’est pas gagner, personne ne semblait s’en occuper avant que j’arrive. Bonne semaine. Je redémarre sur les chapeaux de roue 😦 je ne vais pas trop avoir de temps à moi.

    Aimé par 1 personne

  5. entresoi dit :

    c’est ce que j’ai fait, je vais bien voir ce que cela donne cet été !

    Aimé par 1 personne

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :