Une araignée au plafond

imgserver (6)Tous vos sens sont aux aguets. La concentration est extrême. Vous savez qu’elle est là, quelque part, vous la sentez presque dans tous vos poils hérissés. Votre cœur fait résonner vos tempes comme un millier de tamtams africains. Vos mains se crispent fébrilement sur le manche de votre arme, un vieil exemplaire de Tuning magazine (le spécial « une carrosserie rose à petits pois verts : pour ou contre »)  roulé en cylindre plus ou moins rigide.

Vous êtes bien décidé à en découdre. Cette fois-ci  vous ne laisserez pas passer une si belle occasion d’asseoir  votre supériorité technique et physique au combat rapproché en milieu confiné et ombragé avec armement semi-contendant et uniforme de repos nocturne de type pyjama.

Votre ennemi passe devant vos yeux dans un rayon de lumière diaphane, telle une ombre un peu grotesque et tentaculaire.

imgserver (4)C’est maintenant ou jamais !! Vos muscles bandés depuis une bonne minute se détendent en un instant. Et vous jetez soudainement votre bras droit devant vous dans un mouvement vaguement circulaire en fermant  les yeux.

Vous les rouvrez timidement non sans une certaine appréhension. Votre respiration saccadée reprend peu à peu son rythme normal mais hélas, un constat déprimant tombe sur vos frêles épaules tel un balbuzard sur une carpe. Vous l’avez ratée !!

Et c’est tant mieux pour elle et pour vous aussi !!

Cela vous est déjà tous arrivé (je ne peux pas mettre « nous » car je ne me suis jamais trouvé dans une telle situation),  vous entrapercevez une bestiole à huit pattes (parfois seulement 6 ou 7 si elle a déjà rencontré un Homo sapiens avant) et vous n’avez alors plus qu’une seule idée en tête : lui faire la peau (enfin lui faire la chitine plutôt !! ).

Et bien ce n’est pas bien du tout !! C’est même très très vilain.imgserver (5)

Les araignées en plus d’être des êtres vivants tout à fait fascinants et forts jolis lorsqu’on s’y intéresse d’un peu plus près sont surtout extrêmement importantes pour l’équilibre de la nature.

Oui, oui, même au sein de nos maisons et de nos appartements.

Les araignées s’acquittent principalement de deux rôles écologiques primordiaux. Le premier étant que les araignées ça mangent des… Mais non… pas des jeunes sorciers ou des hobbits, ça c’est dans les livres… Les araignées sont des chasseuses à court comme les araignées-loups, à l’affût (les araignées-crabes par exemple) ou à piège (les toiles bien connues) de petits invertébrés dont la majorité sont des insectes. En d’autres termes, s’il n’y a plus d’araignées, il n’y aura plus de régulation de la population d’insectes. Bon tout est relatif en ce moment car près de 80 % des insectes ont disparu ces dernières années à cause des activités de l’Homme (ou alors les araignées sont beaucoup plus efficaces qu’on ne le pensait…). Mais il est évident que, en tant que jardinier ou cultivateur, on aurait plutôt intérêt de leus faire un gros bisou baveux sur le céphalothorax ou de leurs serrer le pédipalpe pour les remercier du boulot d’insecticide naturel dont elles se chargent tout au long de l’année, nous évitant au final pas mal de soucis.

Le deuxième rôle écologique tenu par ces octopatounes (ne cherchez pas, ce mot n’existe pas…) à chélicères est qu’elles… se font manger, elles aussi. Les araignées constituent une pièce très important de la chaîne alimentaire (mon cher Watson !! ) et se révèlent être un met de choix pour bon nombre d’animaux : oiseaux insectivores, reptiles, batraciens, micro-mammifères mais aussi insectes et… d’autres araignées.imgserver (8)

Alors vous voyez bien qu’il n’y a pas de quoi s’alarmer de retrouver chez soi ou dans son jardin cette si sympathique et inoffensive colocataire.

Deux petits  conseils avant de partir : si vous éprouvez le besoin saugrenu de vouloir sauver une araignée vivant dans votre maison en la faisant sortir de chez vous (dans le froid et l’hostilité de la solitude) parce que, bon,  vous aimez la nature mais… pas trop proche quand même. N’en faites rien !! Ces dernières, notamment les tégénaires et les pholcus pour ne prendre que ces deux exemples ne vivent pas dehors (d’ailleurs, les tégénaires mâles qui se baladent en automne ne « rentrent » pas dans les maisons, ils sortent juste de leurs cachettes). Donc amenez-les plutôt dans un endroit pas trop propre ni trop lumineux dans lequel elles pourront s’épanouir sans vous tracasser : le grenier, la cave, une remise ou la chambre de votre adolescent.

imgserver (7)Deuxièmement, ne touchez pas aux toiles des araignées (ça n’amuse que vous !! ). En effet, l’araignée doit fournir beaucoup de protéines pour créer son fil de soie et cela occasionne une grande perte d’énergie. Donc faites un détour si une toile barre votre passage… et amusez-vous à contempler cette architecture tellement magique. Pour en savoir plus cliquez sur ce lien

 

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo Documentaire Animalie

 

 

 

 

 

31 réflexions au sujet de “Une araignée au plafond”

  1. J’adore les octapatounes 😀 Je note. Merci Olivier, l’homme qui m’a appris à regarder les araignées d’un autre oeil. Mais hélas, peut pas laisser toutes les toiles dans la maison, ça fait un peu tâche pour moi. Et py c’est pas forcément agréable pour mes invités de prendre une toile dans le museau en entrant chez moi. Par contre, je garde mainant les naraignées en vie et chez moi. Mais interdiction de circuler au-dessus de mon lit la nuit.

    Répondre
    • Les toiles à l’intérieur, en ce moment ça fait déco pour Halloween, non ? Chez moi aussi, j’ai émis certaines règles pour les araignées. Interdiction de se faufiler dans la soufflerie de mon ordinateur, interdiction de se trouver dans l’enceinte de la chambre de 22 h 30 à 7 h 15, obligation d ingurgiter la majeure partie de leurs anciennes toiles et bien entendu, elles doivent se frotter leurs huis pattes sur les mini-paillassons que j’ai placé à cet effet un peu partout dans la maison. Pour l’instant, ça va, je n’ai pas dû trop sévir…

      Répondre
  2. j’ai fait de gros progrès. Néanmoins je les préfère en dehors de chez moi. Je leur parle et je passe un contrat avec elles pour qu’elle reste loin de moi 🙂

    Répondre
  3. A reblogué ceci sur Jardin sauvageet a ajouté:
    j’adore les araignées, depuis enfants un livre de la bibliothèque scolaire: une pauvre mère dépassées par la charge de travail procurée par sa dizaine d’enfants… . Un taudis quoi. Il faut qu’elle nettoie, qu’elle se débarrasse de la poussière des toiles d’araignées. Celles ci lui proposent un marché qu’on les laisse tranquille et en échange elle feront tout le travail de couture de raccommodage (dans ce temps si proche on ne mettais pas les ahbis on les raccomodais! et les voilà au travail et voilà la mère si be aidée que la maison et devenue propre, les enfants plus débraillés plus d’accrocs aux pantalons! fantastique non? Un grand amour des araignée est né de cette histoire ! je les défends empêche quiconque de les tuer, j’ai pris sur moi de ne pas en avoir peur tout peut être apprentissage y compris ne pas avoir peur des araignées!!!et les attendre qu’elles viennent sur un papier pour les pousser de la vue de ceux qui en ont peur. Et si je vous disais qu’il y en a une qui squatte depuis quelques joursmon lit!!! Elle est très rapide dès que je la vois elle se faufile je en sais où et comme je ne fais pas la chasse… qu’elle file! peut être dormons non ensemble, ou non. et pas de piqure. Si comme moi vous n’avez eu la chance d’avoir ce livre entre les mains lisez cet article! Merci à jean Claude pour une telle publication.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :