Accueil » potager » Les erreurs à éviter au jardin potager

Les erreurs à éviter au jardin potager

 

ATTENTION AUX COUPS DE CŒUR

tulip-3024741__340.pngÉvitez de craquer pour une plante si belle et attirante soit-elle, si vous ne savez pas où l’installer. Demandez-vous si elle correspondra au style de votre jardin, à l’harmonie générale tant au niveau de sa forme que de sa couleur. Pensez à son volume, si elle ne va pas gêner le développement de vos autres plantes. Et pour ça, n’hésitez pas à vous renseigner sur sa taille adulte auprès de votre jardinerie habituelle.

PLANTATION HORS SAISON

tree-3146380__340Posez-vous la question si c’est le bon moment d’acquérir une plante que vous installerez dans votre jardin en pleine période de gel, ou pire, avant une période très chaude comme en juin, voire juillet.

Est-ce que vous êtes sûr de pouvoir prodiguer à votre nouvelle plante les soins nécessaires et en particulier les arrosages plus qu’indispensables à sa bonne reprise ? (En cas de départ en vacances par exemple).

Je vous conseille de choisir plutôt des plantes de petites tailles qui s’installeront avec une plus grande facilité et bien souvent, rattraperont en croissance des végétaux de tailles supérieures. Ceci est d’autant plus vrai pour les plantations de haies si onéreuses.

Très important Plantez des arbres, arbustes ou fleurs adaptés au climat de votre région.

PLANTER EST UN ACTE IMPORTANT

ecology-2985781__340Une fois que vous avez acheté vos plantes, ne les laissez pas dans un coin et évitez de retarder leur plantation, surtout si elles sont en godets. Si vraiment vous ne pouvez pas les planter de suite, pensez à les arroser. Autrement, vous risquez de les voir dépérir, se dessécher ou du moins s’étioler.

Toutefois, je vous conseille de prendre votre temps pour les planter. Elles risquent de ne pas aimer si vous faites cette opération à la va-vite. Il faut que vous pensiez que vous avez fait un investissement à long terme. C’est pourquoi il faut que vous les soignez bien et arrosez-les en conséquence jusqu’à une bonne reprise.

JARDINER AVEC LA LUNE

night-3115977__340

Depuis des lustres, les hommes observent l’astre lunaire et ses rythmes, sa course dans le ciel, sa croissance puis sa décroissance. Ils en ont tiré des usages et des conclusions qui ritualisent en quelque sorte leur vie quotidienne, au jardin bien sûr, mais aussi à l’occasion de certaines activités comme l’apiculture ou la vinification. Toutes ces influences ont été traduites au fil du temps en des expressions plus ou moins imagées par exemple pleine lune, nouvelle lune, lune rousse. À force, il est devenu assez difficile de mémoriser et de connaître précisément la signification de ces différents termes. Je vous propose ici de faire un point sur les principales définitions et expressions qui entrent en scène dans le jardinage avec la lune. Certains jours, abstenez-vous de jardiner.

NŒUD LUNAIRE

La terre se déplace autour du soleil sur un plan qui se nomme écliptique. La lune, dans sa trajectoire autour de la terre, forme une ellipse dont le plan traverse deux fois l’écliptique, en descendant et en montant. Ces intersections sont appelées nœuds lunaires. Les influences lunaires sont alors perturbantes et il est déconseillé de jardiner ces jours-là

PÉRIGÉE ET APOGÉE

Le repos du jardinier est, pour les mêmes raisons, recommandé au moment du périgée et de l’apogée lorsque la lune est, sur son ellipse, au point le plus proche ou le plus éloigné de la terre.

ÉCLIPSE

Quand la lune se trouve alignée avec le soleil et la terre dans le plan de l’écliptique, on assiste à une éclipse de soleil en nouvelle lune et de lune lorsque celle-ci est pleine. Là encore, les influences planétaires provoquent des perturbations sur le sol et les plantes et il convient de s’abstenir de jardiner.

Ne pas confondre croissante/décroissante avec montante/descendante. Lune montante et lune croissante sont souvent confondues, mais ces termes désignent des phénomènes différents.

Lune croissante et lune décroissante

moon-3144648__340La lune est croissante de la nouvelle lune lorsque, placée entre le soleil et la terre, elle est invisible pour nos yeux. A la pleine lune, quand elle nous apparaît entièrement éclairée. La lune est décroissante de la pleine lune à la nouvelle lune. Ce cycle mensuel entre deux nouvelles lunes se nomme révolution synodique. Nous n’en tenons pas compte dans notre calendrier lunaire au jardin.

Lune montante et lune descendante

Il ne faut pas confondre celle-ci avec la révolution sidérale. La trajectoire de la lune autour de la terre dure 27 jours et quelques heures. La position de la lune est montante dans le ciel, à la même heure, est plus élevée de jour en jour, puis descendante lorsque sa position baisse chaque jour. En lune montante, la sève s’élève dans la partie aérienne des plantes. A cette période, semez, prélevez des greffons, greffez et récoltez les fruits juteux, les feuilles tendres et les fleurs épanouies.

Lune rousse, cavaliers du froid, saints de glace, trois périodes critiques pour le jardinier

LA LUNE ROUSSE

La lune est un astre puissant. Durant la lunaison qui débute après Pâques, elle est dite rousse parce que sa lumière brûlerait et ferait roussir les jeunes plants. L’explication est bien plus rationnelle. A cette époque où les jours rallongent, la température de l’air s’adoucit, stimulant l’émergence des bourgeons et la croissance des végétaux. Malheureusement il est encore trop tôt pour que le sol se réchauffe afin qu’il restitue la nuit la chaleur emmagasinée la journée pour éviter aux jeunes pousses dont les tissus sont gorgés d’eau, de se couvrir d’une rosée glaciale qui les brûlerait. Durant toute la période de la lune rousse, gardez donc à portée de main des voiles, paillassons et autres protections hivernales pour vous en servir si la nuit est claire c’est à dire étoilée (risque de gelée).

LES CAVALIERS

De la fin avril à la mi-mai, alors que les températures sont devenues printanières, on assiste durant quelques jours à un retour du froid dû à l’arrivée d’air polaire. Cette période débute le 23 avril, jour de la Saint-Georges et dure jusqu’au 6 mai. Les saints célébrés ces jours-là (Marc, Eutrope, Vital…) sont appelés saints cavaliers, saints chevaliers ou, d’après Rabelais, “Gresleurs, geleurs et gasteurs de bourgeons”. Le savez-vous ? Vers le 11 novembre, six mois plus tard, le même phénomène de modification se renouvelle, mais inversé avec une élévation des températures. Il s’agit de l’été de la Saint-Martin.

LES SAINTS DE GLACE

Les pousses printanières, les jeunes plants et les nouveaux semis sont particulièrement menacés avant les derniers “saints de glace”, c’est-à-dire les 11, 12 et 13 mai. Ces dates correspondent dans la plupart des régions aux dernières gelées printanières et les saints célébrés ces jours-là (Mamert, Pancrace, Servais) sont surnommés saints de glace. Durant les jours qui précèdent, protégez vos jeunes plants et semis, et reportez également à la fin de cette période glaciale les plantations des végétaux frileux. Dans le Grand Est vous devrez également vous méfier de Saint Boniface, Saint Yves, Saint Bernardin et Sainte Sophie (respectivement les 14, 19 20 et 25 mai).

BICHONNEZ VOTRE SOL

Le sol de votre jardin mérite toute votre attention. Ce dernier, d’apparence inerte mérite que vous le respectiez, tout comme ses plantes. Faites le maximum pour le maintenir propre et pensez si nécessaire à l’aérer avec votre grelinette ou tout autre outil qui ne retourne pas la terre mais qui l’aère. Évitez de le tasser en le piétinant. Pour ça, vous avez les allées que vous devrez prévoir pour vous déplacer. Cependant pour marcher entre les rangs, installez des planches pour éviter les tassements inutiles du sol de votre jardin. Employez des paillis ou toutes formes de protection (feuilles, tonte de gazon séchée, etc…) pour protéger vos plantes pendant les périodes de gelée et les périodes de fortes chaleurs. Lorsque votre sol s’offre à une plante, creusez un trou d’au moins trois fois le volume de sa motte. Si vous avez un sol lourd, préférez un trou cubique que rond. Au pire, pour un sol compact, plantez sur une petite butte pour améliorer le drainage.

DISTANCE DE PLANTATION

Un des critères pour la bonne santé de vos plantes, ce sera l’espace vital que vous lui accorderez. Prenons l’exemple des rosiers qui détestent d’être plantés sur un espace ombragé ainsi qu’avec d’autres arbustes qui pourraient leur faire concurrence. Sachez qu’une plante vivace peut s’avérer très rapidement plus vigoureuse qu’un arbuste jusqu’à l’étouffer. N’hésitez pas à vous renseigner sur les distances de plantation et les exigences en ce qui concerne l’ensoleillement. De plus, les plantes mal aérées sont plus sensibles aux maladies cryptogamiques (champignons). Au contraire, une plante vigoureuse et non contrariée dans son développement sera tout naturellement plus saine et en principe ne sera pas attaquée par les prédateurs qui préfèrent des sujets affaiblis.

LES ARROSAGES

Parmi les soins à apporter à vos plantes, l’arrosage est vital et cette opération peut s’avérer délicate en fonction de la variété. Cette expérience s’acquiert avec un peu de pratique. Évitez d’arroser en excès. Il vaut mieux que vous arrosiez moins souvent mais abondamment pour constituer des réserves hydriques en profondeur. Si vous préférez, il s’agit d’inciter vos plantes à aller chercher la fraicheur en profondeur. Pensez à prévoir des cuvettes pour vos nouvelles plantes que vous installez dans votre jardin et paillez-les car cela maintiendra l’humidité et vous fera économiser de l’eau. Il n’est pas rare de voir des plantes dépérir par excès d’arrosage. Ça prouve bien qu’il faut avoir de la mesure dans ce domaine.

A savoir Un bon binage vaut deux arrosages. Mais je vous conseille le paillage (12 mois sur 12). ça vous permettra de garder votre sol bien vivant.

LE DÉSHERBAGE

363592001445622216Ne vous laissez pas envahir par les mauvaises herbes. Soyez vigilant de ce côté là. N’attendez pas la montée en graines, car ce sera pire. Les mauvaises herbes se propageraient alors d’avantage à une vitesse phénoménale. En effet, le vent véhiculent toutes ces graines un peu partout par million. Plus les plantules sont petites, plus il est facile de les supprimer. C’est pourquoi en principe un bon paillage suffira. Cela évitera en grande partie que ces graines ne germent ou du moins que son nombre soit limité. Vous vous simplifierez grandement la vie.

ABANDON DU JARDIN

wood-3071879__340Passez du temps à apprécier votre jardin et à l’observer. C’est alors que vous détecterez très facilement les invasions de mauvaises herbes, ainsi que celles des prédateurs. Votre réaction et la parade que vous appliquerez n’en seront que plus efficaces et ciblées. N’hésitez pas à laisser un peu d’herbe qui pourrait pousser au travers de votre paillage ce qui permettra d’accompagner vos autres plantes potagères dans un espace un peu sauvage comme c’est le cas dans nos forêts.

ap142090[1]

Pour compléter cette publication, je vous invite à visiter ce lien http://madorrepotagerbio.esy.es/2015/12/9-erreurs-jardinier-debutant.html

Merci Julia pour toutes ces infos. http://madorrepotagerbio.esy.es/

Et pour terminer je vous propose cette vidéo Au Jardin

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

 

 


18 commentaires

  1. Mais la bonne chose avec le jardin est qu’on peut tout essayer … à condition de ne pas toucher aux produits chimiques. Alors oui, les pieds de tomates pourriront sur place parce qu’arrosés du dessus. Quelle idée également d’avoir semer autant de graines en se disant que si quelques unes germaient ce serait déjà bien. Et puis comment je fais pour prendre soin de mon fouillis pendant les deux mois où je serai en Guyane. Cela n’a aucune importance. Tout est réversible, pourvu qu’on laisse les vers faire. Je jardin est également là pour essayer, apprendre, se tromper, se surprendre … Merci Jean-Claude et une belle Saint-Valentin à ton jardin et à toi !

    Aimé par 3 personnes

    • Ce sont de nos erreurs que nous apprenons beaucoup. Je fais continuellement des essais. Je prends ce qui a bien fonctionné et je laisse tombé ce qui n’a pas fonctionné. Bonne journée à toi aussi Gilles.

      Aimé par 3 personnes

    • Agatheb2k dit :

      Je considère mon jardin et ma cuisine comme les 2 seuls espaces de Totale Liberté qu’il me reste et qu’il me faut préserver à tout prix, alors point de F1 dans mon jardin (vive les semences de variétés anciennes – bon j’avoue, cette année j’ai raté les semis de tomates j’ai donc décidé de tester 2 F1 parce que je suis curieuse et que je ne voulais pas de grosses tomates non F1, par exemple cette t. ananas de l’an dernier

      qui vont se faire attaquer par les punaises vertes avant d’arriver dans mon assiette) et je garde toujours un petit coin pour les expériences si enrichissantes même si parfois (souvent ?) ça foire !

      Aimé par 2 personnes

    • C’est bon, ça, Agathe !

      Aimé par 1 personne

    • Agatheb2k dit :

      Les punaises, je n’ai pas testé mais j’ai cru lire que certaines étaient comestibles 😉
      Ces tomates étaient très prometteuses mais je n’en ai pas mangé beaucoup, piquées par les punaises elles réagissent en faisant comme une couche cornée sous la peau et sont plus sensibles aux maladies et aux limaces qui bénéficient de la faille ouverte et creusent avec plaisir et efficacité.
      Celles de cette année seront plus petites et plus précoces, je viens juste de les planter avec feuilles d’orties, entonnoir intégré, oeillets d’Inde, basilic, tuteurs arrimés, il n’y a plus qu’à attendre !

      Aimé par 2 personnes

    • Agathe tu as des punaises sur tes tomates ? En ce qui me concerne j’en ai jamais eu sur mes plants de tomates.

      Aimé par 1 personne

    • Alors là je ne me suis pas penché sur la question.

      Aimé par 1 personne

  2. Roseleen dit :

    Merci beaucoup pour cet article ! Bon mercredi !

    Aimé par 1 personne

  3. Aphadolie dit :

    Toujours très enrichissant Jean-Claude.

    Aimé par 1 personne

  4. Lutin82 dit :

    Très bel article!!!
    mais avec cette pluie continue, le potager ressemble davanatge à un marais…

    Aimé par 1 personne

  5. Agathe, effectivement la cuisine et le jardinage se rejoignent. Pour les deux c’est une histoire de goût. Et surtout pas de main verte comme il se dit ça et là.

    J'aime

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :