Au GUI l’an neuf

gui.jpg

Comme chaque semaine, voici un autre article que je tiens à vous faire partager de notre regrettée Cathy afin de faire vivre ses écrits en son souvenir.

Plante mystique, le Gui (Viscum album) est utilisé comme porte bonheur et symbole de longue vie, pour les fêtes de fin d’année, plante sauvegarde pour les petits oiseaux affamés par l’hiver, plante hémiparasite de la famille des Loranthacées qu’on retrouve croissant sur des arbres feuillus ou résineux.

Le gui utilise les ressources de la plante hôte (eau, sels minéraux) mais il est capable de faire sa propre photosynthèse.

friut-guiLe fruit du gui est une baie blanchâtre toxique, produite en grande quantité. Lorsqu’on presse entre les doigts une baie de gui, on comprend l’étymologie qui rapporte le terme de colle, de glu, car il sort une graine verte entourée d’une substance visqueuse : la viscine. Les feuilles du gui renferment des protéines spécifiques : les viscotoxines et des lectines. Il existe également une grande quantité de composés diversifiés (flavonoïdes, polysaccharides, glucosides, flavanones) dont la composition peut varier selon le moment de la cueillette, l’arbre soutien, la sous-espèce …). Lire la suite de l’article

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

2 réflexions au sujet de “Au GUI l’an neuf”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :