Accueil » potager » Protection contre les ravageurs

Protection contre les ravageurs

LES FOURMIS

cba11-no2bpassaran.pngLes fourmis ont une grande utilité dans la nature, c’est donc une espèce à préserver mais il faut avouer que dans les jardins, elles peuvent parfois être une plaie. En période de semis lorsqu’elles emmènent vos graines dans ses réserves mais aussi pour sa propension à élever les pucerons qui eux ravagent très vite les cultures.

De même les fourmis dans une maison amènent rapidement des problèmes lorsqu’on les retrouve dans nos réserves alimentaires. Ces petites bêtes bien courageuses sont prêtes à tout pour remplir leur « grenier ». 

Notre but n’est donc pas de les détruire mais de les repousser et il existe plusieurs méthodes efficaces pour cela.

c0a0f-fourmiz (1)* Le vinaigre ou le jus de citron  Un citron coupé près d’une fourmilière, du jus de citron sur leur passage. C’est efficace dans la maison mais aussi dans une moindre mesure en raison des pluies et des rosées dans le jardin. A l’extérieur il faut donc renouveler plusieurs fois la pulvérisation d’eau citronnée ou de vinaigrée sur la fourmilière.

* La craie Écrasez de la craie et mettez-en un cordon autour de ce que vous voulez protéger ou en barrage pour couper leur sentier sachant qu’elles empruntent toujours la même route.

Image

* Le poivre rouge  (pas le poivre de Cayenne), des coquilles d’œufs, de la poudre d’os, du talc, des cendres de bois, du marc de café humide semblerait faire le même effet répulsif en l’épandant comme la craie.

* Pour l’avoir testé, lorsque les fourmis entrent dans la maison, je nettoie le sol ou la surface où elles circulent avec une infusion de noyer, cela les éloigne. Mettez également des feuilles de noyer et des feuilles de tomates sur les fourmilières gênantes, les fourmis iront voir ailleurs.

* Pour les arbres fruitiers, mettez une bande de glu. Certaines fourmis seront sacrifiées mais cela dissuadera les autres.

* Il y a des plantes répulsives dont l’odeur gêne les fourmis par exemple le basilic, la lavande, les œillets d’Inde ou la menthe.

 

LA MOUCHE DE L’OIGNON
Elle atteint tous les alliacées (oignons, échalotes, ails, et même les poireaux).
Ce sont les larves qui font des dégâts. De plus il y a de 4 à 5 pontes par an.
Il est important de pratiquer une rotation des cultures et de ne jamais utiliser de fumier frais. Les échalotes et les ails n’aiment d’ailleurs pas du tout les terrains fraîchement fumés.
Employez un filet anti-insectes.  Mais vous pouvez aussi saupoudrer les bulbes avec des poudres de roches avant de les planter.
Semez des carottes entre les rangs d’alliacées. Les deux variétés se protègeront mutuellement.
Les décoctions et les purins de tanaisieou de rue sont d’excellents insectifuges (répulsifs).
Si les insectes sont là, vous pouvez encore pulvériser une macération d’ail.
 
https://i0.wp.com/www.zupimages.net/up/15/16/7ufu.gif
Mouche de l’oignon
 
LA MOUCHE DE LA CAROTTE
Elle atteint la carotte mais aussi le céleri. La femelle pond en été une cinquantaine d’œufs. Les larves vont creuser des galeries dans les racines les rendant impropres à la consommation.
Là aussi, il est important de pratiquer la rotation de culture. Semez tôt pour récolter de bonne heure aussi. Et il faut impérativement éviter les fumures fraîches.
Couvrez vos planches avec un filet anti-insecte.
Arrosez avec la pomme d’arrosoir régulièrement de l’infusion de tanaisie ou de lavande. Ou vous pouvez couvrir les plants de feuilles de fougère (ce que je pratique), de lavande, d’absinthe, de sauge ou de tanaisie fraîches. Donc à renouveler souvent en période de ponte.
Et en cas d’infestation, traitez avec une décoction de sureau ou une macération de lavande
Mouche de la carotte
LES RONGEURS
Campagnols terrestres, campagnols des champs, mulots, une fois installés dans vos jardins font des dégâts considérables (Poireaux à demi mangés, carottes grignotés, pommes de terre disparues, salades ou épinards couchés fanés).
Des galeries parfois à ciel ouvert, des monticules à la manière des taupes achèveront de vous persuader que les rongeurs ont investi votre espace potager.
Je ne vous cache pas que la lutte va être âpre. D’autant que la pratique du paillis si utile a cet effet retors de faciliter la vie du campagnol.
Campagnol des champs
La première chose est de tout faire pour attirer les prédateurs naturels des rongeurs ou tout au moins leur donner la possibilité de traquer. Quels sont les prédateurs des campagnols et autres mulots ?  Les chats, les renards, les fouines, les martres, les belettes, les hermines, les hérissons, les rapaces qu’ils soient diurnes ou nocturnes, les pies, les corbeaux. Donc si vous avez des haies, des arbres autour de votre potager, surtout ne les coupez pas, ils serviront de reposoirs pour les oiseaux et dans le même esprit vous pouvez installer des perchoirs à rapaces dans votre jardin. Pour les fouines et autres belettes, pensez simplement à mettre un petit tas de pierres pour les accueillir.
             Campagnol terrestre
 
Des touffes herbeuses denses et hautes, surtout en hiver, une prairie près de votre jardin offre un abri aux campagnols et gêne la vision des rapaces. Donc si vous en avez la possibilité, fauchez l’herbe avant l’hiver .
Ensuite il va falloir passer à l’offensive et traquer les galeries pour les détruire systématiquement. Dès qu’une galerie est repérée, détruisez-là à l’aide d’une grelinette ou d’une fourche-bêche.  C’est un travail fastidieux mais à force d’être gêné, le rongeur fuit ailleurs. Le campagnol est fainéant si l’on peut dire et n’aime pas beaucoup creuser des galeries, c’est pourquoi il occupe volontiers les galeries abandonnées de taupes.
Mulot
Vous pouvez aussi asperger les galeries de purin  de sureau, d’euphorbe dont l’odeur particulièrement nauséabonde aurait un effet répulsif. J’omets volontairement le ricin en raison de sa grande toxicité pour les mammifères.
Et ensuite, si l’infestation est massive et que les actions précédentes ne suffisent pas, il reste le piégeage. Pour cela il faudra repérer une galerie récente car les plus anciennes sont rarement fréquentées. Différents modèles vous sont proposés dans le commerce. L’important est de les relever plusieurs fois par jour. Les pétards pyrotechniques sont également employés.
 
LES TAUPES
mole-310269__340.pngD’abord il faut faire fi des rumeurs concernant ce magnifique animal au pelage doux comme du velours. La taupe ne mange pas vos plants, ni vos racines. Si elle coupe par hasard une de vos racines, ce sera par accident parce qu’elle se trouve sur le chemin de sa galerie. La taupe est une insectivore et vous débarrasse de très nombreux nuisibles dont des larves, des vers blancs, des cochenilles, des limaces… Mais elle n’est pas hémophile non plus contrairement à ce qu’une majorité croit, donc l’épine dans la galerie ne la tuera pas.
Vous pouvez bien sûr les piéger ou les détruire avec des pétards pyrotechniques mais si la taupe fait ressembler votre pelouse ou votre potager à un champ de mine, elle n’en est pas moins très utile. Elle contribue à la bonne qualité des sols en les drainant et en faisant remonter à la surface les couches profondes du sol. D’ailleurs vous pouvez vous servir de la terre des taupinières pour améliorer votre jardin ou pour vos jardinières fleuries. De plus si vous tuez la taupe, ces galeries inoccupées seront très vite envahies par des campagnols ou des mulots.
La taupe est dotée d’une ouïe fine et d’un odorat très développés. C’est donc sur ces sens que nous allons axé notre lutte contre son envahissement en les repoussant et non en les détruisant. Le purin de sureau ou d’euphorbe semble efficace tout comme une branche de sureau plantée dans la galerie. Pour leur odorat fin, une touffe de poil de chien, peut faire fonction d’un  bon répulsif.
Une éolienne à taupe (bouteille dans laquelle vous aurez découpé 4 portes et que vous aurez installé sur une tige de fer plantée dans une galerie. Le bruit émis par la bouteille qui tourne au vent les gêne) est aussi efficace provisoirement. Toutes ces techniques vont la repousser un peu plus loin. Si vous n’aimez pas vos voisins, petits à petits vous pourrez leur envoyer vos petites taupes 😀
Éolienne à taupes
Au fond ce n’est que durant les mois hivernaux qu’elles travaillent, le reste de l’année elles sont assez discrètes. Alors pourquoi ne pas les laisser vivre leur vie tranquillement en étendant régulièrement les taupinières ? C’est ce que je fais. Si toutefois elles investissent trop mon potager, je mets quelques éoliennes à taupes ce qui les font s’éloigner un peu de mon jardin. Ce sont mes légumes qui la remercient parce que grâce à elles, moins de courtilières, moins de limaces et autres vers blancs viennent les grignoter.
 
En conclusion pour éviter les ravageurs
beetle-2112501__340.jpgSi vous visitez régulièrement votre jardin et faites le ramassage systématique des bestioles indésirables, si vous agissez de manière préventive, vous aurez rarement besoin d’employer des méthodes curatives.
En résumé contre les ravageurs, vous pouvez employer :

* Des barrières physiques.

– Des voiles anti-insectes contre les mouches de la carotte, de l’oignon, la piéride ou les altises sur les choux et radis.

– Des colliers enduits de glu sur les troncs des arbres fruitiers contre les fourmis qui élèvent les pucerons.

* Des pièges contre les campagnols ou les limaces.

* Des pulvérisations de purins et autres extraits de plantes en répulsif ou traitements curatifs (orties contre les pucerons, tanaisie ou absinthe contre les altises).

* La lutte biologique Bacillus thurengiensis contre les chenilles, chrysopes contre les pucerons, nématodes contre les limaces.

* Des insecticides biologiques, des insecticides à base de pyrèthre s’attaquent au système nerveux des insectes, provoquant une paralysie immédiate et donc la mort dans les heures qui suivent.

Il faut se servir des insecticides biologiques qu’en tout dernier recours car ils ne font pas la distinction entre les ravageurs et les autres insectes, ce qui va une fois de plus créer un déséquilibre.

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et à Séverine(Sev28) pour les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles. Blog de BrigitteImageBlog de SéverineImage

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

 


6 commentaires

  1. Merci, Pestoune. Il me reste maintenant à faire fuir les chats des voisins qui prennent ma cour pour un terrain de jeux et y attrapent fréquemment des oiseaux !

    Aimé par 2 personnes

  2. onanga dit :

    Très bonne synthèse à mettre en pratique. Pour les taupes, je fais comme toi, je ramasse la terre qui est superbe pour faire des mélanges de rempotage.

    Aimé par 2 personnes

  3. entresoi dit :

    pour les fourmis j’utilise de la terre de diatomée: https://blogentresoi.wordpress.com/2015/11/19/terre-de-diatomee/

    Aimé par 1 personne

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :