Accueil » Catherine Bonnafous » La belle découverte du Centaure Chiron !

La belle découverte du Centaure Chiron !

gentianelle.jpg

Comme chaque semaine, voici un autre article que je tiens à vous faire partager de notre regrettée Cathy afin de faire vivre ses écrits en son souvenir.

On la nomme petite Centaurée, Gentianelle, Herbe au Centaure, Herbe à la fièvre, Herbe des enchantements, Quinquina français.

Son petit nom latin : Gentiana Centaurium ou Erythraea Centaurium nous fait comprendre qu’elle appartient à la famille des gentianes, et que cette espèce possède des fleurs de couleur rouge rosé  (érythros). 

Elle pousse spontanément dans les prés, les friches, les landes, les sables littoraux. Il est facile de collecter sa partie aérienne pendant sa période de floraison (de mai à septembre). Séchée et enfermée dans des sachets de papier, elle est prête pour de multiples usages. dessin-gentiane.jpgSes inflorescences florales présentent des corolles allongées disposées en ombrelles. Son parfum est très discret mais son goût est aussi amer que celui de la gentiane jaune. Si l’on en croit Pline l’ancien, après sa collecte et un séchage méticuleux, on peut la garder dans toute son activité pendant une dizaine d’années. La petite centaurée fait partie du pool des plantes médicinales qui furent les plus utilisées par les druides. Les Celtes disaient d’elle, qu’elle était capable de chasser tous les maux par sa vertu évacuante.

Propriétés thérapeutiques :

L’ensemble de ces actifs est à l’origine des propriétés anti-inflammatoires, fébrifuges, cholérétiques, stomachiques, toniques digestives, cicatrisantes.

Lors d’une cure de drainage, elle permet de réguler les émonctoires d’élimination (rein et intestin) en équilibrant les évacuations, elle évite les risques d’anémie et combat l’inappétence. fleur-gentianeLa présence des composés phénoliques lui confère une activité antioxydante et un potentiel antimicrobien. Une application ethno-pharmacologique de longue date en Serbie a entraîné des recherches scientifiques sur les possibilités de régulations de la glycémie et du métabolisme lipidique dans les cas de diabète. Malheureusement, cette étude n’a pas été réalisée chez l’homme mais chez l’animalLire la suite de l’article

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.


3 commentaires

  1. Une pensée pour toi Cathie.

    J'aime

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :