Mon potager au 05 juin 2018

Un de mes rosiers. Vous pouvez apercevoir sur la gauche un pied de capucines et à droite au premier plan un pied d’aster qui fleurira en fin de saison.

imgserver (1)

Un de mes lilas d’Espagne en fleurs.

imgserver (2)

Une partie des pieds  de tomates, de poivrons et d’aubergines – Plantations effectuées il y a une quinzaine de jours. Mimine me surveille. Elle est toujours près de moi.

imgserver (3).jpg

D’autres pieds de tomates avec mes asperges afin d’éloigner les crucifères

imgserver (6).jpg

Hier je suis allé récupérer la tonte du maire de mon village que je suis en train de faire sécher. Il a 3000 m2 de pelouse ce qui m’a fait 32 sacs à déchets végétaux très bien remplis. J’ai fait 4 voyages. C’est pratique, il est tout près de chez moi 150 mètres environ. Je l’avais déjà remuée une première fois hier en fin de journée et ce matin je l’ai mise en rouleau pour me faciliter lorsque je la remue.

imgserver (4)

Les cotes de poirée ou cotes de blette.

imgserver (5)

Les oignons au fond et les échalotes au premier plan.

imgserver (7).jpg

L’ail

imgserver (9).jpg

Les concombres

imgserver (8)

La tanaisie. A coté vous devez apercevoir d’autres pieds plantés il y a près d’un mois. J’espère qu’elle va bien se ressemer afin d’avoir un joli massif un peu comme avec ma consoude.

imgserver (10).jpg

Les fraisiers.

imgserver (11)

Ma récolte de fraises d’hier. Tous les deux jours c’est à peu près cette quantité que je cueille.

imgserver (16)

Un de mes pieds de pâtissons. Alors là, j’ai tenté une expérience. J’ai laissé cette parcelle à l’état sauvage où j’ai planté 4 pieds de pâtissons et juste à gauche j’ai planté des pieds de tomates, de poivrons et d’aubergines. D’ailleurs vous pouvez apercevoir un pied d’aubergine à gauche du pied de pâtissons. Je voulais voir la réaction de nos amis gastéropodes vis à vis de mes plantations. Et bien figurez-vous que ce que j’espérais s’est réalisé. Nos amies les limaces ont préféré déguster les plantes accompagnatrices que mes plants de tomates, de poivrons et d’aubergines. Aucun pied n’a été attaqué alors qu’ailleurs où il y avait très peu de verdure sauvage nos amis les gastéropodes s’en sont donnés à cœur joie, le temps pluvieux les a bien aidés. Quand mes plants seront assez forts pour résister aux attaques je raserai tous ces végétaux sauvages pour ensuite pailler. Pour l’année prochaine je ferai toutes mes plantations de cette manière. Mais pour faire comme cela il faut accepter pendant quelques semaines d’avoir un jardin pas trop esthétique jusqu’au paillage pour le retrouver à votre goût.

imgserver (12).jpg

Voici toutes les plantations effectuées autour de mon pommier. Je vous citerai certaines comme les asters, la menthe, une clématite, un pied de lavande, un pieds de lavataire et un pied de capucine ainsi que d’autres variétés de végétaux comme la sauge également.

imgserver (14).jpg

Les coquelourdes des jardins

imgserver (15).jpg

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

22 réflexions au sujet de “Mon potager au 05 juin 2018”

  1. Incroyable la quantité de fraise. Je suis en admiration devant ton jardin malgré le fait que je n’y connaisse absolument rien. Toutes mes félicitations pour ton travail Jean-Claude.

    Répondre
  2. Salut Jean-Claude,

    Magnifique ce jardin et quelle récolte de fraises…. Je dis bravo !
    Juste une réflexion : ta tonte de pelouse (enfin celle de ton maire) tu arrives à la faire sécher avec les nombreuses pluies de ces derniers jours…
    Amicalement.

    Répondre
    • Salut Fabien !!
      Oui j’arrive à la faire sécher. Chez nous en Savoie il a plu mais pas des trombes Après l’arrêt de cette dernière il fait soleil. Alors j’arrive à la faire sécher en la retournant au moins une fois par jour voire deux fois.

      Répondre
  3. Magnifique jardin ! Bravo
    Pas de jardin pour moi ces temps ci, car j’ai déménagé il y a 2 mois, et je suis en appartement, enfin….pour l’instant…
    Belle journée

    Répondre
  4. Bonjour Jean-Claude,
    Je trouve particulièrement intéressant d’associer certaines plantes ou de laisser quelques coins « sauvages » pour y attirer les gros mangeurs !
    Tu trouves encore du temps pour le blog ? Chapeau ! 🙂

    Répondre
    • Salut Marion !!
      C’est une histoire d’organisation. J’ai la chance d’être un lève tôt. Comme ce matin par exemple j’étais debout à 4 heures ce qui me laisse le temps pour peaufiner mon article du jour bien amorcé la veille. Dès que le jour se pointe je suis au jardin. Par contre le soir à partir de 21 heures il n’y a plus personne.. Hi.. Hi..

      Répondre
    • J’ai toujours été du matin. C’est un avantage pour le potager. ça me permet de faire la cueillette des limaces tous les matins de bonne heure avant qu’elles me dévorent tous mes jeunes plants. Ensuite je les transfère dans un des endroits que je garde en sauvage. D’ailleurs je vais écrire un autre article sur les limaces pour partager d’autres astuces suite à mes différentes expérience. Ce sera mon 3ème article sur nos amis les gastéropodes.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :