Accueil » potager » Les poireaux

Les poireaux

leek-field-694206__340.jpg« Si vous semez vos poireaux à la Sainte-Agathe, – Pour une graine vous en aurez quatre. »

« Quand on dit que le poireau est l’asperge du pauvre, ce n’est gentil ni pour le poireau, ni pour l’asperge, ni pour le pauvre. » Albert Valentin

GÉNÉRALITÉS Le poireau est un merveilleux légume plein de bienfaits pour notre santé (diurétique, léger laxatif, anti-inflammatoire respiratoire…) de la famille des alliacés. On s’en sert sous forme de bouillon, de sirop, de cataplasme, de décoction et bien sûr pour notre plus grand plaisir gustatif dans de savoureuses recettes. Connu depuis la haute Antiquité, on l’a trouvé cité sur un papyrus de l’Égypte ancienne où il symbolisait la victoire. Égyptiens, hébreux, romains, grecs tous les peuples de l’antiquité ont vanté ses mérites. Hippocrate lui reconnaissait de grandes vertus. Son nom viendrait de la porée, ainsi que l’on appelait la soupe au Moyen-âge, soupe dont il était l’ingrédient principal.

spring-onions-1303271__340.jpgSEMIS ET PLANTATION Pour la culture du poireau, il faut une exposition ensoleillée mais pas trop chaude, sur un sol très riche, bien drainé et profond. C’est un légume très rustique et certaines variétés supportent des températures de – 20°.  Selon que l’on veuille du poireau de printemps ou du poireau d’hiver, le semis  s’étalera de janvier à août.  Ainsi pour le poireau d’hiver, que l’on récoltera dès l’automne et tout l’hiver, semez vos poireaux sous couche ou dans une serre dès janvier au sud de la Loire, et fin février au nord. Et pour le poireau de printemps, pour une récolte précoce printanière, il faut semer directement en pleine terre dès août-septembre. Un mois après le semis, il vous faudra éclaircir vos raies. Puis 3 mois après, lorsque les jeunes poireaux auront la taille d’un crayon, vous pourrez enfin les repiquer. Pour cela, j’ai ma technique personnelle. Dans le poireau ce que je préfère c’est le blanc. Or pour avoir des beaux blancs, il faut que le pied soit bien couvert à bonne hauteur. Faites donc une tranchée profonde de 15 cm au fond de laquelle vous repiquerez les poireaux avec un plantoir. Mais avant, tirez vos jeunes pieds, laissez-les sécher 48 h à l’ombre pour éviter les attaques de la teigne après avoir raccourci la partie verte et taillé les racines d’un coup de ciseau. Praliner les pieds en les mettant à tremper quelques instants dans un pralin (mélange de bouse de vache, de terre et d’un peu d’eau) pour faciliter la reprise. Ensuite, mettez du compost très mûr, car le poireau ne supporte pas le compost mal décomposé, au fond du sillon et je fais un trou avec le plantoir. winter-leek-694212__340.jpgPlantez le poireau dans le trou, ramenez la terre contre le pied et faites un premier arrosage copieux. Ensuite comblez le sillon au fur et à mesure de la croissance des pieds puis finissez par faire une butte tout au long de l’année. Cela permet de limiter les mauvaises herbes mais aussi d’avoir des longs fûts blancs. Vous planterez un poireau tous les 10 cm et respectez une distance de 30 centimètres entre les rangs. Pour éviter la montée des graines, pensez à arroser régulièrement vos poireaux et maintenez le sol bien propre. Je vous conseille de les pailler pour garder un peu de fraicheur.

JARDINER AVEC LA LUNE Semer en jours-racine pendant la lune montante. Repiquer toujours en jours-racine en lune descendante.

MALADIES ET RAVAGEURS Le poireau peut être atteint par quelques maladies cryptogamiques dues à des champignons comme l’alternariose (taches blanches en forme de losange sur les feuilles) ou la rouille du poireau (tâches orangées, décoloration du feuillage). Des traitements préventifs à la prèle sont en général suffisants. Les ravageurs du poireau sont les chenilles de la teigne, le ver du poireau et la mineuse du poireau (ravageur récent et résistant, un véritable fléau).

Évitez le purin d’orties  car il semble qu’il attire le ver du poireau, préférez le purin de consoude

leek-65277__340.jpgLa meilleure parade contre tous les insectes ravageurs et c’est la seule parade contre la mineuse, reste le filet anti-insectes, en les disposant sur des arceaux (comme pour les tunnels) et en veillant à ne pas avoir de contact entre le filet et les feuillages des poireaux car le rostre des insectes passe au travers du filet et ils pourront pondre malgré tout. Ce filet doit protéger les rangs de poireaux jusqu’à la récolte. 

Tous les pieds atteints doivent impérativement être détruits et surtout pas mis sur le compost. Le mieux est de les brûler. Et surtout ne pas replanter deux années de suite au même endroit. 

Si vous constatez que vos poireaux ont été atteints, il ne vous reste plus qu’une seule solution : les tirer de suite et les congeler. Car si vous les laissez, vous allez tout perdre.

J’en ai fait l’expérience. Depuis environ 4 ans, l’insecte est arrivé chez moi et je n’arrive pas à m’en débarrasser. Je n’ai que le filet mais si celui-ci touche la moindre feuille, l’insecte pondra. Le filet devra être installé dès le début de la plantation. 

Deux trucs, que je n’ai pas testé, pour lutter contre le ver du poireau. Ccertains préconisent de mettre 2 ou 3 grains de poivre au fond du trou avant de repiquer les jeunes pieds et/ou de planter du serpolet à proximité.

Il est fortement conseillé de planter le poireau près des carottes. En effet ses deux légumes interagissent pour chasser les prédateurs l’un de l’autre, ainsi le poireau est un répulsif pour la mouche de la carotte, qui elle, repousse la teigne du poireau.

L’aneth éloignerait la mineuse du poireau.

green-1299967__340.pngROTATION DES CULTURES Le poireau est gourmand, il ne doit pas être repiqué à la même place avant 5 ans, car il épuise la terre. Ne pas planter de pois ou de haricots à côté des poireaux car ils empêchent la croissance de ce légume. Les bettes et les betteraves étant aussi gourmandes, ne pas non plus les semer près des poireaux. Par contre plantez-les APRÈS les pois et fèves. Vous pouvez les planter en association avec les fraises, carottes, céleri, laitue, mâche, oignons, tomatesSur la planche des poireaux, l’année suivante, vous pouvez planter des herbes condimentaires, des carottes, radis, navets.

LES VARIÉTÉS LES PLUS CONNUS DE POIREAUX Il y a différentes variétés de poireaux qu’ils soient d’été ou d’hiver et vous en trouverez forcément certaines plus adaptée à votre région. 

  • « Bleu de Solaise » : Variété traditionnelle, d’hiver, rustique et résistante au froid. Gros fûts d’une longueur moyenne, au feuillage vert bleuté. Semis : février-mai. Récolte : décembre à mars..
  • « Electra » : Variété à fût court, demi-précoce, d’un beau vert foncé légèrement bleuté. Bonne tenue au froid.   Semis : mars-mai. Récolte : juillet à décembre. Se congèle très bien.
  • « Saint Victor » : fûts gros et longs, présente un feuillage dressé, de couleur bleu-violet. Cette variété est particulièrement résistante au froid. Elle se développe encore en cours d’hiver et au début de printemps. Originaire de France, cette ancienne variété est issue de « Bleu de Solaise »

vegetables-1939663__340.•     « Jaune gros du Poitou » :   variété peu rustique, grossit vite et est précoce. Les fûts longs de 20 à 25 cm offrent un diamètre de 4 à 6 cm ainsi qu’un feuillage en éventail vert-blond.

  • « Monstrueux de Carentan » : Variété rustique au feuillage vert foncé, à gros pied trapu, pour récolte d’automne et hiver.   Sa résistance au froid qui permet une récolte tout l’hiver. Semis : mars-mai. Récolte : septembre à mars. C’est sans doute la variété la plus savoureuse.
  • « Monstrueux d’Elbeuf » : Variété traditionnelle d’automne, son feuillage est vert clair et son fût est gros et court. Idéal en fin d’été, début d’automne mais ne résiste pas au froid.   Semis : février – mars. Récolte : septembre à décembre. 
  • « Très long d’hiver de Paris » : très résistant au froid, convient donc bien aux cultures d’hiver.
  • « Gros long d’été » : variété précoce au développement rapide et qui présente aussi une bonne résistance à la chaleur. Les fûts longs et gros se récoltent de juin-juillet jusqu’aux premières gelées.
  • « Malabare » : très précoce, donne de gros fruits, se récolte de juillet à octobre.
  • « Maxim » : précoce, aux fûts de 30 cm, à récolter en été et en automne.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo Julien guitet

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.


16 commentaires

  1. Aphadolie dit :

    J’arrive uniquement à les consommer en soupe. Autrement, ils me restent au travers de la gorge.

    Aimé par 2 personnes

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :