Le mûrier

PRÉSENTATION Il s’agit d’un arbre bien connu dans le sud de la France où son ombre protègent super bien des rayons brulants du soleil. Le mûrier en règle générale pourra s’adapter dans de nombreuses autres régions. Il sera essentiellement cultivé pour ses fruits, les mûres ou son élégant port qui sera très esthétique.

Le mûrier pourra se développer également très bien sur la côte atlantique, voire jusqu’en Alsace. Je vous conseille de le planter dans la zone où se développe la vigne. Attention aux embruns qu’il supporte mal. Par contre il sera très résistant aux périodes ventées (il le faut car dans le sud de la France il sera servi de ce coté là). Il tolèrera la pollution urbaine. Le mûrier sera un arbre de taille moyenne. Il aura une croissance assez rapide en ce qui concerne le mûrier blanc. Quant au murier noir, sa croissance sera plus lente. Il s’agit d’un arbre caduque qui perdra donc son beau feuillage pendant la saison hivernale.

CULTURE Le mûrier en règle en règle générale s’adaptera à la plupart des sols mais il aura une préférence pour ceux qui seront profonds, frais, légers et surtout bien drainés. Sa plantation devra s’effectuer de préférence à la saison printanière si vous habitez dans une régions froide et à la saison automnale dans les régions plus douces. Versez quelques poignées de compost bien décomposé dans le trou de plantation. Je vous conseille de faire très attention aux racines quand vous allez l’installer dans le trou car elles sont très fragiles. Cette opération devra être effectuée avec beaucoup de délicatesse. Rebouchez autour de l’arbre avec la terre extraite. Installez-lui un tuteur si vous êtes dans une région passablement ventée. N’enterrez surtout pas le collet à la base du tronc. Tassez bien tout autour de votre mûrier et pour finir arrosez-le copieusement (15 à 20 litres d’eau environ).

ENTRETIEN Le mûrier ne vous demandera pas énormément d’entretien. Pendant la première année suivant sa plantation paillez-le. Quand son système racinaire sera bien installé, les apports d’eau seront inutiles sauf lors d’une très grosse canicule exceptionnelle.

TAILLE Le mûrier pourra ne pas être taillé afin qu’il suive sa forme naturelle. Vous pourrez effectuer cette opération en le dirigeant en tonnelle.

En port libre Contentez vous de supprimer les branches qui auront tendance à retomber. Cela vous permettra de circuler dessous sans être gêné par d’éventuelles branches trop basses. Supprimez également certaines branches à l’intérieur, en particulier celles qui seront entrecroisées. Cela lui donnera un peu d’air. Le bois mort devra être aussi supprimé. L’essentiel sera de lui donner un très joli port esthétique. Lors de l’opération, vous devrez constamment vérifier si sa forme est parfaite. Pour cela, reculez d’une dizaine de mètres ou en fonction de vos possibilités. Et vous verrez de suite si c’est esthétique.

*En tonnelle Cette taille devra s’effectuer toutes les années en formant une charpente étalée. Pour cela, supprimez avec rigueur tous les rameaux en évitant les trop grosses coupes qui pourraient provoquer la pourriture du bois. En ce qui concerne les variétés qui seront cultivées pour une production fruitière, la taille devra être plutôt légère, car cette dernière n’améliorera pas sa fructification. Si vous effectuez une taille trop importante cela pourrait empêcher sa fructification.

RÉCOLTE Afin de récolter les mûres dans de bonnes conditions, je vous  conseille d’étaler une bâche sous l’arbre et secouez délicatement les branches. Les fruits qui seront arrivés à maturité tomberont d’eux même. Les autres resteront car ils ne seront pas arrivés à maturité. Si des fruits restent sur l’arbre par manque de maturité, recommencez cette opération quelques jours plus tard pour terminer votre récolte.

CONSERVATION Les mûres ne se conservent que congelées ou transformées. Vous pouvez en faire des confitures, des gelées ou du vin. Bien qu’étant devenu rare, le vin de mûres est toujours un délice.

PARASITES & MALADIES Le mûrier en règle générale sera très résistant contre les parasites et les maladies. Toutefois  Il pourra être attaqué par des cochenilles. Elles commenceront à apparaitre en principe à la saison printanière par temps chaud. L’humidité nocturne favorisera le développement de ces dernières. Pour prévenir l’apparition de ce parasite, limitez les apports d’engrais azotés. Pour traiter, une pulvérisation de purin d’orties sera efficace. Ensuite il existe une autre recette naturelle qui est très efficace et qui consiste à mélanger dans un litre d’eau une cuillère à café de savon noir liquide, une cuillère à café d’huile végétale et une cuillère à café d’alcool à 90°. Pulvérisez cette préparation une fois par jour pendant 4 à 5 jours.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo Phil en Flore

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

11 réflexions au sujet de “Le mûrier”

  1. Dans le 1er grand jardin de mon enfance (où il y avait beaucoup d’arbres fruitiers), au fond du jardin près de la grange ouverte et du mur qui nous séparait d’un jardin public, se trouvait un mûrier. Je me souviens qu’avec mes yeux d’enfant (je devais avoir 4 ou 5 ans) il était gigantesque. Les enfants du jardin public, à la saison, venaient sur le mur et picorer, comme des oiseaux, les fruits du mûrier.

    Répondre

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour partager votre expérience ou tout simplement échanger. A bientot !!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :