Accueil » Permaculture » Le mûrier

Le mûrier

bee-587653__340GÉNÉRALITÉS Arbre bien connu dans le sud de la France où son ombre bienfaisante couvre bien des terrasses. Le mûrier peut s’adapter dans de nombreuses autres régions. Il est cultivé pour ses fruits, les mûres ou son port gracieux.

Comme je disais précédemment, il est bien connu sous le soleil du Midi. Le mûrier pousse également très bien sur la côte atlantique, et jusqu’en Alsace. Je vous conseille de le planter dans la zone où pousse la vigne. Il supporte mal les embruns, mais résiste au vent et tolère la pollution urbaine. Le mûrier est un arbre de taille moyenne, de croissance rapide (mûrier blanc) ou lente (mûrier noir). Avec l’âge, son tronc devient noueux et remarquable. Ses feuilles caduques, dentées et parfois lobées, cordiformes, renferment un suc laiteux. Le mûrier est un des derniers arbres à se recouvrir de ses belles feuilles.

VARIÉTÉS Mûrier blanc (Morus alba) se cueille en août-septembre, fruits comestibles mais insipides. D’abord blancs puis roses et enfin rouges, presque noirs à maturité. Il existe aujourd’hui des sélections à fruits parfumés. Arbre de taille moyenne. Hauteur jusqu’à 10 m. Caduc, à couronne ronde puis étalée. Feuilles glabres, voire luisantes, plutôt arrondies, dentées, de couleur vert clair, devenant jaune d’or à l’automne. Originaire de Chine, surtout cultivé pour ses feuilles, aliment exclusif du ver à soie.

mulberry-248026__340Plantation essentiellement en isolé. Évitez de le planter près d’une habitation car il a de solides racines traçantes. Croissance rapide.

Pendula (Morus alba) Hauteur 3 mètres environ. Port pleureur, greffé sur tige, sans fruits.

Mûrier noir (Morus nigra) Fruits comestibles, semblables à des mûres, violet foncé, presque noirs, d’environ 25 mm de longueur, très tachants et fragiles. Goût et parfum agréables, sucrés, légèrement acidulés. Maturité vers la mi-août. Hauteur 12 mètres environ. Couronne ronde et dense, tronc court, rugueux, noirâtre, devenant noueux avec l’âge. Rameaux courts, gros, duveteux.

Mûrier rouge (Morus rubra) Fruits abondants, de couleur rouge foncé, de saveur douce. Se récolte à la mi-juillet. À consommer à complète maturité sous peine d’effets hallucinogènes, voire toxiques. Arbre de sous-bois de 12 à 15 m de haut. Couronne ronde et dense, tronc court, écorce brune grisâtre, devenant rougeâtre et squameuse sur les arbres âgés. Feuilles ovales ou cordiformes, grossièrement dentées, pubescentes sur les deux faces. Originaire d’Amérique du Nord. Excellent arbre d’ornement, Il tolère le milieu urbain.

Mûrier platane (Morus bombycis, syn. Morus kagayamæ). Si l’arbre n’est pas taillé régulièrement, nombreux fruits d’abord rouges, puis noirs, comestibles, mais beaucoup se détachent bien avant leur maturité au début de l’été. Hauteur jusqu’à 8 mètres. Port d’abord arrondi, s’étalant petit à petit. Feuillage dense, très grandes feuilles dentées et lobées, rappelant celles des platanes, vert foncé luisant, dorées en automne. Généralement planté en isolé pour son ombre. Rustique et résistant à la sécheresse. Supporte une taille annuelle qui empêche la floraison, donc la fructification. Système radiculaire puissant qui peut soulever un dallage.

Fruitless (Morus bombycis, syn. Morus kagayamæ) Variété stérile, sans fruits.

mulberry-2353908__340PLANTATION Plantez le mûrier en sol léger mais profond. Il s’accommode dans l’ensemble de tous les sols mais il faut qu’ils soient bien drainés. Il résiste bien aux sols secs. Mais il poussera plus avec un sol frais. Évitez les sols trop lourds (argileux, riches en azote et trop humides) qui ralentissent sa croissance, le rendant ainsi plus sensible au gel et favorisent la pourriture des racines. Une exposition au soleil est obligatoire. Protégez-le contre les vents froids et secs dans les régions les moins clémentes. Les jeunes rameaux sont assez sensibles au gel, mais cette sensibilité diminue avec l’âge. Il aurait tendance à devenir rustique. Avant de le planter, choisissez son emplacement avec soin. Ses racines, à la fois pivotantes et traçantes sont fragiles et il apprécie peu la transplantation.

Plantez-le au printemps dans les régions fraîches et à l’automne dans les régions plus clémentes. Pour qu’il soit planté dans les meilleures conditions, faites un trou de 80 cm de profondeur environ et de 3 fois le volume de ses racines pour la largeur. Coupez les racines si elles sont trop longues afin qu’elles ne se recourbent pas dans le trou. Versez 4 ou 5 pelletées de bon compost dans le trou. Faites très attention aux racines quand vous allez le disposer dans le trou car elles sont très cassantes. Posez votre arbre au fond du trou sur le lit de compost que vous avez installé. Faites cette opération avec délicatesse à cause des racines très fragiles (je sais, je me répète mais c’est très important). Rebouchez autour de l’arbre avec la terre que vous avez extraite pour faire votre trou. Pensez à mettre un tuteur si vous êtes dans une région ventée. N’enterrez surtout pas le collet à la base du tronc.Tassez bien tout autour de votre mûrier platane et pour finir arrosez 15 à 20 litres d’eau environ.

Parfaitement rustique, le mûrier ne nécessite pas d’entretien particulier. Arrosez régulièrement la première année et paillez autour du pied. Quand les racines seront bien développées, l’arrosage sera inutile.

TAILLE Le mûrier peut être laissé libre et suivre sa forme naturelle, ou être dirigé en tonnelle.

En port libre Supprimez juste les branches trop retombantes, afin de pouvoir circuler dessous ainsi que quelques-unes à l’intérieur pour lui donner de l’air. Coupez le bois malade ou mort et les branches se croisant pour ne garder que les plus vigoureuses et maintenir un beau port. C’est vous qui devez voir s’il a une jolie forme. Pour ça, reculez de 10 mètres ou en fonction de vos possibilités. Et vous verrez de suite si c’est esthétique.

* En tonnelle Taillez tous les ans entre février et mars. Formez une charpente étalée et supprimez drastiquement tous les rameaux. Évitez les grosses coupes, qui provoquent la pourriture du bois. Sur les espèces cultivées pour leurs fruits, la taille doit être légère, car elle n’améliore pas la fructification et une taille sévère peut même les empêcher de fructifier.

RÉCOLTE Pour réaliser votre récolte, placez une toile sous l’arbre et secouez doucement les branches. Les fruits qui sont arrivés à maturité tomberont naturellement. Les autres resteront car ils ne seront pas arrivés à maturité. Si des fruits restent sur l’arbre par manque de maturité, recommencez cette opération quelques jours plus tard pour terminer votre récolte.

tree-2849423__340.jpgCONSERVATION Les mûres ne se conservent que congelées ou transformées. Vous pouvez en faire des confitures, des gelées ou du vin. Bien qu’étant devenu rare, le vin de mûres est toujours un délice.

MALADIES Ces arbres sont rarement atteints par des maladies ou des parasites. Ils peuvent parfois être attaqués par des cochenilles, reconnaissables aux amas floconneux sur l’écorce ou sous les feuilles. Elles apparaissent généralement au printemps, la chaleur diurne et une certaine humidité nocturne favorisant leur développement. Pour prévenir l’apparition de la cochenille, limitez les apports d’engrais azotés. Pour traiter, une pulvérisation de purin d’orties est efficace. Ensuite il existe une recette naturelle qui est très efficace et qui consiste à mélanger dans un litre d’eau une cuillère à café de savon noir liquide, une cuillère à café d’huile végétale et une cuillère à café d’alcool à 90°. Pulvérisez cette préparation une fois par jour pendant 4 à 5 jours.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo Phil en Flore

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.


6 commentaires

  1. Dans le 1er grand jardin de mon enfance (où il y avait beaucoup d’arbres fruitiers), au fond du jardin près de la grange ouverte et du mur qui nous séparait d’un jardin public, se trouvait un mûrier. Je me souviens qu’avec mes yeux d’enfant (je devais avoir 4 ou 5 ans) il était gigantesque. Les enfants du jardin public, à la saison, venaient sur le mur et picorer, comme des oiseaux, les fruits du mûrier.

    Aimé par 1 personne

  2. Une merveille cet arbre ! Belle semaine : )

    Aimé par 1 personne

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :