Accueil » Catherine Bonnafous » La Pharmacopée de la mer

La Pharmacopée de la mer

 

Comme chaque semaine, voici un autre article que je tiens à vous faire partager de notre regrettée Cathy afin de faire vivre ses écrits en son souvenir.

la-merLe nom « Pharmacopée » évoque immédiatement un savoir médicinal basé sur une expérience traditionnelle étendue.

On parle de la Pharmacopée française, répertoire officiel de plantes médicinales dont la vente est soit réservée au monopole pharmaceutique, soit libérée avec vente en l’état.

On parle de Pharmacopées traditionnelles européennes,  chinoises, ayurvédiques, des pays d’Outre-mer …

Mais la plupart du temps, on parle plantes médicinales ou aromatiques. Ces dernières années, les européens en mal d’innovation ont commencé à se tourner vers les trésors de la mer.

Les océans, les mers renferment des trésors inexploités.  Et puisque la nature est devenue l’instrument des sociétés pharmaceutiques pour créer de nouveaux médicaments, comment se fait-il que si peu de médicaments soient fabriqués à partir d’organismes marins ?

Car depuis toujours, les hommes conçoivent l’univers marin comme un univers alimentaire. On pêche à outrance, et dans des pays toujours plus lointains pour « étonner » un consommateur blasé !

Les eaux démontées, les collectes difficiles et l’identification des planctons, algues peu évidente devant les lacunes des connaissances de ce monde marin …  Mais soyons logiques ! Ces substrats de santé potentiels ont résisté aux dommages créés par les hommes.

La partie la plus visible du plancton (organismes animaux, végétaux : macro- et microalgues, méduses, crustacés, oursins, poissons) est étudiée depuis quelques années pour essayer de trouver une supplémentation protéique, glucidique, minérale aux pays, en cas de problème de guerre … les progrès technologiques ont permis de découvrir le monde de l’infiniment petit.

La connaissance des bienfaits des produits de la mer est encore très superficielle pour les européens, mais les asiatiques les exploitent depuis des décennies.

La pharmacopée chinoise présente deux aspects : une version préventive, une version curative. Les asiatiques sont très sourcilleux sur l’art de maintenir un équilibre des forces organiques, les algues par exemples sont leurs légumes, leurs apports protéiques venant de la mer. Les algues sont en médecine chinoise recommandées pour bloquer la croissance des cellules cancéreuses, éviter les œdèmes de la fonction cardiaque, réguler les menstruations, soulager l’arthrose. Des recettes bien anciennes mais qui sont restées en usage.

Parler de la pharmacopée de la mer, c’est s’appuyer sur quels organismes ?

Pour les européens, les algues représentent ces filaments sombres rejetés par la mer, et qui font peur aux baigneurs. Et pourtant, les algues sont de véritables réservoirs de substances médicinales actives. Elles présentent des différences biochimiques intéressantes dans leurs métabolites glucidiques par rapport aux végétaux terrestres. lire la suite de l’article

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.


3 commentaires

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :