L’hélianthi

4f68e-hc3a9lianti2bfeuillagePRÉSENTATION Appelé aussi Salsifis d’Amérique ou artichaut de Jérusalem, l’hélianthi a ses rhizomes (tubercules), de couleur beige clair, qui rappellent ceux du topinambour dont il est cousin. Les tubercules sont plus grêles et plus allongés que le topinambour, en forme de fuseaux effilés sur le côté de l’attache.

Il partage le goût de l’artichaut de son autre cousin mais avec une saveur plus délicate et fine. C’est une grande plante (environ 2 mètres, parfois plus) vivace, originaire d’Amérique du Nord. C’est dans les années 1900 qu’elle a été importée en Europe.

CULTURE L’hélianthi aime les expositions ensoleillées, un climat tempéré, un sol profond, léger, frais, humifère et bien drainé. Le sol devra être bien ameubli avec votre grelinette.

Plantez les racines à une distance de 40-50 centimètres, les rangées espacées de 70 à 80 centimètres de fin février à avril à environ 15 centimètres de profondeur.

48ff1-hc3a9lianti2bfleurs.jpgLa floraison se fait courant  septembre-octobre. Les fleurs jaunes foncées ont un diamètre de 5 centimètres en moyenne. Un mois plus tard, la plante s’essouffle et meurt. La multiplication se fera par division des rhizomes.

RÉCOLTE La récolte se fait à partir de la mi-novembre au fur et à mesure des besoins. Comme les rhizomes se conservent mal à l’air libre ils seront laissés en terre et arrachés de décembre à avril. Pour vous donner une idée il vous faudra 6 mois environ pour commencer à  les récolter.

PARASITES ET MALADIES Ils peuvent être parfois attaqués par les mulots, les lapins et les campagnols. En ce qui concerne ces derniers (Les campagnols) il y a des prédateurs naturels comme par exemple certains rapaces (Les hiboux et les chouettes), les chats que ce soit ceux domestiques ou sauvages, les renards, les corbeaux, les pies ou encore les fouines et les belettes. Les hérissons peuvent également se transformer en prédateur des campagnols. L’oïdium peut aussi faire des dégâts. En préventif pulvérisez du purin de prèle. L’aleurode est également un fléau de l’hélianthi. Il s’agit de petites mouches blanches qui sont comme les pucerons des insectes suceurs de la sève de la plante qui adorent particulièrement la chaleur. Vous pourrez avoir aussi bien des attaques sous votre serre, votre véranda, dans votre jardin potager ou celui d’ornement. Si une de vos plantes est atteinte, arrachez la et brûlez-la afin d’éviter la contamination avec les autres. Deux prédateurs sont utiles dans ce cas. Tout d’abord l’encarsia formosa qui est une petite guêpe qui a l’habitude de pondre ses œufs sur les larves d’aleurodes. A utiliser d’avril à septembre car cette guêpe a besoin de chaleur pour se reproduire. Vous avez également une petite punaise verte que l’on appelle macrolophus caliginosus et qui se nourrit des aleurodes adultes ainsi que de leurs œufs.

2d2b6-hc3a9lianti2brhizome.jpgCUISINEZ L’HELIANTI La peau de l’hélianthi peut se manger et donne même un goût plus prononcé au légume. Il n’est donc pas nécessaire de les peler, il suffit de les brosser. Toutefois si vous souhaitez les peler, cuisez-les à l’eau pendant une quinzaine de minutes. Ils s’éplucheront plus facilement.

Vous pourrez les servir en salade tiède, arrosés d’une vinaigrette ou bien chaud à la crème, nature au jus, à la vapeur, en purée, en gratin ou même poêlés.

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

Merci à Brigitte (Pestounepour son aide à la création de certains sujetset à Séverine (SevyLivrespour les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles. Blog de BrigitteImageBlog de SéverineImage

3 réflexions au sujet de “L’hélianthi”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :