Cueilleur Culteur N°9 – Septembre 2018 par l’assiette sauvage

cc_n9-1503c.jpgEditorial N°9

Enfant, pour moi les plantes sauvages c’était ces adventices que je devais sarcler, sarcler, sarcler, chaque fois que je n’avais pas été sage. Des punitions interminables …

Thomas Oak m’a fait voir les choses bien autrement. Quand j’ai lu le premier numéro du Cueilleur-Culteur, en octobre 2016, j’ai tout de suite aimé son ton joyeux, sa déambulation gourmande et son parti-pris pour la proximité nourricière. Pour Oak, la table est mise, là, à deux pas, au bout de nos doigts. Gratuite, renouvelable et méritant tous nos bons soins !

Je me suis dit : « Est-ce vrai qu’autour de mon lieu de vie, ici, maintenant, il y a des plantes qui sont bonnes pour moi ? ».

Fort de mes premiers essais à St Girons, puis autour de Montpellier, puis dans le Tarn, avec de bons maitres, j’ai commencé à fouiner dans la pinède autour de l’immeuble que j’habite sur les hauts de Cassis. J’avais mon couteau à champignon (avec la balayette au bout), mon appli Pl@ntnet, un sac en papier et mon chapeau Tilley. Et un bon appétit. Lire la suite de l’article

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

1 réflexion au sujet de « Cueilleur Culteur N°9 – Septembre 2018 par l’assiette sauvage »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :