Accueil » Permaculture » Les cucurbitacées

Les cucurbitacées

« Cendrillon alla aussitôt cueillir la plus belle qu’elle put trouver, et la porta à sa marraine, ne pouvant deviner comment cette citrouille la pourrait faire aller au bal. Sa marraine la creusa et, n’ayant laissé que l’écorce, la frappa de sa baguette, et la citrouille fut aussitôt changée en un beau carrosse tout doré. » Extrait de Cendrillon

 

PRÉSENTATION La famille des cucurbitacées est vaste et comprend les courgettes, les melons, les potirons, les citrouilles, les courges grimpantes ou rampantes ainsi que les pâtissons. Il n’y en a pas moins de 800 espèces qui ont toutes les mêmes exigences. En effet d’origine tropicale, elles ont besoin de soleil, de chaleur, d’humidité et de nourriture. Les courges et les potirons appartiennent à la variété des Cucurbita. Nous y trouvons les Cucurbita maxima potirons et giraumons les Cucurbita pepo courgettes, citrouilles et pâtissons, les Cucurbita moschata courges musquées, les Cucurbita ficifolia courge de Siam et les Cucurbita mixta courges mexicaines. Il existe un genre très proche regroupant les gourdes que l’on appelle Lagenaria qui sont une espèce de cucurbitacées comestibles à l’état jeune mais dont on se sert en déco lorsqu’elles sont mûres. Dans le genre Cucurbita maxima, les fruits peuvent avoir un diamètre allant de 10 cm à plus d’un mètre. Dans le genre Cucurbita pepo, la plante est pourvue de piquants en bout de ses feuilles. C’est le genre des courgettes. Coureuse, non coureuse, ronde ou allongée, il y a une grande variété dans le genre. Il y a donc chez les cucurbitacées une grande diversité permettant des préparations culinaires pouvant satisfaire tous les goûts. Et beaucoup d’entre eux peuvent être très bien conservés en cave l’hiver. Les melons sont à cueillir à mesure de leur maturation et dégusté rapidement car ils ne se conservent pas. Pepo et maxima ne doivent pas être semés si la température n’atteint pas les 10° C au minimum. Et les Moschata, elles sont carrément des courges nécessitant une température minimum de 15°. C’est pourquoi elles sont plus adaptées au sud de la France.

PRÉPARATION DE VOTRE CARRE DE JARDIN Plantez courges et potirons sur un terrain bien dégagé, orienté au sud pour leur offrir un ensoleillement maximum. Le sol doit avoir été bien enrichi, l’espèce a besoin de beaucoup d’humus. Prévoyez un poquet nutritif. Dégagez l’espace où vous souhaitez les planter. Déposez ou plutôt enfouissez une ou deux pelletés de compost à demi-mûr ou de fumier à  demi-mûr également voire de terreau. Recouvrez avec de la terre. Ensuite semez ou repiquez (Si vous avez déjà effectué vos plants en godets). Si vous avez une terre très défavorable vous pourrez repiquer vos plants directement sur le tas de compost ou de fumier. Il vaut mieux répartir fumier ou compost sur toute la zone où se développeront vos plants soit environ 3 m² pour les variétés coureuses car les racines vont s’allonger dans le sol autant que les tiges. Mais il faut également savoir qu’une fumure très enrichie vous donnera des fruits de très grand calibre mais se conservant mal et plus sensibles aux parasites. Alors qu’une fumure plus raisonnable, vous donnera des fruits plus petits mais avec une bien meilleure conservation.

SEMIS C’est une phase délicate. Pour germer facilement, les semences ont besoin d’une température de 20 à 30 °, de l’humidité et de l’oxygène donc d’une terre légère pas trop gorgée d’eau. La racine sort par le bout effilé. Il faut donc effectuer vos semis soit à plat, soit la pointe de la graine vers le bas. Si vous semez en pleine terre, vous ferez le semis en même temps que les haricots. Les courges et potirons craignent le gel donc mi-mai au nord de la Loire, mi-avril au sud. Semez 3 ou 4 graines ensemble. Une fois qu’elles auront levé, ne conservez que le plus beau plant. Vous pourrez également semer en godets pour mettre en place lorsque les gelées ne seront plus à craindre. Il faut en moyenne une dizaine de jours pour voir apparaître les cotylédons (qui sont les 2 fausses feuilles qui apparaissent en premier). A ce stade, il faut beaucoup de lumière pour que les plants ne filent pas.

REPIQUAGE Vous ne repiquerez que lorsque les vraies feuilles se montreront. Attention à ne pas casser la motte à la transplantation. Surtout n’attendez pas qu’il y ait trop de feuilles pour repiquer les pieds car ils se développeront beaucoup moins bien et seront plus sensibles à la sécheresse. Repiquez les plants et formez une cuvette autours de leurs pieds afin que l’eau ne se disperse pas à l’arrosage. Enterrez bien le plant jusqu’au cotylédon car les racines se développeront sur toute la longueur de la tige les précédant. Toutefois si le printemps est très pluvieux, il vaut mieux planter sur butte pour éviter le pourrissement des pieds. Pour les variétés non coureuses (courgettes, pâtissons…) prévoyez un écartement de d’1m50 minimum. Pour les variétés coureuses, prévoyez de 2m50 minimum. Vous pourrez également les faire pousser sur des rames pour économiser de l’espace au sol. Moi je me sers de mes rames de petits pois puisque la récolte sera terminée au moment du palissage des courges. Mais vous pourrez prendre également trois perches que vous relierez entres elles au sommet en forme de tipi.

N’oubliez pas de pailler le sol (Tonte de gazon sèche, paille, écorces de pins, fougère.. Etc..) sur une épaisseur de 5 à 10 cm afin de limiter l’évaporation et économiser l’eau. Sur les variétés coureuses, chaque rattachement de la feuille à la tige peut donner une racine, ce qui permet un meilleur approvisionnement en nutriments et en eau. Vous pouvez aider la nature en ramenant un peu de terre à chacun des nœuds. Il s’agira un marcottage.  

Tous ces conseils concernent également les cornichons, concombres, melons.

Le cycle végétatif des courges est long, de 60 à 90 jours et parfois plus. Pour faire mûrir les fruits rapidement (Ils seront alors moins nombreux, mais plus gros) vous devrez tailler les plants. Pincez les tiges au-dessus des deux premières feuilles pour l’inciter à se ramifier. Taillez ensuite les branches, deux feuilles au-dessus de chaque fruit formé.

JARDINEZ AVEC LA LUNE Les cucurbitacées sont considérées comme des légumes-fruits. Semez en lune montante. Repiquez et plantez en lune descendante. Taillez en lune descendante. Récoltez en lune montante.

ASTUCE Pour que vos melons mûrissent mieux, installez dessous chacun d’eux une ardoise qui chauffera avec le soleil. Les nuits étant plus fraîches, ça permet que les melons gardent la chaleur emmagasinée par les ardoises. Ceci, uniquement dans les régions où les nuits sont plus fraîches comme chez moi.

MALADIES ET RAVAGEURS En France, il y a peu de problèmes sanitaires dans la culture des cucurbitacées. En général les maladies viennent d’erreur de jardinage, d’un mode de culture inadapté.  Si les graines germent mal cela vient souvent d’un compost trop riche et trop humide. Si le printemps est trop froid mieux vaut différer vos semis. Les jeunes plants risquent de dépérir.  Dans les maladies les plus graves, il y a la mosaïque de la courge due à un virus. Décoloration, déformation des feuilles, production anormalement faible, donc il faut impérativement brûler les plants atteints et ne pas ramasser les semences des pieds voisins non plus. C’est une maladie qui touche plus le sud de la France. En fin de saison, l’oïdium attaque les plants au moment où les températures se rafraîchissent et où l’humidité atmosphérique devient plus abondante. Un genre de feutre blanc couvre les feuilles. Si les fruits sont à maturité, il est inutile de faire quelque chose. Mais par contre si l’attaque de ce champignon a lieu alors que les plants sont en plein développement, il est urgent d’intervenir en appliquant un produit fongicide.  Une pulvérisation de décoction de prêle sera nécessaire. Des tâches jaunissantes se forment sur le bord des feuilles et de la moisissure se développe sur les fruits. C’est la pourriture grise ou Botrytis. En prévention évitez les fumures trop azotées et les emplacements humides. Si la maladie se déclare supprimez les parties atteintes rapidement. Les pucerons font des dégâts en général très limités sur les plants. Mais le problème avec eux, c’est qu’ils sont les transmetteurs de virus passant d’un plant malade à un plant sain, dont le virus de la mosaïque. De minuscules acariens sucent la sève des plantes. On les appelle aussi araignées rouges. Les feuilles se décolorent, jaunissent et sont percées d’une multitude de petits trous jusqu’à former de la dentelle. Pulvérisez de la décoction d’ail.

ROTATION DES CULTURES (OU ASSOLEMENT) Éviter de les faire voisiner avec les pommes de terre et des autres cucurbitacées. Par contre, ils apprécient la proximité du haricot (particulièrement le ramant), du maïs (on appelle l’association des trois ou la culture des 3 sœurs) et du chou. Après les cucurbitacées, ne cultivez pas de la mâche ou des pois, également sensibles au blanc (oïdium), ni même des alliacées c’est à dire l’ail, l’échalote et l’oignon) qui préfèrent des sols non enrichis récemment.

RÉCOLTE ET CONSERVATION Pour les courgettes, les pâtissons et les  concombres  les fruits doivent être consommés jeunes et assez rapidement. Pour les potirons, les citrouilles et les courges attendez leur maturité complète. Pour savoir quand un fruit est à maturité, il faut regarder le feuillage jaunissant. Quant à l’écorce elle prend sa couleur définitive, son pédoncule devient sec et ligneux. Le cycle dépend de l’espèce. Cela peut aller de 80 jours à 120 ou plus. Mais la chaleur estivale détermine aussi le temps de maturation. En effet, un été frais rallonge le temps de maturation. Si les gelées sont précoces, veillez à couvrir vos potirons et citrouilles afin de les protéger du coup de froid. On récolte habituellement fin octobre voire début octobre pour les régions les plus froides.

Attention à ne pas porter les fruits par le pédoncule, cela occasionne des microfissures avec le risque d’un pourrissement précoce à cet endroit. 

Les installer deux ou trois semaines à une température de 20° dans un local ventilé pour favoriser les éventuelles cicatrisations aux blessures. Il faut toujours que les potirons, courges, citrouilles soient conservés dans un espace bien aéré, autrement ils risquent de mal se conserver. Même un carton ouvert ne suffit pas. Si vos légumes se gâtent malgré tout, ils pourront très bien se congeler. Pour cela coupez-les en dés et mettez-les dans des sachets de congélation.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo  Le Jardin d’Emerveille

 

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

Merci à Brigitte (Pestounepour son aide à la création de certains sujets et à Séverine (SevyLivres) pour les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles Blog de Brigitte Image Blog de Séverine Image


16 commentaires

  1. Merci JC pour cet article consacré aux Cucurbitacées ! J’ai moi même ecrit il y a qques année des billets sr le sujet car je suis fan de la légende, de l’esthétique, du goût et de la générosité de cette famille de légumes 🙏🏻😊🥰 Juste magique ✨ Belle journée à toi 😉

    Aimé par 1 personne

  2. […] cultures de la vigne, des pommes de terre, des tomates, des poivrons, des aubergines ainsi que des cucurbitacées. L’espèce la plus connue et la plus répandue est le Plasmopara viticole c’est à […]

    Aimé par 1 personne

  3. Nelia dit :

    Je ne savais pas que le melon faisait partie de cette famille!!! Merci pour toutes ces précisions et aussi sur les maladies!! Pour ma part je fais aussi de la polenarisation avec un Q tips, car les abeilles sont plus rares et ont à faire ailleurs!! Le résultat est concluant!!

    Aimé par 1 personne

  4. […] pastèque fait partie de la famille des cucurbitacées. C’ est un fruit très juteux qui vous permettra de traverser des régions arrides. En effet […]

    J'aime

  5. Solène Vosse dit :

    Oups ! Je suis sur mon smartphone. Et c’est ecrit tellement petit petit que j’ai beaucoup beaucoup de mal à lire. Et j’ai pourtant mes lunettes. 😀 Je repasserai lire les billets dès que je serai sur mon ordi. A bientôt !

    Aimé par 1 personne

  6. Nelia dit :

    Ouiii! Après 25 ans de vie en Espagne je cherche parfois les mots en français 😀Merci!!

    Aimé par 1 personne

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :