Accueil » informations » Pourquoi je n’utilise plus la bouillie bordelaise

Pourquoi je n’utilise plus la bouillie bordelaise

PRÉSENTATION Vous connaissez tous la bouillie bordelaise, ce produit de couleur bleue que vous trouvez très facilement dans toutes les jardineries. Elle est utilisée pour lutter contre de nombreuses maladies la plupart du temps cryptogamiques. Elle est même tolérée en bio. Elle est utilisée à toutes les sauces, au jardin potager, en viticulture, au verger ou bien encore en arboriculture.

Elle est de partout et le plus fort c’est que beaucoup de jardiniers ou d’agriculteurs ne peuvent pas s’en passer. A écouter certains c’est comme une drogue. Je vais essayer de vous expliquer qu’il y a d’autres moyens de substitution qui existent et qui sont aussi efficaces sans danger pour notre mère nature et son écosystème.
EFFETS NOCIFS En ce qui me concerne je ne l’utilise plus car la quantité de cuivre qu’elle contient (20% environ) est toxique pour l’environnement que ce soit pour les sols et son écosystème comme déjà indiqué ci-dessus. Cette fameuse bouillie est de plus en plus remise en cause et j’en fais partie. C’est pourquoi d’ailleurs elle n’est que tolérée et non autorisée en culture bio. Si elle est tolérée et non autorisée c’est que les autorités reconnaissent à mi-mot (N’ayons pas peur des mots) qu’il s’agit bel et bien d’un pesticide  qui n’est pas du tout anodin. Je rappelle qu’il y a quelques années la bouillie bordelaise a failli être interdite en France. Mais malheureusement le projet a avorté pendant que certains pays européens comme le Danemark et les Pays Bas l’ont déjà interdite. Ce qu’il faut savoir c’est que le cuivre contenu dans la bouillie bordelaise ne fait pas de différence entre les bons champignons et les mauvais. Si vous avez des pieds de vigne le long d’un mur, ce dernier sera tout bleuté. Le bleu correspond au sulfate de cuivre. La bouillie bordelaise est néfaste pour tous nos insectes et en particulier pour nos auxiliaires comme par exemple les abeilles qui viennent obligatoirement se frotter sur les branches de vos arbres et de vos arbustes ainsi que sur les tiges de vos plantes potagères. L’accumulation de cuivre nuit également à la vie des sols comme par exemple les vers de terre qui seront moins nombreux sans oublier la vie aquatique (Poissons, larves de divers insectes… Etc… ). Le cuivre s’il est utilisé à très faible dose est un oligo-élément indispensable à la vie. Si les doses sont plus importantes, il devient toxique et empoisonne notre si belle nature. En effet, le soucis c’est que le cuivre fait partie des produits non biodégradables car avec le temps il continue à s’accumuler particulièrement dans les sols pour atteindre des teneurs toxiques. Après quelques pluies les résidus de cuivre sont transportés par l’eau de ruissellement dans les eaux des rivières et celles des cours d’eau. Je vous laisse imaginer au bout de plusieurs années les pollutions dues au cuivre dans beaucoup de régions que ce soit en arboriculture, en jardin d’ornement, en viticulture ou encore en maraichage sans oublier nos jardins potagers que nous cultivons en jardiniers amateurs que nous sommes.
MOYENS DE SUBSTITUTION Comme je l’ai indiqué ci-dessus je n’utilise plus de la bouillie bordelaise. Alors comment je pratique ? C’est très simple. Pour ce qui concerne toutes les maladies cryptogamiques (La bouillie bordelaise sert à traiter essentiellement ces maladies) j’utilise de la prèle que ce soit en décoction ou bien en macération. Je pulvérise les plantes ou les arbres sans oublier le sol. En préventif, la pulvérisation au sol est efficace à 80% alors que sur les végétaux son efficacité est de 30% environ. J’utilise également du bicarbonate de potassium. Et je peux vous affirmer que ces trois préparations sont aussi efficaces que la bouillie bordelaise. Alors pourquoi ne pas interdire la bouillie bordelaise alors qu’il existe des moyens de substitution respectueux de l’environnement comme indiqué ci-dessus ? Je pense que le lobbying est encore trop fort pour arriver à faire enfin changer les choses. Il faut savoir que tous ces produits naturels sont en vente dans la plupart des jardineries. J’attire vivement votre attention sur l’utilisation de la bouillie bordelaise. C’est dangereux pour la nature et son écosystème. Et c’est aussi dangereux pour l’homme par inhalation étant donné qu’il s’agit de poudre. Toxique aussi pour les fruits que nous mangeons même si on arrête les traitements 15 jours voire 3 semaines avant la récolte. Il y aura toujours de résidus non négligeables sur les fruits (Pommes, tomates, raisins… Etc…). Vous pourrez en vous promenant repérer des endroits où pousse la prèle (Sols en général humides près de cascades, de cours d’eau… Etc). Cela vous permettra de fabriquer votre propre purin de prèle ainsi que vos décoctions.
Et pour terminer je vous propose cette vidéo  Le potager qui dit non

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.


25 commentaires

  1. Nelia dit :

    J’utilise aussi du purin d’orties! Un ami m’a parlé du bicarbonate de soude qui semble être efficace!? Est-ce aussi une solution?

    Aimé par 1 personne

  2. mamyhorse dit :

    Je ne mets rien dans mon potager. Je n’ai jamais utilisé de bouillie bordelaise.
    Et tout se passe bien 😋
    Merci pour l’info.

    Aimé par 1 personne

    • Dans les forets on a jamais vu des pulvérisations de bouillie bordelaise et tout se passe bien. Il faudrait tendre à cultiver nos jardins potagers comme des forêts. C’est un peu ce que je fais. Merci pour ton partage.

      Aimé par 1 personne

  3. Jean-Marie CHUCHTIMI dit :

    Je vous remercie d’avoir déniaisé un vieux militant écolo septuagénaire (non praticien ) persuadé de rendre service en louangeant autour de lui a bouille bordelaise « bio »

    Comme quoi l’information contradictoire est précieuse pour les esprits ouverts; alors qu’il faut savoir remettre en cause ses certitudes

    En guise de remerciements permettez moi de vous signaler qu’une alternative ce n’est pas l’autre ou les autres solutions. Une alternative, c’est le choix entre plusieurs possibilités, y compris celle qui ne vous convient pas.

    Autant avoir le souci du juste mot pour la juste chose. Le souci des mots pesés pour éviter d’accroître, voire pour contribuer à réduire, les maux pesants.

    Aimé par 1 personne

    • Salut Jean Marie !!
      Si tu le permets je te tutoies. T’inquiète pas moi aussi j’ai utilisé la bouillie bordelaise comme tout le monde. Je me suis remis en question. Il faut aussi cette qualité pour avancer dans le bon sens afin d’aider à modifier nos habitude et surtout à chasser certaines idées reçues qui ont parfois la vie dure. En tout cas merci pour ton partage. Les échanges sont toujours bénéfiques.

      J'aime

    • Jean-Marie CHUCHTIMI dit :

      Vraiment aucun problème pour le tutoiement évidemment

      Connais-tu des cas ou des livres qui permettraient à un maraîcher « classique », mais déjà pas trop porté sur l’usage des « cochonneries », de s’inspirer de l’expérience d’un collègue – plutôt du haut des Hauts de France – passé dans la mesure du raisonnablement possible au maraîchage permacultural ?

      Merci

      Aimé par 1 personne

    • Oupsss, je viens de m’apercevoir que j’avais zappé de te répondre. Désolé Jean-Marie. Je te conseillerais mon ami Yannick qui est un jardinuier bio de Bretagne. Voici un lien pour te procurer un livre qu’il a écrit. http://au-potager-bio.com/enrichir-la-terre/?ap_id=blog ou encore celui-ci https://au-potager-bio.clickfunnels.com/pdv-organiser-son-potager-tome2-pn Tu peux y aller de ma part sans problème.

      J'aime

  4. roijoyeux dit :

    hello Jean-Claude, pour les maladies des rosiers tu utilises quoi ?

    Aimé par 1 personne

  5. roijoyeux dit :

    du bicarbonate de potassium?

    Aimé par 1 personne

  6. Merci pour ces précieux conseils.

    Aimé par 1 personne

  7. Merci Jean-Claude, super idée, je vais essayer!

    Aimé par 1 personne

  8. Antalcidor dit :

    A reblogué ceci sur Jardin sauvageet a ajouté:
    la bouillie bordelaise est tellement banalisée, acceptée en agriculture bio… Il est grand temps de lire cet article pour découvrir qu’elle n’est absolument pas inoffensive et qu’il existe des moyens naturels inoffensifs de substitution pour la remplacer… Comme quoi les certitudes … Merci à J.Claude Divet pour cet article paru sur son site spotjardin.com!

    Aimé par 1 personne

  9. […] PRÉSENTATION Vous connaissez tous la bouillie bordelaise, ce produit de couleur bleue que vous trouvez très facilement dans toutes les jardineries. Elle est utilisée pour lutter contre de nombreuses maladies la plupart du temps cryptogamiques. Elle est même tolérée en bio. Elle est utilisée à toutes les sauces, au jardin potager, en viticulture, au verger ou bien encore en arboriculture. Lire la suite de l’article […]

    Aimé par 1 personne

  10. […] Il est possible de traiter les arbres fruitiers naturellement. Laissez tomber la bouillie bordelaise. […]

    Aimé par 1 personne

  11. Bruno dit :

    Bonjour Jean-Claude,
    que de bonne choses à vous lire.Comme beaucoup je cherche à limiter les impacts nocifs.Piètre jardinier mais qui cherche à s’améliorer, pensez vous que le bicarbonate de potassium est suffisant pour protéger la vigne car c’est vraiment compliqué et très vulnérable !

    Aimé par 1 personne

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :