Accueil » verger » Le noyer

Le noyer

PRÉSENTATION Il s’agit d’un splendide arbre fruitier qui vous donnera de savoureuses noix. Il peut être également planté en tant qu’arbre ornemental. Il peut atteindre 25 mètres de hauteur voire un peu plus suivant  la variété. Il fructifiera jusqu’à l’age de 70 ans environ et vivra jusqu’à 300 ans. Son age adulte se situe à partir de 25 ans et cela jusqu’à 35/40 ans suivant l’espèce. Dans le noyer tout se consomme. Planté que ce soit dans votre verger ou dans votre jardin d’ornement il vous surprendra par sa beauté.

Il s’agit d’un arbre très précieux. En effet outre ses noix ou bien encore son bois qui est beaucoup utilisé pour confectionner de très belles sculptures, il est aussi utilisé couramment en ébénisterie et ses feuilles s’utilisent en pharmacologie. Le noyer est un arbre très rustique puisqu’il peut supporter des températures hivernales pouvant atteindre -25°. Mais attention aux jeunes pousses qui apparaitront au printemps, elles craignent les gelées tardives. Les variétés plus tardives vous éviteront ce soucis. Renseignez-vous auprès de votre pépiniériste habituel.  Sa culture et son entretien sont des plus faciles. Son besoin en eau est moyen. Étant donné qu’il s’agit d’un arbre très imposant prévoyez-lui suffisamment de place afin qu’il puisse se développer dans de très bonnes conditions. Sa floraison a lieu au tout début de la saison  printanière. Sa magnifique floraison donnera de très belles couleurs à votre jardin. Les fleurs mâles laisseront apparaitre des bouquets de chatons qui commenceront à pointer leur nez avant le feuillage. Les fleurs femelles sont plus difficiles à repérer car elles sont plus petites. Pour pouvoir les distinguer il faudra que vous vous approchiez de votre noyer. Vous trouverez différentes variétés de noyers dans le commerce. Certaines seront anciennes pendant que d’autres seront plus récentes. Vous aurez des différences en ce qui concerne le port de l’arbre choisi ainsi que la période de récolte qui pourra être différente d’une variété à l’autre. Votre pépiniériste pourra vous renseigner avec précision. Le noyer est auto-fertile. Toutefois il est préférable que vous plantiez des variétés différentes afin de provoquer une fécondation entre elles. En effet un décalage dans le temps subsiste en ce qui concerne les floraisons mâles ainsi que femelles, chacune étant éphémère. Sa production de noix commencera vraiment à partir d’une quinzaine d’années pour la plupart des variétés. Toutefois il en existe certaines qui pourront vous donner des fruits à partir 4/5 ans environ.

PLANTATION SEMIS Le semis est assez aisé à réaliser. Il peut se semer en pot et d’ailleurs cette méthode est fortement conseillé afin de mieux gérer le développement de son système racinaire qui se présente d’une racine pivotante très imposante. Mais cela ne vous empêche pas de réaliser votre semis directement en pleine terre. Il est préférable de semer des espèces qui ont déjà été greffées au départ ou bien encore vous pourrez greffer vous-même les jeunes plants. Évitez les variétés hybrides car les résultats sont plus qu’aléatoires. Le semis devra s’effectuer à la saison printanière après avoir récolté des noix à l’automne que vous stratifierez avant de les semer. Choisissez les plus belles noix pour les semis. Pour effectuer une stratification de vos noix vous devrez vous munir d’une petite caisse où vous aurez pris soin de déposer au fond un morceau de feutre géotextile. Ensuite recouvrez ce dernier de 10/15 centimètres de sable. Déposez sur ce lit sableux vos noix (Débarrassées de leur bogue bien entendu) sur une seule couche en les espaçant de 5 centimètres minimum.. Recouvrez-les d’une nouvelle couche sableuse de 15 centimètres environ. Il faudra que vous fixiez un grillage ou un filet anti insectes  pour protéger vos noix d’éventuels rongeurs. La caissette devra être disposée à l’extérieur et exposée au nord. En principe vos noix devront avoir germé dans le courant du mois de mars. En ce qui concerne un semis en pot il est préférable de déposer une couche de billes d’argile au fond de votre pot afin d’assurer un bon drainage. Remplissez ensuite ce dernier d’un mélange de terre de jardin et de terreaux à part égale (50%). Déposez vos noix en les espaçant de 5 centimètres minimum (Trois noix par pot, s’il est grand vous pourrez en mettre plus) et recouvrez-les de 5/7 centimètres de terreau spécial pour semis. Avec une petite planchette tassez légèrement le substrat. Arrosez en pluie fine et pour terminer installez votre pot sous un châssis vitré. Il faudra que vous les arrosiez régulièrement pour éviter que le substrat ne se dessèche. Environ 12 mois plus tard repiquez chaque jeune noyer dans des containers. Il faudra que vous attendiez la troisième année pour les planter en pleine terre. C’est tout de même beaucoup mieux de les installer directement en pleine terre afin que les racines pivot se développent dans de très bonnes conditions. Le repiquage en container sera plutôt réservé pour certains cas qui sont assez délicats comme par exemple les terrains mal entretenus ou bien les sols très secs. Pour effectuer un semis en pleine terre je vous conseille de choisir un emplacement très dégagé, ensoleillé et à l’abri des vents. Préparez le sol de la parcelle choisie avec votre grelinette. Il est conseillé de faire un apport de compost mélangé à du sable. Les noix germées devront être plantées par trois à 6 centimètres de profondeur environ. Vos trois noix devront être espacées d’une dizaine de centimètres. Chaque poquet de trois noix devra être espacé de 8/10 centimètres minimum. Comme vous l’imaginez il vous faudra un pot très large en diamètre. Tassez légèrement et pour terminer arrosez. Au printemps suivant choisissez le plant le plus beau (Sur les 3 noix semées). Vous devrez protéger chaque jeune plant choisi avec un grillage. Les arrosages devront être réguliers pendant les 3 premières années. Malgré sa résistance au froid le noyer n’apprécie pas les climats froids à cause des gelées tardives pour ses jeunes pousses. C’est pourquoi il est conseillé  d’éviter la plantation de noyers au nord de la Loire car il s’agit d’un arbre qui a des difficultés à se  développer dans ces régions. Cela n’empêche pas qu’à 1000 mètres d’altitude certaines espèces peuvent arriver à se développer correctement. TRÈS IMPORTANT Évitez de planter un noyer trop près de votre maison afin d’éviter pendant la saison estivale une ombre trop épaisse car il faut savoir que le soleil ne peut pas traverser son épais feuillage. La plantation devra s’effectuer de préférence en automne surtout si votre sujet est à racines nues. Si votre noyer est en container il pourra être également planté au printemps. Pour sa plantation consultez ce lien Comment planter un arbre ou un arbuste ?

ENTRETIEN Les premières années entretenez bien votre noyer mais une fois adulte laissez le vivre sa vie. Afin de faciliter un meilleur développement de son système racinaire étalez à son pied un bon paillage pour garder un peu d’humidité. Il s’agit d’un arbre très gourmand. Apportez lui du fertilisant assez régulièrement. Si vous avez un sol qui est trop acide (PH inférieur à 6,5) vous devrez épandre de la cendre de bois à raison d’une poignée par m2. A partir de son age adulte arrêtez tout apport de fertilisants, cendres.. Etc.. qui serait néfaste au développement de l’arbre mais également il risquerait d’y avoir des répercutions sur la récolte de noix.

TAILLE Le noyer n’apprécie pas trop la taille. Si vous l’avez planté avec suffisamment d’espace il prendra sa forme naturelle. Sachez que le moindre rameau taillé facilite l’entrée de certaines maladies. Taillez au minimum (Suppression des branches qui poussent à l’intérieur, celles qui se croisent ou encore les bois morts).

PARASITES MALADIES Malgré la robustesse du noyer il peut être parfois victime de certaines maladies mais également de parasites qui pourront avoir des conséquences très graves pouvant aller jusqu’à sa mort. Il s’agit de la bactériose du noyer mais également de L’anthracnosede la maladie de l’encre du noyer, du carpocapse et de la cochenille.

RÉCOLTE Les noix sont cultivées principalement dans les départements de l’Isère, de la Drôme, en Savoie ainsi que dans la région du Périgord. Les récoltes provenant du Périgord et de l’Isère bénéficient d’une Appellation d’origine contrôlée (AOC). Pour information un noyer d’une dizaine d’années pourra vous fournir 20 kg de noix fraiches environ soit 15 kg de noix sèches. La noix est composée du brou (Enveloppe verte qui recouvre la noix), la coque et l’amande qui correspond au cerneau. Si le brou éclate naturellement et si la coque tombe sur le sol c’est que la noix est enfin arrivée à maturité. Vous devrez alors commencer la récolte soit pour une consommation fraiche ou bien sèche après un certain temps de stockage. La récolte s’étalera en principe de mi-septembre à la fin du mois d’octobre. Ce sera en fonction de la variété que vous aurez choisie de planter.

CONSERVATION Si vous aimez les cerneaux frais vous pourrez en consommer dès qu’ils seront récoltés. Mais vous pourrez les stocker afin de les consommer plus tard secs. Pour cela supprimez le brou des coquilles pour les faire sécher. Éventuellement brossez les coquilles. Ensuite étalez-les sur des clayettes de préférence pour éviter plusieurs couches de noix afin de laisser passer de l’air. L’endroit de séchage devra être sec et bien aéré. Si vous remplissez ces conditions de stockage vous pourrez conserver vos noix un an voire deux ans. Installez des protections pour éviter les attaques des rongeurs.

UTILISATION En dehors de la consommation fraiche ou sèche les noix peuvent être utilisées pour agrémenter des biscuits, des chocolats, des glaces, des confitures, certains pains fantaisie, du vinaigre, des liqueurs et des vins. Dans une salade d’endives c’est délicieux. On en fait également une excellente huile. Celle qui sera la moins raffinée servira à fabriquer du savon.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo  Le Chemin de la Nature


8 commentaires

  1. […] qui concerne les arbres il y a par exemple l’amandier, le chêne, le tilleul, le pommier, le noyer, le cerisier, le bouleau et l’érable. Certains arbustes peuvent également attaqués comme […]

    Aimé par 1 personne

  2. […] bactériose du noyer est une bactérie qui s’introduit dans les toutes jeunes pousses du noyer ce qui provoque une […]

    Aimé par 1 personne

  3. […] fruitiers sont victimes du carpocapse qui est très vorace tel que le pommier, le prunier, le noyer, le poirier.. Etc.. Il est appelé également le ver des […]

    Aimé par 1 personne

  4. […] du lilas, du groseillier, de l’olivier, du pêcher, du mûrier-platane, du pommier du noyer et du fusain. Il existe une solution préventive simple qui consiste à sortir vos différentes […]

    Aimé par 1 personne

  5. […] maladie de l’encre du noyer est une maladie qui atteint essentiellement le système racinaire. En fait c’est un champignon […]

    Aimé par 1 personne

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :