Accueil » potager » Purin (2) Comment faire des extraits fermentés ?

Purin (2) Comment faire des extraits fermentés ?

capture-2.pngQUEL MATÉRIEL UTILISER ? Il faut s’équiper un minimum pour faire son purin.  Une poubelle en plastique ou un tonneau en plastique avec un couvercle de grande contenance au minimum de 50 litres (évitez le métal en raison d’un risque d’oxydation et le bois risque de fuir à la longue), des gants et des cisailles ou encore de bons ciseaux. Il vaut mieux faire une grande quantité de purin dans un grand contenant que faire plusieurs petits seaux.  

QUELLE EAU UTILISER ? L’idéal est de se servir d’eau de pluie. En effet l’eau du robinet est enrichie en chlore qui appauvrit le purin en empêchant les bonnes bactéries de se développer. Mais l’eau du robinet est aussi souvent calcaire, ce qui modifie l’acidité de l’eau et peut empêcher la stimulation des plantes en bouchant les « pores » des feuilles. Quant à l’eau de puits, alimentée par des sources, elle est souvent contaminée par le nitrate déversé par les agriculteurs dans les prés et les champs, de plus elle est souvent calcaire.

capture-3.pngCOMMENT PROCÉDER ? Courrez les chemins, longez les haies, bref allez à la récolte de bon matin. Le mieux est de profiter des pousses printanières alors que les plantes sont gorgées de sève mais surtout cueillez vos plantes avant leur floraison. 

Hachez vos feuilles afin de faciliter l’extraction des substances actives. Le fait de hacher est indispensable aux plantes plus dures (rhubarbe, lavande, sauge ….) mais en réalité, mieux vaut le faire pour toutes. On compte environ 1 kg de plante pour 10 litres d’eau ce qui équivaut à grosso-modo les ¾ de votre récipient dans le cas de 50 litres de purin. Il n’est pas nécessaire de mettre plus de plantes, et même cela risque d’être préjudiciable. L’eau de pluie doit être à température ambiante. Faites fermenter à une température allant de 16 à 20° mais surtout pas au-delà de 25°. Donc bien entendu mettez votre récipient à l’abri et du plein soleil et des courants d’air. 

Il faut savoir que plus il fera chaud, plus la fermentation se fera rapidement. La durée est variable selon la température mais aussi selon la plante. Une préparation en grande quantité supportera mieux les chocs thermiques nuit-jour du printemps.

Couvrez votre poubelle (pas hermétiquement) et laissez travailler. Tous les 2 jours voire tous les jours, remuez l’ensemble pour apporter de l’oxygène et couvrez à nouveau.  Des petites bulles remontent à la surface, ça fait le genre de bulles comme celles lorsque vous faites fondre un comprimé effervescent. Lorsque vous constaterez que votre purin ne fait plus de bulles, il sera temps de filtrer et de récupérer le jus. En effet pour éviter les mauvaises odeurs, il faut bloquer la fermentation dès qu’il n’y a plus de bulles sinon vous arrivez au stade du pourrissement.  Une fois ce stade atteint, il faudra donc bien filtrer pour enlever le maximum de plantes. Il devrait rester quelques petites particules mais qui ne gênent pas le passage  dans un pommeau d’arrosoir. capture-4.pngMalgré tout certains purins sentent plus mauvais que d’autres mais vous maîtriserez l’odeur en procédant de la façon qui précède. Un bon brassage à une bonne température, l’arrêt et le soutirage dès la fin des bulles de fermentation et filtrer l’ensemble sera la condition de la réussite de votre purin. Mettez en bidon  que vous fermerez  de suite. Stockez vos bidons à l’abri de la lumière et à une température avoisinant 18°. Les extraits fermentés conservés ainsi, se conservent plusieurs mois. Si vos bidons gonflent, purgez les gaz en dévissant le bouchon avant de refermer hermétiquement. 

Une règle d’or Ne jamais mélanger différentes plantes pour faire un purin. Vous risquerez d’avoir des plantes qui se contrecarrent et le produit perdrait toute efficacité. Il vaut mieux les préparer à part et les mélanger au moment de la pulvérisation. 

UTILISATION DES PURINS Les purins s’utilisent à différentes concentrations. Dilué à raison de 2 litres pour 10 litres d’eau, il servira de fongicide. Dilué à 1 litre pour 10 litres d’eau ce sera un anti-puceron. Pur, il servira d’activateur de compost. 

Outre ses fonctions d’insecticide, fongicide et répulsif, le purin est aussi un stimulant de croissance. Selon les scientifiques, ses composants seraient très proches des hormones végétales. Commencez les traitements dès avril et poursuivez jusqu’en juillet à raison d’une pulvérisation tous les 15 jours. TRÈS IMPORTANT Prenez l’habitude de pulvériser tôt le matin, en tout cas pas aux heures chaudes de la journée.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo  Les Artisans du Végétal

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et  à Séverine (SevyLivres) pour les corrections de tous les articles.

Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles. Blog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.


Un commentaire

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :