Accueil » Jardin d'ornement » Le laurier-cerise

Le laurier-cerise

PRÉSENTATION Le laurier-cerise est un arbuste très rustique puisqu’il pourra supporter des températures hivernales de -15 à -20°. Sa culture sera facile et son entretien sera modéré. Son besoin en eau sera moyen. Il fait partie de la famille des rosacées. On l’appelle également laurier-amande ou bien encore laurier-palme. Ne confondez pas cet arbuste avec le laurier-sauce, le laurier-tin et le laurier-rose qui n’ont absolument rien en commun. Sa hauteur pourra atteindre un mètre environ pour les plus petits sujets et 5 mètres pour les plus grands.

Son feuillage sera très dense et en principe ne laissera guère passer le jour. Il aura une toute petite floraison du mois d’avril au mois de mai. Ce sera des toutes petites fleurs blanches qui apparaîtront sous forme de grappes. A la saison automnale il donnera des petits fruits soit noirs, pourpres ou bien encore bruns. Attention à vos enfants qui seraient tentés d’y goûter. Ces fruits sont extrêmement toxiques que ce soit pour les animaux ou pour les êtres humains.

PLANTATION Choisissez-lui un emplacement ensoleillé voire à mi-ombre. Il s’adaptera à la plupart des sols du moment qu’ils soient ni trop secs ni trop humides et surtout bien drainés. Pour sa plantation je vous invite à consulter cet article  » Comment planter un arbre ou un arbuste ? «   Vous devrez effectuer sa plantation de préférence à la saison automnale ou bien par défaut à la saison printanière hors période de gel. Le laurier-cerise pourra être cultivé en haie. Prévoyez un espace d’1m50 environ entre chaque sujet et un mètre au pied d’un mur. La culture en bac ou en pot sera possible pour les espèces de petites tailles. Pour cela il vous faudra un contenant profond et assez grand. Vous devrez  étaler une couche de billes d’argile dans ce dernier afin de faciliter le drainage. Un mélange de terreau et de terre de jardin à parts égales devrait suffire.

ENTRETIEN Le principal entretien du laurier-cerise sera de le tailler à chaque saison printanière et éventuellement à la saison automnale afin de lui conserver une belle forme esthétique. Si vous effectuez la taille du laurier-cerise avant sa floraison ou tout juste après vous éviterez la production de fruits. Ça permettrait d’éviter aux jeunes enfants d’être tenté de les goûter à cause de sa toxicité comme déjà indiqué ci-dessus.  La première année de sa plantation il devra être arrosé régulièrement afin que son système racinaire puisse s’installer dans de bonnes conditions. Après les arrosages devront être réguliers mais sans excès surtout pendant les grosses chaleurs de la saison estivale. Si votre haie est assez ancienne ou si elle a été plantée sur un sol pauvre il serait préférable de lui faire un apport de compost bien décomposé soit à la saison automnale ou bien à la saison printanière. En ce qui concerne vos cultures en potées tous les 3 ans environ vous devrez changer le substrat.

PARASITES * MALADIES Le laurier-cerise en règle générale sera très résistant aux parasites et aux maladies. Toutefois les pucerons très rarement pourraient l’envahir. L’oïdium perforant pourrait également le contaminer. Une pulvérisation de purin de prèle sera nécessaire.

MULTIPLICATION Vous pourrez multiplier le laurier-cerise par bouturage à la fin de la saison estivale/début de la saison automnale. Pour cela vous devrez prélever des rameaux sains sur des tiges semis-aoûtées.

ASSOCIATIONS Si vous souhaitez une haie originale vous pourrez intercaler entre les pieds des lauriers-cerise des forsythias, des lauriers-rose, des buddleias et des  pyracanthas.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo  newsjardintv

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.


9 commentaires

  1. Marion B. dit :

    Bonjour Jean-Claude,
    Des « cerises » qui évoquent le houx de cette fin d’année, le lien est tout trouvé pour te souhaiter de bonnes fêtes ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. krakoum dit :

    Encore un article qui chante les louanges d’une plante qui est quand même classée parmi les neophytes envahissantes en Suisse. Les Suisses ne s’y trompent pas, cette plante est une catastrophe.
    Quasiment pas d’intéret pour la faune locale. Toxique. Difficile à éradiquer. Se propage dans les forêts. Faut tailler sans arrêt. Quasiment rien ne peut pousser à côté…
    Comment pouvez-vous conseiller de la planter ou de la bouturer ?
    Et je ne comprends pas votre étiquette « permaculture et culture naturelle », c’est ce qui m’a fait venir sur ce site…

    Aimé par 1 personne

    • Je répète que je ne fais aune promotion de végétaux quels qu’ils soient. Comme je l’ai déjà dit dans ma réponse sur votre commentaire concernant le forsythia c’est une histoire d’équilibre. La nature pour moi c’est un tout. Lisez mes autres articles. Il y en a peut être qui seront intéressants pour vous. Chez nous en France il n’y a pas de problème d’envahissement du laurier-cerise comme vous le dites. Vous connaissez la biodiversité ? A lire vos écrits je ne pense pas. C’est un peu comme si vous arrachiez des plantes dites « indésirables » pour faire propre car ce sont des plantes invasives. Là aussi ça fait partie de la nature. Certainement que ces plantes sont beaucoup plus invasives que le laurier-cerise. Je suis bien content du titre de mon site car entre nous la permaculture est une philosophie et non une façon de cultiver. Vos propos sont justement contraires à la permaculture. Tous les articles que j’écris sont pour mettre à la connaissance du plus grand nombre de l’existence de tel ou tel végétal et je le répète sans aucune promotion de ma part.

      J'aime

    • krakoum dit :

      Je me permets de citer Wiki :
      Et oui, je connais la biodiversité 🙂
      « Le laurier-cerise est considéré comme une plante envahissante dans une grande partie de l’Europe, principalement sur la façade atlantique et en région méditerranéenne. Massivement plantée (notamment pour former des haies disposées en pare-vue en bordure de propriété, ce qui lui a valu le surnom de « béton vert » ou « mur vert »)19, l’espèce se resème ensuite rapidement par ornithochorie (dispersion des graines par les oiseaux). Tout comme le rhododendron pontique, il forme des peuplements denses et ombragés, hostiles à la végétation indigène, notamment en milieu forestier : de nombreuses fleurs de sous-bois qui se développent en fin d’hiver (jacinthe des bois, muguet, ail des ours, ficaire…) en profitant de la lumière avant la feuillaison des arbres à feuilles caduques sont incapables de survivre dans les zones envahies d’arbres persistants »

      Aimé par 1 personne

    • Mais oui c’est ça la nature. C’est pourquoi je dis toujours qu’il faut rechercher l’équilibre et éviter de planter certaines espèces massivement. Dans mes articles je précise toujours lorsqu’une plante est invasive pour éviter aux jardiniers les mauvaises surprises.

      J'aime

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :