Le rosier grimpant

PRÉSENTATION Le rosier grimpant est un arbuste qui ne grimpera pas tout seul comme c’est le cas par exemple de la clématite. Ce genre de rosier aura besoin que vous l’aidiez à grimper en l’attachant régulièrement sur un support. Le rosier liane est également un rosier grimpant mais un peu différent car il possède de très longs rameaux fins, assez souples et épineux. Ce dernier a la capacité de s’accrocher et de grimper tout seul sur un support. Le rosier grimpant fait partie de la famille des Rosacées.

Sa culture sera très facile et son entretien sera modéré. Son besoin en eau sera moyen. Sa hauteur ira de 2 mètres pour les plus petits sujets à 5 mètres environ voire parfois plus pour les plus grands. Sa rusticité sera différente en fonction de l’espèce. Les plus rustiques pourront supporter des températures hivernales pouvant atteindre -20°. Renseignez-vous auprès de votre pépiniériste ou de votre jardinerie habituelle afin de vous procurer l’espèce adéquate pour votre région. Suivant l’espèce sa floraison s’étalera du mois de mai au mois d’octobre. Ses fleurs pourront avoir des tons différents. Cela ira du blanc au jaune en passant par le rose, le rouge, l’orangé, le violet, le multicolore et même parfois le panaché. Vous pourrez utiliser le rosier grimpant en haie, sur une façade ou bien encore en isolé sur une tonnelle par exemple. Je ne vous conseille pas une culture en bacs ou en pots car le rosier grimpant n’appréciera pas du tout.

PLANTATION Choisissez-lui un emplacement ensoleillé sur un sol léger, frais surtout pendant la saison estivale et surtout bien drainé pendant la saison hivernale car le rosier en règle générale craint le trop d’humidité. Les sols trop calcaires ne sont pas conseillés. Si vous avez un sol trop lourd incorporez-y du sable. Évitez de cultiver un rosier grimpant sur un mur exposé au nord ou bien à l’est. Évitez également le soleil trop direct qui brûlerait son feuillage. Dans les régions chaudes préférez une exposition plutôt à mi-ombre. Pour sa plantation je vous invite à consulter cet article  » Comment planter un arbre ou un arbuste ? «  Le rosier grimpant en conteneur pourra être planté toute l’année hors période de grosses chaleurs et de gel. Pour les sujets à racines nues préférez une plantation au début de la saison automnale dans les régions froides afin que le système racinaire puisse bien s’installer avant l’arrivée des grands froids de la saison hivernale. Dans les régions douces vous pourrez effectuer la plantation dans le courant du mois de novembre pour que le système racinaire puisse bien s’installer avant l’arrivée des grosses chaleurs de la saison estivale. Pensez à praliner les racines pour que la plantation s’effectue dans les meilleures conditions. A la plantation arrosez-le impérativement même par temps de pluie.

ENTRETIEN Si vous effectuez une plantation pendant la saison hivernale je vous conseille de butter son pied sur une bonne dizaine de centimètres de hauteur surtout sans tasser de telle manière à recouvrir le point de greffe. Ensuite il sera préférable de couvrir les rameaux avec un voile d’hivernage. S’il s’agit d’une plantation à la saison printanière les protections ne seront pas utiles mais par contre faites-lui un apport d’eau quasiment tous les jours pendant le premier mois de sa plantation. Par la suite un arrosoir par semaine suffira jusqu’à la fin de la saison automnale sauf s’il pleut abondamment. Arrosez toujours au pied sans mouiller le feuillage. Paillez-le sur une soixantaine de centimètres d’épaisseur afin de lui garder la fraîcheur nécessaire à son bon développement. En même temps ça limitera la pousse des plantes concurrentes. Les années suivantes les arrosages ne seront plus utiles sauf en cas de grosse canicule. La taille du rosier grimpant sera nécessaire au début de la saison printanière juste après les dernières fortes gelées. Cela vous permettra d’aérer la plante et éviter certaines maladies cryptogamiques en particulier. D’autre part cela favorisera la multiplication des boutons floraux. Et pour finir vous pourrez ainsi contrôler son développement. BON A SAVOIR Le rosier grimpant fleurira mieux sur les rameaux qui seront palissés en oblique ou à l’horizontale. En ce qui concerne la taille vous devrez commencer par le bas en supprimant tout le bois mort ou bien abîmé sans oublier les rameaux mal placés. Vous devrez certainement détacher des liens retenant les anciens rameaux pour pouvoir attacher les rameaux conservés ce qui revient à dire que vous rééquilibrerez la ramure du rosier. Les rameaux conservés devront être inclinés à 45° ou bien vous les poserez sur votre support à l’horizontale. Vous devrez respecter un espacement d’une trentaine de centimètres minimum entre chaque rameau palissé. Sur ces derniers vous devrez également supprimer toutes les ramifications secondaires au-dessus du deuxième bourgeon.

PARASITES * MALADIES Le rosier grimpant pourra être envahi par les pucerons qui seront ses principaux ennemis. Ensuite certaines maladies cryptogamiques pourront attaquer le rosier grimpant comme par exemple les taches noires ou bien encore l’oïdium.

MULTIPLICATION Le rosier grimpant pourra se multiplier par bouturage de mi-juillet à mi-septembre qui est la période la plus propice pour effectuer cette opération et donc d’avoir un maximum de réussite. Avec votre sécateur bien affûté et désinfecté vous devrez prélever des rameaux assez longs dont la floraison vient de se terminer. Sectionnez chaque rameau juste en-dessous d’une feuille. Ensuite vous devrez supprimer la tête de chaque bouture au dessus d’un œil ou si vous préférez à la base d’une feuille en les taillant en biseau. Taillez également la base de chacune en effectuant une coupe droite en dessous d’un œil de telle manière que vos boutures fassent chacune une quinzaine de centimètres environ et qu’elles soient pourvues de 3 ou 4 feuilles dans la partie supérieure. Vous devrez supprimer délicatement tout le feuillage à partir du bas jusqu’aux feuilles à conserver comme précisé juste avant. Supprimez également toutes les épines qui seront autant de possibilités de voir apparaître des racines. Toutes vos boutures ainsi préparées devront être roulées dans du papier journal humide que vous installerez dans le bas de votre réfrigérateur pendant 3 ou 4 jours afin de faire descendre la sève. Ensuite roulez-les dans de la poudre de bouturage. Avec vos doigts faites tomber le surplus de poudre. Ce sera le moment de les repiquer individuellement dans des godets remplis d’un mélange de sable et de terreau à parts égales. Afin d’insérer correctement vos boutures dans chaque godet utilisez un crayon à papier ou bien un petit bâton afin de faire des petits trous pour introduire ces dernières. Tassez tout autour pour que chaque bouture soient bien au contact du substrat. Je précise que la coupe en biseau (coté feuilles) doit toujours se retrouver en haut. Arrosez-les légèrement et maintenez une petite humidité par temps chaud. Afin de garder une humidité constante étalez-leur une fine couche de paillage ou encore mieux de la mousse sur un centimètre d’épaisseur maximum. Placez-les à l’ombre. Dans les régions froides à la saison hivernale rentrez-les dans une pièce bien ajourée, non chauffée et hors gel. Et dans les régions douces couvrez-les de feuilles mortes que vous devrez aérez le plus souvent possible. A la saison printanière repiquez-les dans des contenants un peu plus grands et quand le système racinaire de chacune aura bien envahi chaque motte ce sera le moment d’effectuer leurs plantations en pleine terre.

ASSOCIATIONS Vous pourrez associer le rosier grimpant avec le jasmin étoilé, le chèvrefeuille grimpant, la clématite et la gypsophile blanche qui apportera son coté vaporeux. Vous pourrez également habiller son pied avec le géranium vivace, l’heuchère ou bien encore avec l’alchémille ce qui en même temps limitera la pousse spontanée des plantes concurrentes. Associez-le également avec des plantes de couleurs bleues comme par exemple le delphinium, la lavande, la campanule et le népéta.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo    Les Artisans du Végétal

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

5 réflexions au sujet de “Le rosier grimpant”

  1. Bonjour Jean-Claude,
    Justement, j’ai des pucerons sur mon rosier grimpant qui est encore petit. Pourrais-tu me dire avec quoi le traiter? Merci beaucoup et très bonne journée

    Répondre
    • Salut Cornelia !!
      C’est très simple. Dans mon article tu cliques sur le mot pucerons (lien bleu) et tu auras toutes les explications. Tous les mots bleutés que tu verras dans mes articles mènent à d’autres articles. J’espère que mon explication est assez claire. Bonne journée !!

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :