L’héliotrope

PRÉSENTATION Si vous cultivez l’héliotrope vous serez émerveillé par son aspect très coloré et par son délicieux parfum. Il s’agit d’un arbuste vivace qui sera très frileuse puisqu’elle supportera des températures hivernales de 4° au grand maximum. Si vous l’exposez à des températures inférieures elle gèlera. Sa culture sera effectuée la plupart du temps en bac ou bien en pot dans quasiment toutes les régions sauf sur la cote d’Azur où elle pourra se planter directement en pleine terre.

On l’appelle également herbe de Saint Fiacre. Ne confondez pas la molène avec l’héliotrope qui est une plante vraiment différente mais que l’on appelle également herbe de Saint Fiacre. Sa culture sera très facile ainsi que son entretien. Son besoin en eau sera moyen. Il fait partie de la famille des Boraginacées. Sa hauteur ira d’une trentaine de centimètres pour les plus petits sujets à 1m20 environ et parfois plus pour les plus grands. L’héliotrope pourra être utilisé en potée sur une terrasse ou bien sur un balcon. En pleine terre dans une région douce comme déjà indiqué ci-dessus, l’héliotrope fera merveille dans un massif ou bien en bordure.

CULTURE Choisissez-lui un emplacement ensoleillé voire à mi-ombre sur un sol plutôt riche et surtout bien drainé. Il ne sera pas exigeant sur la nature de ce dernier, un peu calcaire ou acide ou encore neutre cela lui conviendra. En ce qui concerne les cultures en potée, installez-les dans un mélange composé d’1/3 de sable plutôt grossier et 2/3 de terreau ou de compost très bien décomposé. En pleine terre si votre sol est un peu trop pauvre, faites-lui un apport de compost bien décomposé ou bien du terreau. S’il est trop compact ajoutez-y du sale. Chaque sujet devra être espacé d’une quarantaine de centimètres.

ENTRETIEN En pleine terre l’héliotrope devra être arrosé régulièrement surtout la première année afin de faciliter l’installation de son système racinaire. Mais ne l’inondez pas. Par la suite paillez-le afin de garder l’humidité nécessaire à son bon développement. Supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure afin de conserver son coté esthétique et favoriser la remontée florale. Tuteurez les sujets de grande taille. Si vous êtes dans une région douce essayez de le conserver pendant la saison hivernale en pleine terre en le rabattant au ras du sol et en le paillant d’un épais paillis. En ce qui concerne les cultures en potées, vous devrez les rentrer dans le courant du mois d’octobre dans une pièce bien lumineuse, non chauffée dont la température ne descendra pas en dessous de 4°. A la saison printanière dès qu’il n’y aura plus de risque de gelées l’héliotrope devra être ressorti en ayant pris soin de le rabattre à quelques centimètres du substrat. De la saison printanière à la saison automnale arrosez vos potées régulièrement c’est à dire dès que la surface du substrat sera desséché. Réduisez les arrosages pendant la saison hivernale.

PARASITES & MALADIES L’héliotrope en règle générale sera très résistant aux parasites et aux maladies. Toutefois si le sol conserve un peu trop l’humidité il pourrait être attaqué par l’oïdium. Si c’était le cas une pulvérisation de purin de prèle serait la bienvenue. Si vos cultures sont sous serre ou bien dans une véranda les aleurodes pourraient les envahir. Dans ce cas je vous conseille d’aérer régulièrement votre serre ou votre véranda. En prévention pulvérisez sur les plantes une infusion de consoude ou une infusion de tanaisie ou bien encore une macération de feuilles de tomates.

MULTIPLICATION L’héliotrope pourra se multiplier par semis s’il s’agit de l’espèce type. Pour cela, laissez les tiges florales se dessécher complètement. Au pied de la plante disposez un papier journal par exemple et secouez les tiges pour faire tomber les graines. Vous n’aurez plus qu’à les ramasser et à les glisser dans un sachet en papier kraft. Entreposez votre cueillette dans une pièce exempte humidité. Vous pourrez effectuer votre semis dans le courant du mois de mai de l’année suivante, après la période des saints de glace.

ASSOCIATIONS L’héliotrope pourra très bien être associé avec la verveine de Buenos Aire, la verveine citronnelle, le népeta faassenii cat’s meow – chataire, la sauge ananas, le carex et la verveine de Buenos Aires.

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

1 réflexion au sujet de « L’héliotrope »

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour partager votre expérience ou tout simplement échanger. A bientot !!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :