L’arbre à perruque

PRÉSENTATION L’arbre à perruque est un arbre très original qui n’aura pas fini de vous étonner avec son magnifique feuillage qui rappellera la forme d’une perruque. On l’appelle également Fustet, Arbre fumée ou bien encore Cotinus Coggygria qui est son nom scientifique. Sa culture sera très facile ainsi que son entretien. Son besoin en eau sera moyen. Il fait partie de la famille des Anacardiacées.

Sa hauteur suivant l’espèce cultivée ira d’1m20 pour les plus petits sujets à 8 mètres voire parfois 10 mètres environ pour les plus grands. Sa floraison s’étalera du mois de juin au mois de septembre. Ses fleurs pourront suivant l’espèce avoir des tons différents. Cela ira du jaune au rose, en passant par le rouge. Il sera très rustique puisqu’il pourra supporter des températures hivernales pouvant atteindre -20° minimum. Vous pourrez l’utiliser en rocaille, en bordure, en massif, en haie, en isolé et même en potée sur votre balcon ou sur votre terrasse si vous ne possédez pas de jardin.

CULTURE Choisissez-lui un emplacement ensoleillé voire à mi-ombre sur un sol de préférence légèrement calcaire, léger, pauvre et sec. Mais il pourra s’adapter assez facilement à d’autres sols, du moment que le drainage sera parfait car il déteste les excès d’humidité. Il aura la capacité de bien résister aux épisodes venteux ainsi que ceux de sécheresse. Sa plantation, s’il est en conteneur, devra s’effectuer de préférence à la saison automnale voire au début de la saison printanière hors période de gel. Les premières années qui suivront sa plantation il devra être arrosé pendant les saisons printanières et estivales. Quand vous constaterez qu’il a bien démarré, arrêtez les apports d’eau. En ce qui concerne les cultures en potées, étalez au fond du contenant une couche de billes d’argile afin de faciliter le drainage.

ENTRETIEN Quand votre arbre à perruque sera bien installé il ne vous demandera pas d’entretien particulier. Une fertilisation ne sera pas nécessaire. Sa taille ne sera ne sera pas obligatoire mais vous pourrez l’effectuer à la la fin de la saison automnale voire au début de la saison hivernale, afin de lui maintenir son joli port en supprimant les bois morts, les rameaux abimés et les branche qui s’entrecroiseraient. Si votre arbre à perruque est un petit peu trop aéré vous devrez le rabattre d’une quinzaine de centimètres afin de provoquer des ramifications.

PARASITES & MALADIES Comme déjà indiqué ci-dessus, l’arbre à perruque n’apprécie pas du tout les excès d’humidité car cela pourrait être contaminé par la maladie cryptogamique la verticilliose. Dans ce cas je vous conseille en préventif d’effectuer une pulvérisation de décoction d’ail ou bien de prèle. Si la saison estivale est très chaude et sèche, l’oïdium pourrait faire son apparition. Une pulvérisation de purin de prèle sera la bienvenue.

MULTIPLICATION L’arbre à perruque pourra se multiplier par marcottage à la saison printanière en couchant une tige longue et plutôt souple qui se trouvera la plus basse possible. Le bouturage sera également possible à la saison printanière en récupérant des tiges semi-aoûtées que vous planterez dans un mélange de terreau et de sable à parts égales. Et pour terminer vous pourrez pratiquer la division en prélevant des jeunes rejets de deux ans au maximum, plus jeunes ce sera encore mieux. Chacun de ces rejets devront être munis de racines quand vous les séparerez du pied mère.

ASSOCIATIONS L’arbre à perruque pourra être associé avec l’arbousier, l’herbe à balais, le seringat, le Cotonéaster tous deux à  floraison blanche. Vous pourrez également apporter du jaune avec le forsythia et le mahonia.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo  2 minutes au jardin

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

4 réflexions au sujet de “L’arbre à perruque”

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour partager votre expérience ou tout simplement échanger. A bientot !!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :