Le polypode commun

PRÉSENTATION Le polypode commun est une espèce de fougère qui grâce à son système rhizomateux pourra coloniser les sous bois. Si vous cultivez des bulbes ou des vivaces qui adorent la fraicheur, elle mettra en valeur ces derniers. Comme quoi il s’agit d’une plante très intéressante. On l’appelle également réglisse sauvage, réglisse des bois ou bien encore Polypodium vulgare qui est son nom scientifique.

Sa culture sera très facile ainsi que son entretien. Son besoin en eau sera moyen. Il fait partie de la famille des Polypodiacées comme c’est le cas de la plupart des fougères. Sa hauteur ira d’une vingtaine de centimètres pour les plus petits sujets à 60 centimètres environ pour les plus grands. Il sera très rustique puisqu’il pourra supporter des températures hivernales pouvant atteindre -15° minimum. Il s’agit d’une plante qui pourra vous servir de couvre-sol. Vous pourrez également le cultiver sur un talus ou dans les interstices d’un muret. Il est possible de l’installer en potée sur votre terrasse ou sur votre balcon.

CULTURE Le polypode commun affectionnera les emplacement plutôt ombragés voire avec une ombre légère sur un sol ordinaire voire acide, mème pauvre y compris pierreux. Évitez les sols trop calcaires car il n’apprécie pas trop. Sa plantation devra s’effectuer de préférence à la saison printanière hors période de gel ou bien à la saison automnale. Pour sa culture en potée, vous devrez mélanger 3/4 de terreau de feuilles de préférence avec 1/4 de sable. Afin de conserver un peu de fraicheur à son pied que ce soit en pleine terre ou en potée, je vous conseille de le pailler. Dans les deux cas arrosez-le copieusement à la plantation.

ENTRETIEN Les premières semaines de sa plantation en pleine terre vous devrez l’arroser régulièrement afin de favoriser son bon enracinement. A la fin de la saison hivernale vous pourrez effectuer un nettoyage de la souche en supprimant le feuillage abimé. Si toutefois vous aviez décidé de l’installer dans une fissure d’un petit muret, il ne sera pas commode d’effectuer un arrosage. Afin de palier à cet inconvénient je vous conseille de le vaporiser régulièrement pendant les 8/10 premières semaines voire d’avantage si la période est très chaude. En ce qui concerne les cultures en potée, arrosez-le dés que la surface du substrat se dessèche. Ne laissez jamais de coupelles avec de l’eau stagnante sous vos contenants. Si le polypode commun se plait beaucoup à l’emplacement que vous lui aurez choisi, il risque de se multiplier. Afin d’éviter d’être envahi, supprimez les petite pousses régulièrement car le système racinaire de cette plante s’installe très rapidement. Plantez ailleurs en pleine terre ou bien en potée les rejetons ou faites en cadeau à vos voisins ou biens à vos amis. Le rempotage devra s’effectuer tous les 3 ans environ au début de la saison printanière.

PARASITES & MALADIES Le polypode commun ne connait aucun parasites ni aucune maladies.

MULTIPLICATION Le polypode commun se multipliera par division à la saison printanière hors période de gel. A l’aide de votre fourche-bêche déterrez la souche et partagez-la en plusieurs morceaux de telle manière à avoir des départs de fronde sur chacun de ces derniers. Plantez-les immédiatement soit en pleine terre ou bien en potée. Le polypode commun pourra également se multiplier par semis spontanés comme déjà indiqué ci-dessus.

ASSOCIATIONS Le polypode commun pourra s’associer avec l’éranthe d’hiver, la pervenche, le bégonia vivace, le brunnera macrophylla et le pavot cornu. Et pourquoi ne pas le cultiver au pied d’un rhododendron, d’un camélia ou bien encore d’un laurier-tin.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo Alban Cambe – Bushcraft & Navigation naturelle

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

1 réflexion au sujet de « Le polypode commun »

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour partager votre expérience ou tout simplement échanger. A bientot !!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :