Le myrtillier

GÉNÉRALITÉS Le myrtillier se développera dans la plupart de nos montagnes sous la forme de buisson rampant. Il sera pourvu de petites feuilles caduques vertes pales et ovales qui les recouvriront de la saison printanière à la saison automnale.

Aux alentours du mois de mai, les fleurs feront leur apparition qui laisseront assez rapidement place aux fameuses baies que vous connaissez, qui mûriront et qui formeront petit à petit ces fruits noirs bleutés tout au long de la saison estivale. Et quand vient l’arrière-saison, les feuilles se teinteront de rouge avant de disparaître pour la saison hivernale.

CULTURE Le myrtillier aura besoin d’un sol frais, riche en humus, léger et acide (pH compris entre 4 et 5). Une terre de bruyère lui conviendra. Tout terrain calcaire sera à bannir. Une exposition mi-ombragée semble être idéale. Les myrtilliers que vous pourrez cultiver dans votre jardin pourront atteindre une hauteur d’1 à 2 mètres pouvant même atteindre plus de 3 m pour certaines variétés. Ils ne supporteront pas du tout les sols lourds et collants qui empêcheront le système racinaire de s’étendre et l’étoufferont.

Ensuite, coté entretien, il faudra veiller à ce que le PH du sol soit toujours acide et apporter des amendements si nécessaire pour le rectifier. Le  paillage  d’écorces de pin ou de sapin sont une bonne alternative car en plus de garder le sol frais et humide, ils apporteront beaucoup d’acidité lors de leur décomposition. En choisissant bien vos variétés, vous pourrez échelonner votre récolte du mois de juin à la fin du mois de septembre. Il faudra impérativement veiller à la présence d’insectes pollinisateurs pour avoir une belle récolte. Donc vous pourrez par exemple planter une jachère fleurie proche de votre culture de myrtilliers, voire avoir une ruche à proximité. Pour sa multiplication, les plants pourront se marcotter et se boutureront.

TAILLE Au bout de 3 ou 4 ans , les rameaux de vos myrtilliers ne produiront plus. Pour ça, il faut tailler les branches de plus de 3 ans.

RÉCOLTE Elle se fera pendant la saison estivale à la main pour celles qui sont cultivées dans votre jardin potager. Par contre si vous allez cueillir celles qui poussent à l’état sauvage, la cueillette se fera avec un peigne que vous trouverez dans la plupart des jardineries.

Il se présente comme ceci Image

Dans ce cas là, la myrtille sauvage étant une espèce protégée, sa cueillette est très réglementée voire interdite parfois dans certaines régions ou départements. Renseignez-vous sur la législation en vigueur chez vous. Vous devriez avoir cette information auprès de votre préfecture ou de votre sous-préfecture ou encore auprès de la mairie de votre lieu de résidence. Il pourrait vous en coûter jusqu’à 750 € en cas de non-respect de l’arrêté municipal ou régional.

RAVAGEURS ET MALADIES Si la plantation de vos myrtilliers sont effectuées dans de bonnes conditions ils seront très robustes. Mais attention aux oiseaux et à nos amis les gastéropodes qui sont très friands de leurs fruits. Si vous avez des périodes de temps chaud et humide ils pourront être sujet à certaines maladies comme l’anthracnose, la rouille ou bien encore la pourriture des racines. En prévention, vous devrez pulvériser régulièrement sur le feuillage du purin de prèle, de tanaisie ou bien d’absinthe. Alternez ces différents purins. Pour les oiseaux installez-leurs des filets à fines mailles. Pensez également à pulvériser du savon noir en prévention d’une éventuelle attaque de pucerons. Et pour éloigner les limaces épandez autour de vos myrtilliers de la cendre de bois tamisée par temps sec ou si le temps est plutôt pluvieux faites des cordons de coquilles d’œufs écrasées. Le  ramassage manuel effectué de bonne heure restera la méthode la plus efficace. En prévention je vous conseille de les planter de façon bien espacés de 0m80 à deux mètres suivant les variétés que vous aurez choisies de cultiver. Le sol devra être super bien drainé et alimenté en matières organiques. Prenez bien soin de choisir des variétés qui soient bien adaptées à votre région et à son climat. Les engrais seront à bannir car ils nourriront trop vos plantes et élimineront les mycorhizes . Au printemps une pulvérisation de prèle sera la bienvenue. Et pour terminer un paillage de feuilles mortes pendant la saison hivernale ou avec des aiguilles de pin en saison estivale sera souhaitable.

ATTENTION A CE-CI Si vous faites la cueillette de myrtilles sauvages les fruits pourront être contaminés par la l’échinococcose alvéolaire ou la maladie du renard. Pour en savoir plus je vous invite à cliquer sur ce lien yetiyetu.com/echinococcose-du-renard-a-la-myrtille-a-letre-humain

TRÈS IMPORTANT Pour que vous soyez sûr de la maturité de vos myrtilles, il faut que les fruits se détachent tous seuls des arbustes. Saisissez-les délicatement entre les doigts et détachez-les de leur pédoncule. S’ils résistent, c’est que vos fruits ne sont pas mûrs. Trop de personnes cueillent les fruits qui ne sont pas à maturité. 

Et pour terminer je vous propose cette vidéo  Rustica l’hebdo jardin

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

7 réflexions au sujet de “Le myrtillier”

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour partager votre expérience ou tout simplement échanger. A bientot !!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :