Accueil » Non classé » Engrais et amendements naturels

Engrais et amendements naturels

Pour la croissance et la bonne santé de nos fruits, légumes et fleurs, nous avons besoin d’amendements (dont le rôle est d’améliorer la structure des sols, de son PH et de conserver ses qualités), d’engrais, de support de culture tels les terreaux, tourbes, et produits phytosanitaires servant à renforcer, soigner les plantes, tel les extraits fermentés, décoctions, macérations.

« Tout d’abord, il semble important de bien distinguer les amendements des engrais :

 

 

– Les amendements ont pour vocation d’améliorer la structure d’un sol, mais également sa teneur en matières organiques. Les plantes cultivées iront ainsi puiser les éléments nutritifs dont elles ont besoin (ni plus, ni moins, les éléments non consommés resteront alors disponibles pour les cultures suivantes).

– A contrario un engrais a pour but de nourrir directement les plantes et n’améliore en rien le sol. Ainsi, le guano par exemple est directement absorbé par les plantes. Ces engrais vont booster leur croissance. Et si ces engrais particulièrement azotés sont apportés en excès, la plante se développera outre mesure, ce qui engendrera éventuellement des maladies ou autres attaques parasitaires (ainsi trop d’azote attire les pucerons

Aussi, à mon sens, un jardinier bio devra privilégier les amendements aux engrais, car son objectif sera dans la recherche d’équilibre et, bien entendu, de durabilité  » Source : Gilles http://www.un-jardin-bio.com

 

 

A QUOI SERVENT LES ENGRAIS  ? 
Le cycle naturel veut qu’une plante pousse, mûrisse et meurt au même endroit. Par sa mort et sa biodégradation elle participe à la régénération de la génération suivante en restituant les éléments nutritifs. 
Or dans une culture qu’elle soit potagère ou en plein champ, la dernière partie du cycle est interrompu puisqu’on cueille la plante. De fait les éléments nutritifs utilisés par la plante pour son développement ne sont jamais restitués. Et c’est là qu’interviennent les engrais. Ils pallient à cette carence et empêchent les sols de s’appauvrir. 
Une plante a besoin de lumière, de carbone, d’oxygène, fournis par l’atmosphère ainsi que d’éléments minéraux et d’eau fournis par le sol.
Les besoins de la plante évoluent au cours de sa vie. A chaque stade de son développement, elle doit trouver les éléments nécessaires, sous une forme assimilable dans la solution du sol (eau + éléments minéraux). Les fertilisants approvisionnent le sol en éléments nutritifs.
Les engrais naturels proviennent des matières premières végétales, minérales ou animales décomposées. Et même la mauvaise herbe que l’on s’acharne à enlever, est un engrais vert qui possède des propriétés fertilisantes.
Pourquoi faire le choix des engrais naturels ? Tout simplement parce que qu’ils ne pollueront pas la nappe phréatique comme les fertilisants chimiques. Ils sont issus et retournent dans le cycle naturel biologique
ENGRAIS ORGANIQUES : LES ENGRAIS VÉGÉTAUX

Les engrais verts

C’est le plus simple et le plus ancien moyen de reconstituer le sol de son potager et d’apporter tous les éléments organiques nécessaires pour sa structure. 

C’est une mise en jachère. Dans un jardin ancien, un peu fatigué et usé par des années de culture ayant épuisé son sol, on peut semer des plantes à racines profondes aussitôt après les récoltes et on les enfouit avant leur floraison. Sauf pour les légumineuses (fixent l’azote) qui demandent une pousse d’une année avant d’être incorporées au sol. 
En légumineuse vous avez le choix entre luzerne, trèfle, vesce qui fixe l’azote de l’air et le renvoie au sol. 
Les autres engrais verts sont le seigle, le millet, la consoude, le sarrazin, la moutarde…
Les engrais verts apporte au sol un humus de haute valeur, ils conviennent très bien aux sols sableux et pauvre.
Pour l’azote, il faut éviter un excès. Donc si vous optez pour l’engrais vert, l’année suivante évitez tout apport d’azote supplémentaire. Un excès en azote provoque un développement exagéré du feuillage, la floraison est retardée, la sensibilité aux maladies est augmentée et les feuilles ou les plants pourrissent.
Les algues vertes séchées (goémons, varechs…)
Très appréciées sur les côtes depuis avant-guerre, elles étaient utilisées surtout pour la culture du chou-fleur, des légumes racines et tubercules. Elles sont un véritable concentré de tous les éléments contenus dans l’eau de mer. Aujourd’hui sous forme séchée ou liquide tout le monde peut les utiliser. Ses indications multiples en font un produit quasi-miracle 
Elles favorisent la germination des semences si on les mélange au taux de 1 % à l’eau de trempage de ces dernières, augmentent la résistance au gel, au froid et à la sécheresse des plants, assure la reprise des végétaux après plantation, repoussent les attaques d’araignées rouges, elles sont stimulantes à la croissance et contribue à la résistance aux maladies des plantes.
        
Le purin d’orties
Le purin d’orties est plus qu’un amendement, c’est un véritable engrais qui apporte les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des plantes : minéraux et oligoéléments mais principalement de l’azote et du fer, un peu de phosphore aussi.  Il rend les plantes plus résistantes aux maladies et stimule la pousse.
AUTRES ENGRAIS ORGANIQUES

Le compost

L’amendement le plus important en jardinage biologique, c’est le compost ! Il s’agit d’un amendement organique, durable et facile à fabriquer soi-même à partir de matériaux issus de son propre environnement (ce qui je pense est également une démarche de loin préférable à l’achat d’engrais ou d’amendements du commerce)

Notons enfin que le compost est en général considéré à la fois comme un amendement (il améliore le sol) et comme un engrais (les éléments fertilisants qu’il contient sont rapidement assimilables par les plantes cultivées).

Source : Gilles http://www.un-jardin-bio.com

Le sang  desséché. 
Il est aujourd’hui plus difficile d’obtenir du sang frais même dans les abattoirs mais vous trouverez dans le commerce du sang desséché. Il s’agit d’un engrais organique qui apporte de l’azote idéal pour les cultures carencées. Il convient aux tomates, choux-fleurs, aux rosiers et aux vivaces. Son action est rapide. C’est ce que l’on appelle un engrais coup de fouet. 
Le guano et/ou la colombine 
Le guano est constitué par les excréments d’oiseaux de mer et la colombine par ceux des pigeons (ou de volaille mais avec une qualité moindre). Ils ont un excellent équilibre entre l’azote, le phosphore et la potasse. Comme le sang desséché, c’est un engrais coup de fouet à libération rapide. 
Les poudres d’os
Les os  (de vache le  plus souvent) dégélatinés et finement moulus donnent un engrais précieux appelé poudre d’os. Cet engrais naturel très léger et soluble est riche en phosphore et en azote.  Engrais à action progressive, il agit sur la croissance des racines et stimule la formation des fleurs et des fruits. Les matières organiques contenues dans la poudre d’os sont une source d’énergie pour diverses bactéries et sont transformées en humus par la vie microbienne du sol.
Il doit être enfoui superficiellement avant le semis ou la plantation. Un arrosage est vivement conseillé par temps sec afin d’accélérer l’action de la poudre d’os.
La farine d’arêtes de poisson est un engrais organique, très riche en phosphore, qui s’adapte à toutes les plantes en agissant sur la croissance des racines. Grâce à son action progressive, elle favorise la floraison et la résistance des plants au froid, aux maladies et aux insectes. 
La poudre de corne torréfiée a une action durable et progressive. Elle libère de l’azote organique très lentement et nourrit ainsi la plante tout au long de son cycle végétatif. Elle favorise l’enracinement des plantations ou en entretien d’arbres, arbustes,  plantes à massif et rocailles…
La corne broyée est proche de la poudre de corne torréfiée et a les mêmes caractéristiques avec peut-être une action plus longue dans le temps. Épandez-la au pied des plantes puis enfouissez-la par un simple griffage. 
La corne est  un engrais « de fond », par opposition aux engrais « coup de fouet » car son action est prolongée. On l’utilise au moment des plantations, que ce soit au printemps ou à l’automne, de février à juin et de septembre à novembre.
ENGRAIS MINÉRAUX
La poudre de roche ou basalte
C’est un régénérateur des sols, qui stimule l’activité microbienne. De plus les vers ingèrent volontiers le basalte et les excréments qui en suivent donnent de l’humus. 
Sa richesse en silice permet un renforcement des tissus des végétaux et stimule leur résistance naturelle aux maladies et aux attaques parasitaires.
De plus, l’apport de poudre de roche aère les terres lourdes et permet aux sols sableux une meilleure rétention de l’eau.
Le Patentkali 
C’est un engrais naturel d’origine minérale, autorisé en agriculture biologique, recommandé pour rééquilibrer les sols carencés en potasse.
Sa composition permet de couvrir 100 % des besoins en potassium, magnésium et soufre des végétaux les plus exigeants (légumes, arbres fruitiers, vigne, rosiers, plantes fleuries, gazon…).
Sa dilution express libère rapidement les éléments nutritifs et les rend immédiatement assimilables par les plantes.

AUTRES ENGRAIS NATURELS

Les cendres 
La cendre de bois d’abord. Riche  en potasse, elle contient aussi du phosphore. Certains bois donnent une cendre plus riche en potasse que d’autre tel l’orme. La cendre de peuplier est riche en phosphore. Une pelletée de cendres par mètre carré permet de recharger le sol en éléments minéraux.
Tous les légumes à feuilles comestibles tels les épinards, la salade mais aussi les pommes de terre vous en remercieront.
Les éléments de la cendre sont très solubles. Conservez-les donc dans un endroit à l’abri des pluies et de l’humidité. Ne les employez jamais en couverture car elle asphyxie la terre. 
La cendre de végétaux (fanes de haricots, de pois, de pommes de terre, feuilles mortes, ronces ou tiges d’artichaut…) est également riche en potasse et phosphore.
Attention, n’utilisez pas cet engrais sur les plantes à fruits comme les fraisiers et framboisiers, cela favorise le développement des feuilles au détriment des fruits. La richesse en chaux de la cendre ne convient pas non plus aux plantes de terre de bruyère ou de sol acide : azalée, rhododendron, camélia, bruyère d’été, érable du Japon ou hortensias bleus qui deviendront roses. Limitez-en l’apport aussi dans les terres calcaires.
La suie des cheminées. Bien que ce ne soit pas des cendres, je la range dans la même catégorie. C’est un engrais très actif qu’il ne faut jamais employer seul. Il faut la mélanger pour moitié à de la terre végétale et la répandre en couverture entre les lignes. Cela accélère la croissance des légumes et même repousse la mouche de la carotte.
Ou employez-la sous forme d’eau de suie : mettez à macérer 10 kg de suie dans une toile de jute que vous déposerez dans un bas d’eau. Pressez le sac de temps en temps pour exprimer le maximum de jus. Au bout de 2 à 3 semaines, vous pourrez arroser vos rosiers ou vos arbres fruitiers avec, et même vos plantes en pot.  
Potasse organique
Vous pourrez trouver aussi de la potasse organique sous forme de granulés faite à partir de vinasse de betterave dans toutes les jardineries. La potasse organique est un engrais de fond excellent pour les racines et pour une bonne fructification des légumes et des fruits ainsi que pour une bonne résistance aux maladies.
DIVERS
Vous avez dans vos déchets de cuisine de l’engrais sans le savoir.
Le marc de café  riche en potassium et en magnésium immédiatement assimilable est un véritable or brun de votre potager. Ses éléments nutritifs le rendent intéressant pour la croissance et la floraison.  De même mélangé aux graines, il vous aidera à semer clair et il aidera même certaines graines à germer. A employer à dose raisonnable sinon l’effet s’inverse. 
Mais il a aussi un effet répulsif sur les mouches de la carotte, de l’oignon, du poireau ainsi que sur les limaces et escargots. 
Le thé après son infusion riche en fluor convient bien aux plantes particulièrement aux plantes fleuries en pot.
Les coquilles d’œufs séchées et réduites en poudre sont également un engrais à base de calcaire.
J’ai omis volontairement le tourteau de ricin qui bien que riche en azote est un poison mortel pour les animaux domestiques
Image
Les engrais à azote s’utilisent au printemps et favorisent le développement du feuillage et des tiges par la formation de la chlorophylle. En effet lors d’une carence en Azote, les feuilles jaunissent, tombent et la plante végète.
Les engrais à phosphore (phosphate) s’utilisent en automne et en hiver, ils stimulent la croissance des racines, la floraison et la fructification, ils accélèrent la maturation des fruits. On constate une carence en phosphore  lorsque les veines du feuillage prennent une teinte rougeâtre voire pourpre avant de noircir. Les fruits se développent peu voire pas du tout. Les récoltes sont faibles.
Les engrais à potasse s’utilisent en automne et en hiver, ils améliorent la vigueur des plantes et leur résistance aux maladies, activent la résistance au froid. On voit une carence lorsque les feuilles jaunissent sur les rebords, perdent leur vigueur et finissent par tomber. 

Merci à Brigitte (Pestoune) pour son aide à la création de certains sujets et à Séverine (Sev28) pour

les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles.

Blog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


39 commentaires

  1. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Yannick

    Bonjour à toutes et à tous,
    Bon, je n’ai pris le sujet depuis le début 🙂 Mais pour l’utilisation des engrais verts, je pense qu’il peut être intéressant et primordiale de voir l’effet que nous recherchons avant tout. Chaque famille d’engrais va avoir des effets différents, ensuite, il est également possible de combiner plusieurs engrais vert pour obtenir ces différents effets pour le sol 🙂

    Par exemple et n’hésitez pas à compléter si vous en savez davantage 😉
    – Pour les graminées regroupant les engrais verts de type seigle, blé, sarrasin, avoine … ils auront un effet dans les premiers centimètres du sol grâce car leurs systèmes racinaires qui produit de nombreuses petites « branches » et qui vont activer férocement 🙄 la vie du sol tout autour des racines en rendant la structure de celui-ci plus grumeleux.

    Ensuite, il faut essayer de combiner plusieurs engrais en fonction de l’effet recherché et de la structure actuelle de votre terre 😉 Sur ce point, il existe une multitude d’ouvrage et de site qui traite du sujet des mélanges d’engrais … N’hésitez pas à partager ici les résultats de vos recherches, ce sera probablement très intéressant pour tous le monde, moi compris |ole|

    Au plaisir de vous lire, je vous souhaite une excellente journée en espérant ne pas avoir dit trop de bêtise !! Yannick hirel

    J'aime

  2. lapinbleu2 dit :

    Merci Yannick pour ton passage. Valérie, j’espère que ça va t’apporter de l’aide la réponse de Yannick. Autrement, n’hésite pas à poser d’autres questions pour un éventuel complément d’information.

    J'aime

  3. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Valérie

    Merci beaucoup Yannick et Lapinou ! Cela répond effectivement à ma question.
    Je vais même pouvoir approfondir le sujet en me documentant sur les différences entre les autres céréales, car pour décompacter la terre, j’ai cru comprendre qu’elles étaient reines. Si je trouve des renseignements intéressants, je partagerai ; je crois que tout va être une question de longueur de racines et de saison de semis…
    Merci encore pour votre mobilisation. Merci !!

    J'aime

  4. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Yannick

    Bonjour à toutes et à tous,
    Avec plaisir pour la réponse, je suis content que cela puisse
    t’aider dans ta pratique potagère 😉 N’hésite pas si tu as
    besoin de compléments d’informations, je surveille le sujet …
    Avec amitié, Yannick Hirel

    J'aime

  5. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Valérie

    Merci Yannick. je connais ton travail remarquable… Je suis abonnée depuis longtemps maintenant à ta newsletter. Amitiés. Valérie.

    J'aime

  6. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Yannick

    Merci Valérie, cela me fait très plaisir 😉 Avec amitié, je te souhaite une bonne journée
    Yannick Hirel

    J'aime

  7. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Loup blanc

    Bonjour a tous. Depuis plusieurs années, je stocke mes tontes de gazon pendant la saison.Je ne le remue pas. Au printemps
    1 mois avant de labourer ( eh oui, je laboure ! ) j’épand ce tas de « gazon » ou ce qu’il en reste sur mon potager.Est ce un
    amendement ? A t’il encore une valeur ? J’ai peur que ce soit trop d’azote a la longue . J’ai a peu près une vingtaine de
    brouettes pour 250 m².! Qu’en pensez vous .Merci.Bonne journée. Loup blanc alias J-M Merci !!

    J'aime

  8. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pestoune

    Bonjour Loup blanc. Le problème lorsque tu mets ton gazon vert en tas, est qu’il ne se composte pas mais qu’il pourrit. Donc sous l’effet du pourrissement l’azote de ton herbe se transforme en ammoniac.
    Même dans un compost, il faut mettre peu d’herbe verte. Le mieux serait de la sécher et de s’en servir comme paillage. Tu peux aussi mettre une fine couche d’herbe verte sur le jardin mais pas trop épais pour éviter aussi le phénomène de pourrissement.

    J'aime

  9. lapinbleu2 dit :

    Pestoune t’as tout bien expliqué. Je rajouterais juste un truc. Ce n’est pas conseillé le labour. Il vaut mieux aérer le sol de ton jardin. Moi j’ai banni la bêche et le motoculteur depuis des lustres.

    J'aime

  10. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Loup blanc

    Merci de vos réponses. C’est vrai que je suis resté jardinage « classique » . Dans mon pays tout le monde laboure son jardin.
    Mais c’est pour changer mes habitudes que je suis arrivé « chez vous  » !
    Toutefois, aérer 250m² ça me semble un peu long avec une grelinette ? Non ? Vous avez un autre outil ? Merci et bonne semaine. Loup blanc

    J'aime

  11. lapinbleu2 dit :

    Alors là, ne te fais un monde à ce sujet. Avec un jour ou deux de prise en main tu serais surpris de la rapidité. Il faut que tu aies une grelinette à 5 dents. Mon jardin est presque aussi grand que le tien. 220 m2. Je n’utilise que cet outil si génial qui est très bon pour la terre et pour ton dos à comparer de la bêche.

    J'aime

  12. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Camellia

    bonjour
    donc je stock mes engrais colombine de poules et de coqs
    que tous les matins j ‘enlévent de leur abri

    je ne connaissait pas ce nom. Merci !! çà doit être bon pour la terre
    mais je retiens tout de même ceci lut plus haut …

    Ah oui, tu as raison de préciser qu’on peut polluer avec un excès de fumier ou avec du lisier mais nous sommes des jardiniers amateurs et pas des agriculteurs, nous avons donc rarement le cas voire jamais d’en utiliser en quantité aussi importante…. Bonne journée à tous !!

    J'aime

  13. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Camellia

    je stocke mon engrais de poules et coqs que je ramasse tous les matins ( avec une pelle lol)
    je ne connais pas le nom engrais colombine. Merci !! Mais je retiens cette réponse également

    Ah oui, tu as raison de préciser qu’on peut polluer avec un excès de fumier ou avec du lisier mais nous sommes des jardiniers amateurs et pas des agriculteurs, nous avons donc rarement le cas voire jamais d’en utiliser en quantité aussi importante. c’est peut être fort comme engrais le fumier de volailles ???? Bonne journée à tous !!

    J'aime

  14. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pestoune

    Coucou Camelia. La colombine est un super engrais et il faut en mettre très peu pour ne pas brûler les plantes car elle est très forte. En réalité colombine est le nom donné aux déjections de pigeons et il a été étendu à celles de toutes les volailles.

    J'aime

  15. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Camellia

    Merci. je les entasse dans un coin mais bien sur ces fientes ce diluent dans le sol
    j ai un plant de romarin dans ce coin et il à l ‘air content de la cohabitations avec 😉

    J'aime

  16. lapinbleu2 dit :

    Commentaire LaBuche

    J’ai semé en octobre 2015 un engrais spécial hiver (seigle et vesce). Il a bien poussé. Fin mars, j’ai coupé les tiges afin de les étaler dans un autre carré potager.
    Dans mon 1er carré, j’ai commencé à gratter ma terre et je me retrouve avec énormément de racines.
    Est ce qu’il faut retirer toutes ces racines (assez difficile car très compactes et surtout assez profondes) puis une fois enlevées, je les enfouis aussi ou alors puis-je compléter mon niveau qui a bien baissé pendant l’hiver par du compost ou autre chose directement sur cet engrais non arraché ? Merci pour vos réponses.

    J'aime

  17. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pestoune

    Normalement ces racines devraient pourrir dans le sol et redonner les nutriments à ta terre. Pour celles que tu as arrachées, tu peux soit les incorporer dans ton sol, soit les mettre sur ton compost. Tu peux rajouter ton compost mûr et/ou du fumier très décomposé.

    J'aime

  18. lapinbleu2 dit :

    Commentaire LaBuche

    Salut Pestoune !!
    Merci pour ces infos. Penses-tu que je peux mettre aussi du compost très jeune pas très décomposé ?

    J'aime

  19. lapinbleu2 dit :

    Commentaire Pestoune

    Là je sais pas trop LaBuche mais pourquoi pas au fond puisqu’on peut aussi pratiquer le compostage sur le terrain. Mais tout ça, ça ne risque pas de gêner tes semis ? A moins que ça ne soit une parcelle où tu ne feras que du repiquage ?

    J'aime

Ce n'est que par l'échange et le partage que nous pourrons avancer pour faire changer les choses. Apportez votre pierre en laissant une trace de votre passage. Merci !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :