Home » potager » Comment effectuer ses semis avec quasiment 100 % de réussite ?

Comment effectuer ses semis avec quasiment 100 % de réussite ?

P5040006.JPGBeaucoup de jardinières et de jardiniers (moi en premier) ont inlassablement des problèmes pour réaliser leurs semis. C’est plus fréquent dans les régions comme la mienne qui ont des hivers qui ne sont pas doux et surtout si on ne possède ni serre ni véranda afin d’avoir une température qui permette une bonne germination des graines ça fait plusieurs années que mes semis sont plus qu’insuffisants ce qui m’obligeait d’acheter un complément de plants de plusieurs variétés de fleurs et de légumes.

Maintenant c’est fini. Depuis cette année j’ai investi sur un système qui pour moi est plus que satisfaisant. Je vais vous expliquer dans le détail comment faire. Tout d’abord utilisez des bacs en polystyrène que vous pouvez facilement vous procurer soit chez un poissonnier ou chez un restaurateur. Remplissez vos bacs avec du terreau ordinaire que vous recouvrirez sur deux centimètres d’épaisseur environ avec un mélange de terreau de semis et de marc de café afin d’éloigner les éventuelles fourmis qui pourraient prendre vos graines ou les déplacer. P5040002.JPGTassez avec une petite planchette. Ensuite déposez vos graines une à une pour éviter un maximum l’éclaircissage. Recouvrez ces dernières avec un peu de terreau de semis et tassez à nouveau avec la même petite planchette utilisée précédemment. Arrosez copieusement avec un pulvérisateur et régulièrement afin de maintenir votre substrat toujours un peu humide. Maintenant c’est là que je vais vous expliquer comment maintenir une température régulière pour faire germer vos graines. En fait j’utilise une lampe pour la germination et une autre lampe pour la croissance. Je réalise tous mes semis dans ma cave. Chaque lampe fonctionne 12 heures chacune. P4270006.JPGJe descend tous les jours une fois à 7h00 et une fois à 19h00 pour éteindre une lampe et allumer l’autre. J’ai décidé de faire fonctionner ma lampe de germination la journée (de 7h00 à 19h00) et celle de croissance la nuit (de 19h00 à 7h00). En fait les lampes lorsqu’elles sont en fonction à tour de rôle reproduisent le jour et quand elles sont éteintes elles reproduisent la nuit. C’est vraiment intéressant pour les jardinières et les jardiniers qui ont des problèmes pour réaliser leur semis correctement. J’ai donc fait une installation avec deux box que j’ai construit afin de suspendre mes deux lampes. P4270007.JPGCes derniers sont fixés sur une table. Pour chaque lampe j’ai prévu 3 cordeaux de longueurs différentes si je souhaite monter ou descendre les lampes. Vous avez 3 photos dont 2 qui vous montrent les deux box séparément et une avec les deux box installés  cote à cote. Sur les deux autres photos (Ci-dessus) vous avez le résultat quasi définitif avec les godets qui attendent d’être plantés en pleine terre. Certains devront attendre un peu plus car les plants n’ont pas encore atteint la taille adéquate pour être plantés. Pour information je vais commencer mes plantations le 14 mai car les gelées ne seront plus à craindre. J’espère que mes explications sont assez claires. Il s’agit d’un investissement de 120 à 150 Euros qui est très vite amorti. En principe c’est environ la somme que j’investissais quand j’achetais mes plants. L’année prochaine ce sera tout bénef car mon installation sera amortie. Si j’ai un conseil à vous donner, préférez l’achat dans une jardinerie familiale (petite structure) comme j’ai fait car vous devrez P4270004.JPGen principe avoir de très bons conseils que vous n’aurez jamais sur internet ou avec une grande chaine de distribution. Si vous n’avez pas compris quelque chose n’hésitez pas à me poser vos questions en commentaire. Vous pouvez également en complément consulter cette publication Les semis

Et pour finir je vous présente les deux lampes que j’utilise. Celle pour la germination ci-dessous Référence 5U 125 watts E40 6400k 220-240v 50/60HZ

P5050003.JPG

Et celle pour la croissance Référence BRITELUX HSI-T SX 250W/4K Fabriquée en Belgique, un petit clin d’œil à nos amis belges.

44.JPG

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.


74 commentaires

  1. Bonjour
    Lorsque j’avais un jardin et que j’effectuais des semis, je posais sur mes bacs de semis un fil en plastique que je trouais suffisamment pour laisser passer de l’air. Ainsi le semis avait chaud (mais pas trop) et pour l’arrosage, j’enlevais le fil, que je replacais ensuite.
    Ca marche bien aussi 😀

  2. J’adore ton article
    Alors comme ça les fourmis volent les petites graines?
    C’est génial, je trouve l’idée très poétique, ça me donne envie d’écrire un article un peu délirant
    Merci beaucoup
    Bon dimanche
    Bisous

  3. Une chose essentielle pour réussir ses semis, c’est de les faire à la bonne date, ce que je n’ai pas fait pour mes tomates. Conclusion, j’ai un mon mois de retard et j’ai bien peur de ne pas en avoir pour cet été 🙁

  4. 😉 C’est râpé pour moi, je n’ai pas de cave ! Je suis d’autant plus dépitée parce que j’ai raté mes semis de tomates (je n’ai qu’une variété de sortie, assez minable) et pour couronner le tout, j’ai un certain nombre de semis spontanés (issus du compost que j’ai étalé bien plus jolis que mes misérables godets… bon on verra mardi avec la pépiniériste !

  5. 😆 Pas de garage non plus, ni de grenier… dans la maison ça se limite à 2 bacs avec couvercle transparent garnis de boîtes à oeufs, mais tu n’as pas un chat farceur qui t’arrache avec application les étiquettes dans tes semis quand tu les aères.
    Bon en intérieur, j’ai raté les tomates, le fenouil bronze et les oeillets d’Inde, mais j’ai courgette et concombre, des aubergines à oeufs, de la salade (roquette et mesclum), de la tétragone (épinard d’été), basilic, pimprenelle, coriandre et des lupins non comestibles (les filles et leurs fleurs !)
    Pour le persil à l’extérieur ça a été laborieux, mais il sort enfin, les premiers radis ont été dévorés et pas par moi, les petits pois ne sont pas tous sortis, j’ai viré mes graines d’aneth périmées dans un coin il en est sorti. J’avais mis des cives autour de 2 rosiers, et de la ciboulette périmée au pied du troisième : rien n’est sorti, une variété sur 2 de betteraves, pas de carotte ni de panais ni de persil tubéreux mais je ne les ai jamais réussis. J’ai mis un peu d’ail dans les fraisiers, des oignons rocambole dans les thyms et des poireaux perpétuels avec les betteraves. Je suis à la recherche de bulbilles d’ail rocambole, mais rien ne presse, le jardinier doit être patient !!!
    Quand j’aurai mis en place les 2 courgettes et le concombre, il me restera juste la place pour les haricots grimpants, il faut d’ailleurs que je mette du maïs à tremper pour les haricots tarbais prévus avec les salades. J’attends d’avoir butté les pommes de terre pour y rajouter du lin anti-doryphore.
    Ma mini-jungle des 2 dernières années prend un peu l’aspect d’un paisible jardin de retraitée 😉

      • Merci, jardin enclavé au milieu d’un village, invisible de la rue, il domine des cours intérieurs, environ 35 m², terre rapportée, gravats et autres cochonneries, un four l’été, une glacière l’hiver parce que le soleil se cache derrière tous les murs, quand je suis arrivée là on m’a demandé si je voulais du gazon, j’ai remercié et dit que je voulais jardiner. Fin avril, vu de l’étage, il ressemblait à ça : https://i62.servimg.com/u/f62/12/51/71/93/jardin10.jpg

      • Fumier en granulés, algues & co, mais j’ai fait un tas de compost tout de suite, avant d’avoir le bac, et une couche de terreau avant toute plantation, paillage avec tout ce que j’arrachais (j’avais des coquelicots et des mauves) là ça va un peu mieux, j’ai pas mal de vers, mais aussi un tas de bestioles style punaise Nezara viridula, dont je me passerais volontiers, un élevage de piérides l’année où j’ai fait des choux romanesco, et la pyrale m’a fait faire tailler mes buis (3 pieds pour bordures, plantés à mon arrivée pour cacher la misère, ils étaient devenus plus grands que moi) à leur base il y a 1 an 1/2.
        Ma christophine est réveillée depuis fin avril, je n’ai pas encore enlevé sa couverture.

    • C’est du boulot au début. Je vois que tu as une christophine. Dans quelle région es tu pour qu’elle puisse repartir ? Dans le sud de la France ? Chez nous en Savoie le climat ne permet pas de les conserver en terre. J’en garde toujours que je fais germer pour les replanter au printemps.

      • Dans le sud-ouest, au milieu du vignoble de Cahors. Dès que j’ai tout récolté aux premières gelées je coupe toute la végétation à ras que je laisse sur le sol et je fais une couverture avec des feuilles sèches et les déchets du bois de chauffage pour la préserver en cas de fortes gelées (elle est dans le coin le plus chaud). Elle ressemble à ça en général => https://i62.servimg.com/u/f62/12/51/71/93/chouch10.jpg

  6. […] SEMIS Les semis de chou de Bruxelles sont effectués en général à la fin de l’hiver ou au printemps sous abri pour pouvoir êtres plantés de mars à août. Semez-les dès mars-avril pour une récolte d’automne et en avril-mai pour une récolte d’hiver et de printemps. Vous réaliserez cette opération du mois de mars au mois de juin dans des bacs en polystyrène comme expliqué dans cette publication Réussir ses semis […]

  7. […] CONSEIL Dans les régions assez fraiches, pour obtenir une floraison plus hâtive, semez les cosmos dans le courant du mois d’avril, dans une caissette placée à la chaleur et ensuite attendez mi-mai pour mettre en place les jeunes plants. Pour cela consultez cette publication Comment réussir ses semis ? […]

  8. […] gelée.  Autrement vous pourrez également faire un semis comme expliqué dans cette publication Comment réussir ses semis ? Lorsque vos plants (repiqués une première fois en godets) atteindront une taille pouvant être […]

  9. […] belle plante originale dans votre jardin. Pour effectuer votre semis consultez cette publication  Comment effectuer vos semis ? Quand vos plants auront été repiqués en godets et qu’ils auront la taille à être […]

  10. […] SEMIS Ne présentant pas de difficultés majeures, le semis se fait le plus souvent en place de la mi-avril à la mi-juin. Mais si vous souhaitez hâter son développement, vous pouvez le semer en godet pour le repiquer dès le mois de mai. Pour cela consultez cette publication Comment réussir ses semis ? […]

  11. […] plus tard en pleine terre. Pour un semis en intérieur je vous invite à consulter cette publication Comment effectuer ses semis avec quasiment 100% de réussite ? Avant le semis je vous conseille de faire tremper pendant 48 heures vos graines afin de faciliter […]

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *