L’artichaut

 

« Les artichauts, c’est (…) le seul plat que quand t’as fini de manger, t’en as plus dans ton assiette que quand t’as commencé ! » Coluche

GÉNÉRALITÉS

Il semble que l’on ne sait pas grand-chose sur ses origines.

   Photo source celestineplays.com

qu’il soit issu d’un chardon qui aurait été domestiqué sous l’espèce d’artichaut mais aussi de cardon. Son nom vient de l’arabe al-ḫaršūf qui veut dire « épine de la terre ». Qui a déjà planté des artichauts, comprendra aisément ce nom car pour ce qui est des épines, le plant n’en n’est pas dépourvu.

On le retrouve sur les tables italiennes dès le XVème siècle. Mais les agronomes arabes avaient déjà décrit, dès le Moyen-Âge, sa culture et sa reproduction par œilletonnage. L’artichaut est une plante vivace ayant une durée de vie de 3 à 4 ans. C’est « sa fleur » en bouton ou plutôt son capitule que l’on consomme. Le capitule est un ensemble de fleurs entouré d’écailles, à la base charnue, pas encore parvenu à maturité. Deux variétés particulièrement rustiques sont recommandées pour les jardins au Nord de la Loire : le Vert de Laon et le Vert Globe qui ont une excellente résistance au froid.

CULTURE L’artichaut aime un climat doux mais supporte des températures allant jusqu’à – 6°. Une exposition ensoleillée abritée du vent est à recommander ainsi qu’un sol riche, profond et bien drainé. C’est une plante haute, de 1m50 environ et qui s’étoffe bien, donc prévoyez suffisamment d’espace afin qu’elle puisse bien se développer. Plante extrêmement gourmande, apportez-lui du fumier bien décomposé à la saison automnale. 

SEMIS Le semis se fait très rarement aujourd’hui. On lui préfère la multiplication par œilletonnage que nous verrons plus loin. Mais il n’a rien de compliqué en soi. Il suffit de semer en couche en pépinière en février-mars. Vous pourrez faire subir à vos graines une vernalisation pendant un mois environ. En effet certaines graines ont besoin d’une période de froid ou de dormance pour bien germer. Puis vous devrez les semer dans du terreau. Ensuite, il leur faudra beaucoup de lumière et de la chaleur 20° environ le jour et plus frais la nuit. Lorsque les plants auront deux feuilles, vous les repiquerez individuellement dans des godets.

PLANTATION Les plants les plus beaux et les plus vigoureux seront mis en place environ 2 mois après le semis. Selon les climats, il y a deux périodes pour mettre les plants en pleine terre. A la saison printanière (avril-mai) ou à la saison automnale (octobre). Vous devrez les planter tous les 80 centimètres environ et les rangs espacés d’un mètre. Le mieux sera de les planter en quinconce. Attention il ne faudra pas enterrer le cœur du plant. Les artichauts vont rester longtemps en place et sont très gourmands. Il faut leur apporter une bonne dose de fumier bien décomposé à la plantation et ne pas hésiter à en rajouter en cours d’année et à la saison automnale avant l’hivernage comme précisé ci-dessus. N’arrosez pas trop les jeunes plants. N’oubliez pas de les pailler

Pour obtenir de belles têtes bien charnues et hâter leur maturité, lorsqu’elles ont la taille d’un œuf, incisez avec la pointe d’un canif bien affuté quelques centimètres sous la fleur une fente d’environ 2 centimètres de longueur. Introduisez dans la fente un morceau de bois, un crayon par exemple.  Pour qu’elles deviennent tendres et plus savoureuses, ensachez les têtes dans un linge foncé dont vous relierez les 4 coins de façon lâche afin que la croissance ne soit pas gênée. Chaque soir mouillez bien le linge cela vous donnera de belles écailles colorées et tendres.

ŒILLETONNAGE Les pieds que vous achetez à repiquer sont des œilletons (ou drageons). Vous pouvez le faire vous-même tous les ans au printemps en mars-avril. En effet chaque pied adulte produit des rejets. Dégagez les rejets les plus beaux ayant des petites racines et coupez-les net au couteau. Diminuez le feuillage aux deux tiers après avoir enlevé les feuilles abîmées et épointez les radicelles les plus longues. 

Plantez-les dans des godets ou directement en place après les avoir pralinés, c’est-à-dire enrobés d’une boue épaisse composée de terre, de compost mûr et d’eau. Vous devrez préparer cette boue dans un seau et vous y laisserez macérer vos jeunes pieds pendant quelques heures avant de les planter. Cette opération réduit le stress de la plante et évite le dessèchement des racines permettant une meilleure reprise. Ne plantez pas trop profond, il faut que le cœur du pied reste hors sol.

JARDINER  AVEC LA LUNE Semez en lune montante. Repiquez en lune descendante.

RÉCOLTE Les capitules se récoltent dès la 1ère année du mois de mai au mois d’octobre. Récoltez avant que les fleurs ne s’ouvrent. Dès que vous constatez que les écailles commencent à s’écarter les unes des autres, il est temps de les cueillir.  Coupez-les net en leur conservant une tige d’une dizaine de centimètres de long.

HIVERNAGE Par temps sec, au nord de la Loire, il faudra les protéger des grands froids. Coupez les grandes feuilles, les tiges au ras du sol en prenant soin de laisser le cœur de la plante intact. Enlevez tout ce qui présente un signe de pourrissement. Ne laissez que 3 ou 4 œilletons et supprimez les autres. Ne gardez bien entendu que les plus sains et les plus beaux. Ensuite butter vos pieds afin de faire un monticule de terre d’une hauteur de 30 à 40 centimètres tout autour du pied mais sans couvrir le cœur. Recouvrez le tout d’un voile sur lequel vous mettrez une bonne couche de paille et de feuilles séchées. Au cours de la saison hivernale, au moindre ensoleillement enlevez ce voile avec son paillage pour faire sécher la plante avant de recouvrir pour la nuit. L’artichaut craint plus la pourriture que le froid. Il faut aussi veiller à ce que mulots, souris et campagnols ne viennent pas se réfugier sous le paillage et grignoter vos plants. 

Au début de la saison printanière vous devrez retirer le paillage. Débutez-les afin que la végétation puisse redémarrer.

ASSOCIATIONS L’artichaut, nous l’avons vu, est très gourmand particulièrement en azote. Il apprécie donc la présence des fèves, des haricots et des pois qui fixent l’azote. Il pourra également s’associer avec la chayotte.

Ne cultivez pas de salsifis, de persil, de fenouil ni l’endive à proximité de l’artichaut. 

PARASITES & MALADIES Le mildiou et l’oïdium sévissent par temps humide. Réagir dès les 1er symptômes avec une vaporisation de décoction de prêle ou bien essayez cette recette. Pulvérisez, par temps sec, un mélange composé de 50 centilitres de lait demi-écrémé et de 5 litres d’eau de pluie. La graisse de l’artichaut fera également partie des maladies de l’artichaut. Les dégâts apparaissent à la suite de blessures par exemple après un orage de grêle ou un coup de gel sur les capitules qui présentent de petites taches translucides d’aspect graisseux secrétant un mucus jaunâtre. Les blessures brunissent un peu plus tard. Bien souvent on ne constate la maladie qu’au moment de la formation des capitules. Effectuez une pulvérisation de purin de prèle. Il pourra être également contaminé par la verticilliose. Les pucerons seront les principaux parasites de l’artichaut. N’hésitez pas à attirer les insectes auxiliaires tels les coccinelles ou les chrysopes. Un traitement à base de savon noir pourra être efficace. 

Les grandes feuilles des artichauts offrent un abri idéal à nos amies les limaces. Veillez à les ramasser quotidiennement.  Attention aussi aux rongeurs sous le paillage au cours de l’hivernage comme déjà indiqué ci-dessus.

Et pour terminer je vous propose cette vidéo  newsjardintv

Merci à Brigitte (Pestoune) pour l’aide à la création de certains sujets et à Séverine (Sev28) pour les corrections de tous les sujets. Une petite visite sur leur blog serait la bienvenue. Merci pour elles. Blog de Brigitte Image Blog de Séverine Image

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons ci-dessous.

38 réflexions au sujet de “L’artichaut”

  1. Alors j’ai une petite chance d’en manger cette année, chouette ! Merci pour cette fiche qui me sera utile.
    Vu les températures chez moi, j’ai mis un violet de Provence parce que celui de Macau (près de Bordeaux) que j’aurais bien aimé semble introuvable et si une des 2 feuilles, la mal en point du départ, a disparu j’en ai de nouvelles très jolies 😉

    Répondre
  2. J’aime bien les artichauts mais impossible de les faire pousser dans mon jardin. A peine ont-ils le temps de grandir et hop, ils se font dévorer par la racine. J’ai bien pensé les faire pousser dans une sorte de cage mais je n’ai pas encore pris le temps d’essayer. Et puis, les mulots ne sont pas bêtes , ils savent grimper aux grillages!

    Répondre

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour partager votre expérience ou tout simplement échanger. A bientot !!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :